Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales à Paris : les réactions après le retrait de Benjamin Griveaux

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Benjamin Griveaux a retiré ce vendredi matin sa candidature à la mairie de Paris, suite à la diffusion d'une vidéo intime sur les réseaux sociaux où certains internautes disent le reconnaître. Les réactions politiques après ce retrait sont nombreuses.

Benjamin Griveaux renonce à la mairie de Paris
Benjamin Griveaux renonce à la mairie de Paris © Radio France - Frédéric Fleurot

Les personnalités politiques françaises réagissent après le retrait de la candidature de Benjamin Griveaux aux municipales de Paris. L'ex-candidat d'En Marche a annoncé son retrait ce matin, après la diffusion d'une vidéo intime sur les réseaux sociaux. Une vidéo sur laquelle des internautes disent le reconnaître, mais qui n'a pas été identifiée. Les rivaux du candidat, et les membres de la classe politique dénoncent quasi-unanimement la diffusion de la réforme.

Des rivaux indignés

Les principaux rivaux de Benjamin Griveaux à la mairie de Paris ont tous réagi ce vendredi matin pour apporter leur soutien à l'ex-candidat d'En Marche. Cédric Villani évoque une "attaque indigne", et une "menace grave pour notre démocratie".

La maire actuelle de Paris, candidate à sa succession, Anne Hidalgo appelle au "respect de la vie privée".

La classe politique quasi-unanime

Le leader de la France Insoumise Jean Luc Mélenchon appelle lui à refuser "le naufrage voyeuriste de la vie publique du pays". "Non, tous les coups ne sont pas permis" ajoute-t-il, en appelant tous les Insoumis à ne pas prendre part à ce qu'il désigne comme un règlement de comptes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu