Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales à Roubaix : la division à gauche pourrait profiter à Guillaume Delbar

-
Par , France Bleu Nord

En 2014, Guillaume Delbar était élu Maire de Roubaix à la surprise générale. Candidat de la droite, il avait battu une gauche divisée. Candidat à sa réélection aux municipales de mars 2020, le sortant doit affronter 12 listes dont 8 de gauche. Tour d'horizon des visages et des enjeux de l'élection.

En 2014, Guillaume Delbar est élu au second tour avec 34% des voix
En 2014, Guillaume Delbar est élu au second tour avec 34% des voix © Maxppp - Sébastien Jarry

44,3% de pauvreté, 13% de chômage... Roubaix est souvent considérée comme l'une des villes les plus pauvres de France. Élu il y a six ans dans une ville historiquement de gauche, Guillaume Delbar, soutenu à l'époque par la droite, estime pourtant que son action a contribué à changer l'image de la ville. " Je pense que nous avons remis la ville en mouvement ", explique celui qui se présente à sa réélection sans étiquette, avec le soutien de la République en Marche et du MODEM. 

Guillaume Delbar met à son actif de grands projets comme la rénovation du parc Barbieux, la rénovation du musée de la Piscine mais aussi un renforcement de la sécurité, avec l'intensification de la vidéosurveillance, matérialisée par la création du Centre de Supervision Urbaine. Un mandat aussi marqué par une ambition écologique avec l'adoption du "Zéro déchet".

Pour ce nouveau mandat, Guillaume Delbar souhaite "garder les basiques, c'est-à-dire une ville plus sûre et plus propre." Le candidat sortant propose notamment de tripler le nombre de caméras de vidéosurveillance pour passer à 450, de créer une maison du "Made in France" dans l'ancienne Banque de France, mais aussi la création d'un Parc Olympique, avec les installations existantes du Parc des Sports.

Ce qu'il y a à savoir pour les municipales à Roubaix
Ce qu'il y a à savoir pour les municipales à Roubaix © Radio France - Jade Peychieras

Une gauche désunie

Guillaume Delbar, comme en 2014, espère profiter de la division des forces de gauche pour l'emporter. Pas moins de huit listes représentent ce côté de l'échiquier politique. En perte de vitesse depuis la dernière élection présidentielle au niveau local et au niveau national, le Parti Socialiste s'est allié au parti Génération.s et aux communistes. C'est d'ailleurs l'une de leur représentantes, Christiane Fonfroide, ancienne adjointe du Maire socialiste René Vandierendonck (au pouvoir à Roubaix entre 1994 et 2012), qui mène la liste de " la gauche unie ". " Les Verts et les Insoumis ont voulu partir seuls", explique Christiane Fonfroide. " Nous verrons au second tour comment se construiront les listes. " Un second tour qui semble toutefois difficile à atteindre alors que le score cumulé des socialistes et des communistes aux dernières élections européennes avait à peine dépassé les 7%. 

La liste "Unis pour Roubaix" propose d'améliorer la participation des citoyens aux décisions afin notamment de "reconnecter les quartiers entre eux", mais aussi de "dépolluer la ville", en facilitant la circulation des vélos.

Anciens adjoints eux aussi de René Vandierendonck, Karim Amrouni et André Renard, en rupture avec la section socialiste locale, ont choisi de faire bande à part en présentant chacun une liste. Europe Écologie Les Verts sera cette fois représenté par le conseiller municipal d'opposition sortant Christian Carlier. 

La France Insoumise première à gauche ?

Les Insoumis eux aussi sont parti seuls, après l'échec de la constitution d'une liste de rassemblement de la gauche. Représentés par Paul Zimlia, 29 ans et candidat aux législatives en 2017 (19% au premier tour dans la 8ème circonscription du Nord), ils veulent devenir la principale force en opposition au maire sortant. " Nous faisons le constat d'une triple urgence, urgence sociale, démocratique et écologique ", annonce Paul Zimlia, en soulignant la proportion de Roubaisiens vivant sous le seuil de pauvreté, 44%. 

Face à ces urgences, "Décidez pour Roubaix", qui se présente comme un "collectif citoyen" soutenu par la France Insoumise, veut notamment tendre vers la gratuité de la cantine scolaire, réquisitionner les logements vides ou encore instaurer un RIC, un Référendum d'Initiative Populaire, pour permettre à des habitants de porter des propositions soumises aux votes de l'ensemble de la population.

Le RN en embuscade

Mais une autre force politique pourrait profiter de la division de la gauche. Le Rassemblement National, porté par Philippe Lambiliotte, conseiller régional des Hauts de France, veut remettre la ville sur ses fondamentaux. " Notre ville est sur pilotis ", dénonce le candidat du parti présidé par Marine Le Pen. " On veut nous envoyer de la lumière, nous proposer des projets à 10 ans. Mais moi ce qui m'intéresse c'est ce qui va se passer le 23 mars, au lendemain des élections ", affirme Philippe Lambiliotte, en critiquant " l'esbroufe " dont fait preuve le Maire sortant. 

La liste " Défendons Roubaix " repose notamment le déblocage d'une enveloppe de 5 millions d'euros, pour distribuer des chèques " EcoRoubaix " aux séniors de nationalité française vivant sous le seuil de pauvreté et aux personnes handicapées. Ces chèques, réservés aux produits de première nécessité, seraient à dépenser dans des commerces de la ville. La sécurité est également une priorité, avec le renforcement des effectifs de la police municipale et le doublement du nombre de caméras. Dans son programme, le RN souhaite aussi " lutter contre le communautarisme islamiste ", en fermant les mosquées dites " salafistes "

Pour l'ensemble des listes, l'un des enjeux majeur de ces élections municipales sera la participation. Aux dernières élections municipales, en 2014, l'abstention au premier tour était de 62%.

Mairie à tout prix : Roubaix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess