Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales à Saint-Étienne : les propositions des candidats pour le commerce

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

C'est l'un des thèmes importants durant cette campagne pour les élections municipales à Saint-Étienne : le commerce. Les difficultés des commerçants du centre-ville, de Centre 2, l'ouverture prochaine de Steel, la fermeture de Dorian ou la transformation des halles à coté de la place A.Thomas.

Dans la rue des Martyrs de Vingré, les commerces résistent
Dans la rue des Martyrs de Vingré, les commerces résistent © Radio France - Mathilde Montagnon

Gaël Perdriau (LR) : "la dynamique est là"

"Les efforts que nous avons faits en créant l'office du commerce, en facilitant l'installation de nouvelles enseignes dans le centre-ville, de nouveaux centres commerciaux dans les quartiers, je pense à la  Marandinière, je pense à Montreynaud, à ce que nous avons fait également en matière de proximité au Portail Rouge, à la Métare, ou dans d'autres quartiers de la ville, c'est important pour la vie quotidienne de nos concitoyens. Nous avons, et c'est la Chambre de commerce et d'industrie qui le dit, 511 commerces de plus aujourd'hui qu'il y en avait en 2014. Alors que ce sont plus de 350 commerces qui avaient disparus dans le mandat précédent. La dynamique elle est donc là. Et puis la où il y avait un certain nombre de contraintes je pense au prix des loyers et bien j'ai pris une décision majeure en créant une foncière immobilière permettant de maîtriser les loyers. Je suis heureux moi de la dynamique qu'on a connue par exemple à l'occasion des fêtes de Noël et ça vaut également tous les samedis. il suffit de se promener en ville pour voir le nombre de personnes qui font leur shopping". 

Patrick Revelli (LREM) : "Steel est une ignominie"

"Ce Steel c'est une catastrophe, une catastrophe pour tous nos commerçants du centre-ville. Je trouve que c'est scandaleux. C'est scandaleux. Pour nos commerces du centre-ville c'est une ignominie, il ne faut pas l'oublier. Pensez bien que quand H&M va fermer ses portes au mois de juillet pour aller au Steel, ça va être un coup dur encore pour le commerce du centre-ville. Il ne faut pas oublier que M.Perdriau avait dit qu'il n'y aurait pas de textile au Steel, H&M y va. Je voudrais parler aussi des restaurateurs. Steel ne devait avoir que 9 restaurants, ils en sont à 13. Quand on dit quelque chose on le fait. On ne fait pas le contraire. M.Perdriau, depuis 6 ans, il dit blanc et il fait noir. Ou quand il dit noir, il fait blanc. Alors nous, bien sûr nous allons aider les commerces qui veulent revenir dans le centre-ville. Et puis nous allons mettre un architecte de ville qui va lui repenser l'urbanisme de demain". 

Pierrick Courbon (PS) : "taxer les friches commerciales"

"La priorité ça consiste quand-même à rappeler que Steel c'est une triple trahison pour le commerce de centre-ville et donc il faut effectivement tout faire pour soutenir notre commerce de centre-ville, la gratuité des transports en commun que nous proposons comme un sujet phare est une manière aussi de ramener davantage de monde en centre-ville et donc de soutenir notre commerce de proximité. Deux choses qui sont pour nous prioritaires, c'est l'instauration d'une taxe sur les friches commerciales pour lutter contre la vacance et inciter les propriétaires soit à faire baisser les loyers, soit à faire des travaux pour moderniser les commerces. Et nous voulons également nous appuyer sur la foncière commerciale qui aujourd'hui ne sert pas à grand chose, pour étendre son périmètre notamment pour permettre l'installation de nouveaux commerces, en particulier dans les quartiers périphériques, sur la base du système de location-gérance qui existe dans un certain nombre de communes rurales pour maintenir le dernier commerce, la dernière épicerie". 

Zahra Bencharif (PRG) : "faire une ville ouverte"

"La première chose c'est valoriser le centre-ville. Pour faire venir du monde, par exemple, le samedi, faire une ville ouverte. C'est à dire, avoir la gratuité des transports en commun et la gratuité des parkings à la fois souterrains mais aussi en haut de manière à ce que quand les gens arrivent à Saint-Étienne un samedi qu'ils se prennent le temps et qu'ils se disent : moi je ne suis pas pris par mon parking ou autre chose. Plus les gens circulent, plus les gens se promènent, plus ils consomment. Le budget famille n'est pas extensible. Aujourd'hui on a Steel qui est en train de siphonner notre ville, il y a eu la Fnac avec l'extension de Monthieu, au mois de juillet, on a H&M qui va partir, donc il ne faut pas des pansements, il ne faut pas de petites mesurettes, il faut vraiment un plan centre-ville de manière à ce que ce centre-ville puisse séduire les gens".   

Romain Brossard (LO) : "le pouvoir d'achat"

"La situation des commerces elle est très difficile, on voit tout un tas de petits commerces qui ferment en centre-ville etc... c'est quand même l'occasion de parler de Steel qui est en train de se construire. On a appris récemment que ça avait représenté en plus un cadeau de 9 millions d'euros aux promoteurs immobiliers, aux grandes enseignes. Le maire nous promettait que cela ne ferait pas concurrence au centre-ville et on apprend que H&M va déménager à Steel. Et puis, sur le fond, les salaires qui baissent, le chômage qui monte etc... ça fait queles gens ont de moins en moins de pouvoir d'achat. Le niveau de vie de la population qui baisse impacte directement les petits commerçants et donc la lutte que nous on défend, qui doit être la lutte des travailleurs pour défendre leur emploi, pour défendre leurs salaires, pour se faire entendre, pour exprimer leur révolte, je crois que ça concerne très largement sans problème les petits commerçants du centre-ville ou des quartiers populaires qui ont encore plus de difficultés d'ailleurs". 

Olivier Longeon (EELV) : "un miroir d'eau aux Ursules"

"Pour le commerce à Saint-Étienne il est urgent d'arrêter tous les projets de décentralisation du commerce dans les zones périphériques. L'urgence des urgences, c'est de conforter le commerce dans le centre-ville, dans le centre des quartiers, aider le commerce à se développer. Et pour aider le commerce dans le centre-ville à Saint-Étienne, notre grand projet c'est remplacer le parking des Ursules par un grand jardin avec un miroir d'eau. C'est une surface avec une simple pellicule d'eau dans laquelle les enfants peuvent se rafraîchir, jouer; c'est quelque chose qu'on peut voir dans les grandes villes d'Europe et de France comme Nantes ou Bordeaux, et Saint-Étienne aura la sienne avec nous, et vous verrez que ce sera une relance du centre-ville. Et des commerces, inévitablement". 

Sophie Robert (RN) : "une ferme urbaine à Dorian"

"Il faudrait implanter implanter une ferme urbaine de poissons, de fruits et de légumes bio dans la galerie Dorian. Les poissons sont élevés dans des bacs, le circuit des eaux usées est filtré par des plantes, puis il sert à l'arrosage des fruits et légumes. D'ailleurs les rejets des poissons servent d'engrais pour toute cette production locale. Il y a un accueil du public, ça a une vertu pédagogique, ça a une vertu de remettre de l'agriculture au centre de notre commune et puis ça permet la vente en circuit court de produits pour les restaurateurs, pour les Stéphanois etc... C'est un projet qui est en expérimentation déjà dans deux villes et ça fonctionne très bien. A Cherbourg et à Asnières, c'est une entreprise qui s'est lancée, une jeune entreprise qui se développe beaucoup et qui a des visées dans plusieurs villes donc la ville de Saint-Étienne serait tout à fait propice pour accueillir ce genre de commerces nouveaux. Je les ai sollicités pour leur proposer plusieurs lieux. Il s'est avéré que la galerie Dorian, et bien on réhabiliterait ce lieu en ferme urbaine". 

Andrée Taurinya (LFI) : "redéfinir le centre-ville avec les commerçants"

"Le commerce doit être redynamisé dans le centre-ville. L'opération Steel est une très très mauvaise opération. Nous pensons qu'il faut réunir les associations avec des urbanistes pour définir ensemble comment revitaliser le commerce à Saint-Étienne. Si par exemple dans un quartier il y a un commerce qui ferme il faut essayer de voir avec eux quel est l'autre commerce qui pourrait le remplacer, de manière à ce que ça soit pas toujours une banque qui remplace un commerce de proximité. Et puis, on parle souvent du centre-ville, mais il y a aussi un gros problème de commerce dans les quartiers. Il y a une quantité de quartiers où il n'y a plus du tout de commerces. Du côté de Beaulieu par exemple c'est très difficile d'aller acheter sa baguette de pain à pied. Ce n'est pas normal et donc il faudra réfléchir avec les commerçants de manière à réinstaller des commerces dans les quartiers."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu