Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales à Saint-Malo : Marine Le Pen promet de "très bonnes surprises" pour le RN en Bretagne

La présidente du Rassemblement National (RN) était en visite en Bretagne pour soutenir les candidats bretons du parti d’extrême-droite aux élections municipales (15-22 mars). Et à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) ce vendredi 31 janvier, Marine Le Pen a affirmé que le RN pouvait créer la surprise.

Marine Le Pen, aux côtés de Gilles Pennelle (d.), conseiller régional RN, et Philippe Miailhes (g.), tête de liste RN à Saint-Malo (Ille-et-VIlaine), était en Bretagne pour soutenir les candidats RN aux municipales.
Marine Le Pen, aux côtés de Gilles Pennelle (d.), conseiller régional RN, et Philippe Miailhes (g.), tête de liste RN à Saint-Malo (Ille-et-VIlaine), était en Bretagne pour soutenir les candidats RN aux municipales. © Radio France - Nicolas Fillon

Saint-Malo, France

Ambiance plutôt sereine à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) ce vendredi 31 janvier pour la venue de Marine Le Pen. Surtout, pas le même comité d’accueil que celui de la veille, à Brest (Finistère), où près de 200 manifestants étaient venus protester contre la visite de la présidente du Rassemblement National (RN), en mission pour donner un coup de projecteur sur les candidats bretons du parti d'extrême-droite. La conférence de presse de la dirigeante politique avait même dû être délocalisée.

Marine Le Pen fustige les "punks à chiens de Brest"

Mais cette fois, aucune trace de "milice d’extrême-gauche" ou de "punks à chiens de Brest" pour reprendre les termes fleuris de Marine Le Pen, encore visiblement en colère après son passage mouvementé du côté du Finistère. On la sentait pourtant plutôt à l’aise lors de son petit tour de marché matinal, et électoral, dans la cité malouine, aux côtés de Gilles Pennelle, président du groupe RN au conseil régional de Bretagne - accessoirement aussi directeur de campagne du parti - et Philippe Miailhes, tête de liste RN à Saint-Malo. 

Un petit bain de foule sans histoire malgré quelques réfractaires, puis une conférence de presse avant un discours devant une quarantaine de sympathisants dans la maison de quartier de la Madeleine. Avec un service d'ordre un peu moins tendu que la veille à Brest, malgré l'interdiction de prendre en photo la prise de parole de la présidente du RN devant les militants.

Une Marine Le Pen qui, en Bretagne, n'a pas pu s'empêcher de filer la métaphore maritime : "Au Rassemblement National, on n’a pas peur du vent, même quand il souffle fort ! On a un tempérament de marin par gros temps. En bon capitaine, on n’abandonne pas le navire. Les récifs sont proches, il faut éviter que le bateau France ne coule."

Et elle a de grandes ambitions pour le Rassemblement National en Bretagne notamment après les résultats aux élections européennes de mai dernier : le RN était arrivé en deuxième position derrière LREM, avec 17,7 % des voix, un peu plus qu’en 2014, contre 23,1 % sur l’ensemble du pays.

Notre priorité, c'est l'implantation locale (Marine Le Pen, présidente du RN)

Mais contrairement aux dernières municipales, son parti mise davantage "sur la qualité de l’engagement des candidats plutôt que leur quantité", dit-elle. Avec, comme objectif, l'élection d'un maximum de conseillers municipaux dans la plupart des villes bretonnes où le RN se présente. Une quinzaine au total.

"Notre priorité, c’est l’implantation locale, souligne la cheffe du RN. Notre stratégie diffère d’il y a six ans, où nous avions besoin de lancer le plus de candidats possible dans les municipalités afin de permettre de détecter les plus efficaces, ceux qui émergeraient. Aujourd’hui, nous sommes concentrés sur des communes qui ont électoralement une importance pour nous, celles où nous sommes quasiment certains d'y faire élire des conseillers municipaux."

Marine Le Pen pense notamment à l’Ille-et-Vilaine et les municipalités de Fougères, Vitré, ou encore Saint-Malo, où le RN aurait selon elle des chances de faire de belles percées. Et pour la présidente du Rassemblement National, les thèmes concernant la sécurité et l’immigration sont une fois de plus au centre des débats pour ces municipales. Même en Bretagne.

"On voit bien que la Bretagne a été victime d’une explosion du nombre de migrants qui ont été installés dans toute une série de villages, et il n’y a absolument aucune raison pour se dire que cela va arrêter, argumente Marine Le Pen. Cette immigration massive et conséquente a une conséquence factuelle : l’augmentation de l’insécurité. Elle n’est pas uniquement du fait de l’immigration clandestine, cela vient également de la délinquance itinérante."

Autres priorités du parti d'extrême-droite en terres bretonnes : le soutien aux entreprises locales ou encore la lutte contre la hausse du prix de l'immobilier. Tout un programme, qui fait dire à Marine Le Pen qu’il devrait y avoir "de très bonnes surprises en Bretagne" pour le RN lors de ces élections.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu