Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales à Saint-Martin-d'Hères : trois listes d'opposants face au maire PCF qui se représente

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Isère

A Saint-Martin-d'Hères, deuxième ville de l'Isère, trois challengers du maire communiste sortant veulent faire entrer la commune dans le XXIe siècle en mettant fin, disent-ils, à 75 ans de communisme. David Queiros, lui, revendique son bilan et appelle à voter pour lui au premier tour, le 15 mars.

De gauche à droite, Philippe Charlot, Mohamed Gafsi, Georges Oudjaoudi et David Queiros
De gauche à droite, Philippe Charlot, Mohamed Gafsi, Georges Oudjaoudi et David Queiros © Radio France - Véronique Pueyo

Avec 38 500 habitants, Saint-Martin-d'Hères (Isère) est la deuxième ville de la métropole grenobloise, mais aussi l'une des plus pauvres : elle perçoit la Dotation de solidarité urbaine (DSU). Depuis la Libération, elle fait partie de ce que l'on appelle la "ceinture rouge" de Grenoble, car elle est dirigée par un maire communiste. 

Ecoutez les 4 candidats à la mairie de Saint Martin d'Hères

Le dernier en date, élu en 2014, est David Queiros, 44 ans. Il entre pour la première fois au conseil municipal en 1999, comme délégué à la jeunesse. Dauphin désigné de René Proby, médecin et maire décédé en février 2015, il se présente pour un second mandat, avec sa liste "SMH en avant" : " J'ai un bon bilan, je suis confiant. Mais je me méfie des combines politicardes de l'entre-deux tours. Ils sont trois contre moi. C'est pourquoi j'appelle à voter pour moi dès le premier tour. "

David Queiros - Radio France
David Queiros © Radio France - Véronique Pueyo

Pour ses adversaires, tous trois élus de l'opposition martinéroise, il est temps de tourner la page de 75 ans de communisme. "La ville est figée" estime Philippe Charlot, 52 ans, avec la liste "SMH Demain", soutenue par LREM, . "L'équipe sortante n'a pas de projet" renchérit l'écologiste Georges Oudjaoudi, 76 ans, tête de liste de "Solid'Hères". Mohamed Gafsi, 49 ans, LR, à la tête de la liste "Saint Martin d'Hères, Ensemble, c'est mieux" va dans le même sens : "La majorité est sectaire. La situation s'est dégradée en direction des quartiers.  Dans l'opposition, on était mis de côté, difficile d'avoir des informations sur ce qui se décidait."

Philippe Charlot - Radio France
Philippe Charlot © Radio France - Véronique Pueyo

Neyrpic, un des gros dossiers du mandat

Sur le projet Neyrpic, qui stagnait depuis plus de dix ans et qui, depuis décembre, est entré dans une phase concrète, avec le début des travaux menés par le promoteur Apsys, propriétaire de cette friche industrielle où il investit 200 millions d'euros, le maire sortant, David Queiros, est droit dans ses bottes : "Qu'on ne vienne pas me dire qu'à cause de ce projet, il n'y aura pas de vrai centre-ville à Saint-Martin-d'Hères. C'est tout le contraire. Neyrpic va permettre à notre commune d'affirmer une centralité, avec, à côté des commerces, des espaces publics et de loisirs, la Maison Communale, la clinique Belledonne, Pôle emploi, l'Espace air-climat-énergie, sans oublier le tram, les lignes de bus et le chrono-vélo." Le plus opposé au projet, c'est Georges Oudjaoudi qui, s'il est élu, veut revoir le projet de A à Z avec le promoteur.

Affiche apposée sur les murs de la friche Neyrpic, par le propriétaire Apsys - Radio France
Affiche apposée sur les murs de la friche Neyrpic, par le propriétaire Apsys © Radio France - Véronique Pueyo

Construit-on trop à Saint-Martin-d'Hères ?

Le maire sortant se fait aussi attaquer sur l'urbanisme. Ses adversaires sont d'accord pour dire qu'on construit trop de logements sociaux à Saint Martin d'Hères. "On compte 43 % de logements sociaux, c'est trop. La mixité sociale n'est pas au rendez-vous. On entasse les gens les uns sur les autres, alors qu'ils devraient vivre les uns à côté des autres !" estime Mohamed Gafsi. 

Mohamed Gafsi - Aucun(e)
Mohamed Gafsi - DR

Pour Georges Oudjaoudi, il faut d'abord rénover avant de construire car l'urgence écologiste doit être une priorité. Philippe Charlot est sur la même longueur d'ondes mais prône une écologie non punitive : "Sinon, c'est la double peine pour les plus pauvres. Il faut baisser le coût énergétique des logements, dont beaucoup sont encore de vraies passoires." Réponse de David Queiros : "Sur les 43 % de logements sociaux, 20% sont des logements étudiants, avec la proximité du campus universitaire. Donc on vise les 25 % comme le veut la loi SRU, ni plus, ni moins. Et puis, dire qu'il y a trop de logements sociaux, c'est un argumentaire profondément choquant, de rejet de ces populations qui vivent dans ces logements sociaux."

Georges Oudjaoudi - Radio France
Georges Oudjaoudi © Radio France - Véronique Pueyo

Absentionnisme ?

En 2014, lors des dernières municipales, le taux d'abstentionnistes était de 51 %. David Queiros l'avait emporté avec 464 voix d'avance sur son challenger, le socialiste Philippe Serre, sur la liste duquel figuraient alors Georges Oudjaoudi et Philippe Charlot, aujourd'hui adversaires... David Queiros, le seul à revendiquer son étiquette communiste, a, lui, rassemblé sur sa liste des membres de la France Insoumise et du mouvement Génération.s, de Benoît Hamon. 

En revanche, on ne sait pas encore s'il y aura des socialistes. Les tractations sont toujours en cours. Mais Paul Saou, le secrétaire de section PS de Saint-Martin-d'Hères qui devait conduire une liste a jeté l'éponge voici quelques semaines. Certains socialistes seraient tentés de rallier Solid'Hères, d'autres voudraient continuer avec la majorité sortante. Quant à l'élue d'opposition de droite, Asra Wassfi qui a eu des velléités de lancer sa propre liste, elle a décidé également de se retirer pour l'instant de la vie politique locale. Pour mieux y revenir dans six ans ? 

L'inconnue de cette élection sera donc les abstentionnistes. Reste à savoir qui arrivera à les mobiliser le 15 mars prochain. 

La mairie de Saint Martin d'Hères, aux mains du PCF depuis 1945 et que briguent quatre candidats - Radio France
La mairie de Saint Martin d'Hères, aux mains du PCF depuis 1945 et que briguent quatre candidats © Radio France - Véronique Pueyo

Les quatre candidats débattront en direct sur France Bleu Isère, mercredi 12 février de 18H à 19H. Un débat en collaboration avec le Dauphiné Libéré, depuis l'Espace René Proby, à Saint Martin d'Hères.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu