Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

Municipales à Saint-Médard-en-Jalles : le maire sortant défend ses "engagements clairs, précis, chiffrés"

-
Par , France Bleu Gironde

À moins d'une semaine du second tour des élections municipales, Jacques Mangon, maire sortant centriste de Saint-Médard-en-Jalles, était l'invité de France Bleu Gironde, ce lundi matin. Il fait le pari de son programme aux engagements "clairs et précis" face à "l'écran de fumée" de son adversaire.

Jacques Mangon, maire sortant de Saint-Médard-en-Jalles, candidat au second tour des municipales
Jacques Mangon, maire sortant de Saint-Médard-en-Jalles, candidat au second tour des municipales © Radio France - Aurélie Bambuck

Invité de France Bleu Gironde ce lundi matin, Jacques Mangon, le maire sortant centriste de St-Médard-en-Jalles arrivé en tête du premier tour, opposé dimanche au second tour des municipales à une liste de gauche menée par Stéphane Delpeyrat. 

France Bleu Gironde : Jacques Mangon, vous avez obtenu 38% des voix au premier tour et vous avez fait alliance entre les deux tours avec Stéphane Bessière, sans étiquette, arrivé troisième avec 17%. Il disait pourtant pendant la campagne que vous étiez un "homme du passé". Qu'est-ce qui a rendu ce rapprochement possible ?

Jacques Mangon : Évidemment, il y a toujours quelques noms d’oiseau au premier tour, mais notre rapprochement s’est fait sur le fond, c’est-à-dire sur la comparaison de nos deux programmes, qui convergeaient à près de 80%. Et puis le fait qu’on ait voulu construire une liste d’intérêt général avec une sensibilité locale ancrée. Nous sommes tous les deux des habitants de la commune depuis longtemps, nous travaillons, nous vivons, nous avons une implantation réelle, et face à nous, le choix est clair : monsieur Delpeyrat est un candidat extérieur à la commune, parachuté depuis quelques semaines avant l’élection, qui vient ici pour chercher une implantation politique avec une liste très marquée politiquement. Ce sont vraiment deux façons de concevoir la politique locale, très différentes. En tout cas, notre volonté à nous c’est de privilégier le fond et d’avoir des propositions concrètes. Nous nous sommes enrichis mutuellement de nos programmes du premier tour.

Avec Stéphane Bessière, vous aviez tout de même une divergence sur le tracé du tramway. Il va être aménagé ce tracé ?

Il y avait d’abord la même volonté partagée par les deux listes de faire arriver le tramway au centre-ville. Alors que monsieur Delpeyrat cherche à faire dérailler le projet du tramway, il ne le soutient pas, il cache un peu ses intentions. Nous, nous nous sommes entendus sur le fait que notamment, le parc-relais en centre-ville ferait une très large place aux mobilités douces, faciliter en particulier le fait qu’on vienne prendre le tramway à vélo. 

La crise économique ne va pas faciliter le financement de cette prolongation du tramway jusqu'à Saint-Médard-en-Jalles. Lors de son alliance avec le maire de Bordeaux Nicolas Florian, Thomas Cazenave a dit qu'il faudrait faire des choix et que les extensions du tram ne seraient pas forcément des priorités. Vous êtes inquiet ?

Je ne crains pas du tout parce que ce financement a été voté, le tramway a été voté, nous avons d’ailleurs fait une déclaration commune il y a maintenant une semaine, avec le maire de Bordeaux, le président de Bordeaux Métropole, les vice-présidents chargés des transports, la maire du Taillan-Médoc à la suite des rumeurs propagées par mon adversaire, pour confirmer que bien entendu nous ferions cette extension telle qu’elle est prévue. Le tramway arrivera en 2024 à Saint-Médard-en-Jalles.

Saint-Médard-en-Jalles, c'est l'aéronautique. Un secteur en grosses difficultés. Vous êtes inquiets aujourd'hui pour les emplois sur votre ville ?

Il faut bien sûr être très attentif. On n’est pas très inquiets pour les grands groupes qui auront les moyens de faire le dos rond, de prendre les mesures utiles. Mais bien entendu il y a beaucoup de sous-traitants et ils vont avoir des pertes de travail et de commandes. Nous aurons d’ailleurs un plan post-crise mis en route, en particulier pour les secteurs où nous avons, nous, à intervenir, je pense par exemple aux commerces de proximité. Nous avons déjà pris des mesures, nous allons continuer à en prendre, pour aider aussi de manière générale tous ceux qui peuvent être touchés par la crise. C’est la raison pour laquelle notre liste s’appelle « Rassemblons-nous sur l’essentiel » parce que peut-être, il faudra qu’on adapte notre programme sur des éléments un peu secondaires, pour se concentrer sur des urgences qui vont se révéler dans les mois à venir.

Quel message voulez-vous passer aux électeurs de Saint-Médard-en-Jalles à moins d’une semaine du second tour des municipales ?

Je veux leur dire qu’on leur explique, de l’autre côté, que Saint-Médard-en-Jalles c’est l’enfer. Ils savent bien que ce n’est pas le cas, que c’est une ville qui se réveille, une ville nature, on a fait beaucoup et on va faire encore beaucoup plus désormais avec des engagements clairs, précis, chiffrés, contrairement à notre adversaire. Par exemple sur le développement durable, nous avons prévu un plan de 15 millions d’euros de rénovation énergétique des bâtiments publics, nous avons prévu 10 kilomètres de pistes cyclables nouvelles, une maison des mobilités. Nous avons prévu de faire du 100% bio ou circuits courts d’ici la fin du mandat dans nos écoles. Nous avons prévu 5 hectares d’agriculture urbaine. Nous avons prévu 12 millions d’euros pour les écoles avec la construction d’une nouvelle école en centre-ville. Nous prévoyons le tramway en 2024 au centre-ville. Nous avons un plan important sur la tranquillité publique, nous prévoyons de la proximité avec 200 000 euros pour des budgets participatifs, de rénover les équipements de rugby. Tout ça est clair et précis. Face à nous, il y a une espèce d’écran de fumée, une vision très politique, très dénigrante de la politique locale. Mais nous on nous a vus à l’œuvre depuis six ans. Tout n’a pas été parfait bien sûr. Beaucoup de choses ont été faites et nous continuerons à les faire avec engagement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu