Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales à Saint-Pardoux-le-Lac: rivalités anciennes dans la commune nouvelle ?

-
Par , France Bleu Limousin

Le scrutin municipal sera historique à Saint-Pardoux-le-Lac. C'est la première fois que les habitants de cette commune nouvelle, née le 1er janvier 2019, éliront directement leurs conseillers municipaux. Mais cette commune "réunifiée" n'évite pas les divisions: deux "anciens maires" vont s'opposer.

Qui dirigera la commune de Saint-Pardoux-le-Lac après les Municipales de mars prochain?
Qui dirigera la commune de Saint-Pardoux-le-Lac après les Municipales de mars prochain? © Radio France - Alain Ginestet

Les élections municipales seront vraiment particulières le mois prochain à Saint-Pardoux-le-Lac, dans le Nord de la Haute-Vienne. A double titre. D'abord, c'est la première fois que les habitants de cette commune nouvelle, née le 1er janvier 2019 de la fusion des communes de Roussac, Saint-Pardoux et Saint-Symphorien-sur-Couze, éliront directement leurs conseillers municipaux. 

Un mode de scrutin légèrement modifié

Et cela change tout. La nouvelle commune de Saint-Pardoux-le-Lac dépasse en effet désormais largement le seuil des 1000 habitants - plus de 1300 (et 1037 inscrits), et du coup les règles du jeu changent. Plus de droit au "panachage", autrement dit pas question de rayer ou de rajouter un nom sur une liste, sous peine de voir le bulletin de vote classé nul. On votera donc pour des listes entières. Le nouveau conseil municipal comprendra 19 membres : le Maire, 5 adjoints et 13 conseillers. La seule chose qui ne changera pas, c'est que les trois bureaux de vote des anciennes communes seront maintenus, à Saint-Pardoux, à Roussac et à Saint-Symphorien.  

Jean-Michel Lardillier (à gauche) et Vincent Peyresblanques, en mairie de Saint-Pardoux, il y a un an (février 2019) - Radio France
Jean-Michel Lardillier (à gauche) et Vincent Peyresblanques, en mairie de Saint-Pardoux, il y a un an (février 2019) © Radio France - Alain Ginestet

Mais le changement de scrutin ne sera pas la seule originalité de cette élection. Sur le plan politique, au moins deux listes vont s'affronter. 

Deux listes en lice : celle du maire sortant, et celle d'un de ses adjoints

L'une sera conduite par le Maire sortant, Vincent Peyresblanques, ancien maire de Roussac et donc maire de St Pardoux-le-Lac depuis la naissance de la commune l'an passé. L'autre liste (sans étiquette) sera menée par Michel Grapy, actuel maire-adjoint, et comptera dans ses rangs, en troisième position, un certain Jean-Michel Lardillier. Maire de Saint Pardoux durant 37 ans, ce dernier était depuis la fusion "maire délégué de Saint-Pardoux" aux côtés de Vincent Peyresblanques. 

Mais aujourd'hui, "j'ai peur que Saint-Pardoux nouvelle commune ne soit pas bien défendue", explique Jean-Michel Lardillier, "et je veux m'impliquer de nouveau pour plus de proximité, plus de social, et continuer une politique de développement que je ne sens pas dans la direction actuelle de la commune".  

De son côté, Vincent Peyresblanques, qui conduira une liste également sans étiquette, entend continuer ce qu'il a commencé. "Nous poursuivons la construction de cette commune nouvelle, qui n'a qu'un an, et qui _mérite de grandir_, d'aller vers l'innovation et le développement" explique-t-il. 

Un an après la fusion, on est déjà divisés, ce n'est pas bon

Chacun assure déplorer la division qui éclate au grand jour. "_Le meilleur atout eut été de montrer une unité, mais on s'aperçoit qu'_un an après (la fusion), on est déjà divisés entre élus, et ce n'est pas bon", reconnaît Jean-Michel Lardillier. "Je comprends que de l'extérieur, cela apparaisse comme de la désunion, mais c'est juste plutôt toute l'essence de la démocratie" estime pour sa part Vincent Peyresblanques, espérant que "le futur maire soit élu sur un projet, sur des idées, et uniquement sur cela", conclut-il.  

Malgré ces divergences, un an après le mariage à trois, personne ne semble remettre en cause l'intérêt et la pertinence de la fusion. Pas de divorce à l'horizon. C'est déjà ça.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu