Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales à St Médard-en-Jalles : pour Stéphane Delpeyrat, "aucune promesse du maire sortant n'a été tenue"

-
Par , France Bleu Gironde

L'élu régional Stéphane Delpeyrat (Génération.s) mène une liste d'union de la gauche face au maire centriste Jacques Mangon. Il fustige les promesses non tenues du sortant : l'arrivée du tram en 2019, le parc du Bourdieu non aménagé, ne pas augmenter les impôts et arrêter les constructions.

Stéphane Delpeyrat qui mène la liste d'union de la gauche à Saint-Médard-en-Jalles
Stéphane Delpeyrat qui mène la liste d'union de la gauche à Saint-Médard-en-Jalles © Radio France - Stéphanie Brossard

Il y a avec Stéphane Delpeyrat, Génération.s, le PS, le PC, et les Radicaux de gauche, pour mener la reconquête de Saint-Médard-en-Jalles, durant 30 ans à gauche, et aux mains du centriste Jacques Mangon depuis 2014.

France Bleu Gironde : vous avez été maire dans les Landes à Saint-Aubin durant 18 ans et vous avez déménagé l'an dernier à Saint-Médard-en-Jalles. Etes-vous légitime à mener cette campagne électorale ?

Stéphane Delpeyrat : biensûr, je travaille au Haillan depuis 2014, à Bordeaux depuis 2012, et donc engagé dans le secteur depuis 6 ans. Et il s'est trouvé que les forces de gauche ont pensé que ma candidature pouvait les aider à rassembler. Donc j'ai à la fois l'expérience et l'envie qui s'est traduite par une liste d'union.

Pourquoi mettre l'écologie au coeur du programme, parce que c'est à la mode en ce moment ?

C'est pas une question de mode mais d'urgence. On l'a fait à la Région avec Neo Terra. Je crois qu'aujourd'hui, aucune collectivité ne peut fermer les yeux devant cette urgence. On en voit les premières conséquences graves, avec par exemple à la Région, l'étude qui nous a été remise par Hervé Le Treut : dès 2030, on aura un problème d'eau potable. Donc ne pas agir la-dessus, serait totalement irresponsable.

Mais à Saint-Médard, ça se traduirait pas quels actes ?

Arrêter l'artificialisation des sols, à travers les constructions, le bétonnage, comme on peut le voir place de la République. C'est aussi recréer une ceinture maraîchère, une agriculture urbaine. C'est la montée en puissance des énergies renouvelables sur tous les bâtiments publics. C'est aussi le gaspillage alimentaire dans les écoles. C'est beaucoup de choses. C'est transversal, la qualité de l'air, de l'eau. Et évidemment, la question cruciale des transports.

Le tramway va arriver en 2014 annonce Jacques Mangon. Et vous regrettez qu'il arrive en centre-ville ?

Pour l'instant, la Métropole a l'autorisation de lancer une déclaration d'utilité publique. On en est là. Il n'y a pas de financements. Et je ne regrette pas qu'il arrive au centre-ville, mais là où c'est prévu. Parce que ça va poser de nouveaux problèmes de travaux durant 3/4 ans, puis de circulation parce que c'est un tram sur voie unique, avec un cadencement toutes les 20 minutes. On a aussi un BHNS qui arrive. Il y a les bus actuels et les automobiles. Ce sera un aspirateur à voitures en centre-ville alors qu'on est déjà congestionné. Donc il faut le positionner différemment. C'est pourquoi nous sommes favorables à l'extension du tram A de l'autre côté, qui desservent les zones d'activité économiques. Etant le poumon économique de la Métropole, avec Dassault, Safran, Ariane etc, on n'a pas de desserte en transports en commun satisfaisante. C'est pourquoi on trouve le tracé choisi, un peu curieux. On veut nous, partir des problèmes du quotidien (domicile-travail) et pas faire Saint-Médard, place de l'hôtel de ville à Bordeaux.

Saint-Médard-en-Jalles a été un bastion de gauche durant 30 ans avant l'élection de Jacques Mangon, c'est ce qui vous rend optimiste ?

Non optimiste parce qu'on a réussi le rassemblement. Et parce que le bilan du maire sortant n'est pas bon. Il a fait quatre grandes promesses et aucune n'a été tenue : l'arrivée du tram en 2019, le parc du Bourdieu non aménagé, ne pas augmenter les impôts et arrêter les constructions. Sur ces 4 sujets, il y a un vrai mécontentement dans la population. Et on a construit un projet, qui de cette colère, peut faire naître un espoir. On a une bonne dynamique. C'est ça qui nous rend optimiste.

Les candidats déclarés à Saint-Médard-en-Jalles

  • Jacques Mangon : maire sortant centriste
  • Stéphane Delpeyrat : union de la gauche
  • Stéphane Bessière : sans étiquette
  • Cécile Marenzoni : liste participative
Choix de la station

À venir dansDanssecondess