Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales à Toulouse : Nadia Pellefigue attaque Jean-Luc Moudenc sur le front de la sécurité

-
Par , France Bleu Occitanie

La candidate socialiste présente son projet en matière de sécurité. Elle accuse le maire sortant de ne pas se battre suffisamment pour obtenir les moyens de police nationale supplémentaires. Elle dénonce aussi une dégradation de la sécurité des habitants dans certains quartiers.

Nadia Pellefigue, entourée de Claude Raynal et d'une commerçante du quartier Sept Deniers
Nadia Pellefigue, entourée de Claude Raynal et d'une commerçante du quartier Sept Deniers © Radio France - Julien Corbière

Toulouse, France

Nadia Pellefigue se montre particulièrement offensive sur le sujet de la sécurité. La candidate socialiste aux élections municipales, à Toulouse, a présenté ce lundi son projet en matière de sécurité. Elle juge la situation dégradée à Toulouse, notamment dans certains quartiers comme les Sept Deniers où s'est tenue la conférence de presse. Selon elle "Jean-Luc Moudenc n'a rien obtenu de l'État malgré ses excellents relations et sa proximité politique avec le Président de la République et le Premier Ministre".

La conseillère régionale s'appuie sur des témoignages d'habitants de de commerçants, notamment la patronne d'un pressing de la route de Blagnac. Amel Lakehal est excédée par la situation qui s'est dégradée dans le quartier depuis un an : " J'ai perdu 30% de mon chiffre d'affaire en une année depuis qu'ils sont là (ndlr : les dealers). Je suis fatiguée. Si ça ne change pas, je quitte le quartier." Le deal, la prostitution, existaient dans le quartier auparavant, mais pas à ce niveau selon elle, et surtout pas avec des dealers aussi jeunes : "Ca fait dix ans que j'ai racheté ici, il y a toujours eu des petits problèmes, mais c'était plus ou moins gérable. C'est plus le cas. Ils ont 11 ans, maximum 15 ou 16. Ils agressent mes clients, les clients ont peur..."

Le plan Pellefigue : des unités territoriales de police municipale

Nadia Pellefigue annonce, si elle est élue en mars prochain, un ton plus ferme face au gouvernement pour obtenir des moyens de police nationale supplémentaire, une présence de la police municipale dans les quartiers avec la création d'unités territoriales, une brigade spécialisée contre les nuisances sonores. Elle veut aussi s'attaquer au sujet de la nuit à Toulouse pour faire en sorte de concilier vie festive et ville tranquille. Elle promet la création d'un poste d'adjoint au maire "chargé de la nuit" comme cela s'est fait dans plusieurs grandes villes de France.

Au sujet de la vidéo-protection la candidate socialiste s'engage à maintenir les 381 caméras installées en ville mais elle affirme réfléchir à une localisation plus pertinente de ces dispositifs. Elle veut aussi agir sur les violences faites aux femmes en créant une maison d'accueil et promet une autre politique sur la lutte contre la prostitution alors que le maire sortant vient d'étendre son arrêté municipal d'interdiction de la prostitution.

Un positionnement politique qui peut étonner

Ce n'est pas nouveau de voir la gauche s'emparer du sujet sécurité. Mais ce qui est plus neuf, c'est de voir Nadia Pellefigue critiquer sur le sujet la politique de la droite, en l'accusant de ne pas en faire assez. La candidate avait donc organisé sa conférence de presse aux Sept Deniers, le quartier d'Olivier Arsac le maire-adjoint chargé de la sécurité, un quartier touché par des nombreux faits-divers ces derniers mois, particulièrement par le meurtre d'une octogénaire chez elle en mars dernier. La candidate le reconnaît, il n'y a pas de solution miracle sur le sujet de l'insécurité. Mais Jean-Luc Moudenc est accusé d'avoir délaissé certains quartiers, par exemple en réduisant les subventions à certaines associations, ou les tournées des ordures ménagères.

Choix de la station

France Bleu