Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

Municipales à Toulouse : Nadia Pellefigue réclame la tranquillité et ne dit pas pour qui elle votera

-
Par , France Bleu Occitanie

L'ancienne candidate socialiste à la mairie de Toulouse entend garder le silence. Alors que la question de la large union de la gauche derrière Antoine Maurice se pose, elle ne souhaite pas commenter la campagne. Et surtout, elle ne dit pas clairement si elle votera pour Archipel Citoyen.

La socialiste Nadia Pellefigue a présenté les 71 candidat-e-s pour "Une nouvelle énergie pour Toulouse".
La socialiste Nadia Pellefigue a présenté les 71 candidat-e-s pour "Une nouvelle énergie pour Toulouse". © Radio France - Magalie Lacombe

En se retirant de la course au Capitole, faute d'accord avec la liste Archipel, le 2 juin, Nadia Pellefigue a dit son dernier mot. Que les choses soient claires... Dans un long communiqué publié ce vendredi, l'ex-candidate socialiste à la maire de Toulouse (18,5 % au premier tour) explique pourquoi elle ne répondra pas aux sollicitations des journalistes avant le deuxième tour : "J'ai indiqué avec clarté ma décision de ne pas participer au second tour de l'élection municipale (...) j'ai souhaité encourager la victoire de la gauche en retirant ma candidature faute de convergences suffisantes pour réaliser le rassemblement."

Nadia Pellefigue souhaite donc la victoire de la gauche, mais n'appelle pas clairement à voter pour la liste écologiste Archipel Citoyen et son leader Antoine Maurice, arrivée deuxième (27,6%) derrière le maire sortant Jean-Luc Moudenc (37,2%).

Une nuance importante dans un contexte tendu au Parti socialiste

Car c'est bien la question que nous, à France Bleu Occitanie, et d'autres médias visiblement, voulions lui poser : "Appelez-vous clairement à voter pour Antoine Maurice ?" Une question qui se pose d'autant plus depuis le soutien affiché par Michel Lacroix, numéro 2 de la liste Pellefigue, qui a annoncé en début de semaine qu'il voterait Jean-Luc Moudenc. Michel Lacroix n'est pas encarté PS. 

C'est le première fois que le Parti socialiste n'est pas présent au deuxième tour des élections municipales à Toulouse. Et un autre soutien officiel se fait attendre à gauche, celui de la présidente socialiste de la Région Occitanie, Carole Delga. Sur France Bleu Occitanie ce lundi, elle aussi a dit souhaiter l'union de la gauche, mais sans appeler clairement à voter pour Antoine Maurice. Une réunion entre la présidente de région et le candidat d'Archipel devait avoir lieu ce vendredi.

Le noeud de la LGV

Au cœur des discussions sans aucun doute, la future LGV entre Bordeaux et Toulouse, estimée à plus de sept milliards d'euros. C'est l'un des gros dossiers défendus par Carole Delga, et Antoine Maurice s'y est toujours montré opposé, préférant défendre un projet moins coûteux (quatre milliards selon lui) de modernisation de la ligne existante afin de rapprocher la capitale d'Occitanie de Paris. Carole Delga et Jean-Luc Moudenc défendent ensemble ce projet. Et à gauche, beaucoup n'ont pas apprécié de voir Carole Delga aux côtés de Jean-Luc Moudenc à la sortie du confinement, à la rencontre des commerçants toulousains.

Dans son communiqué, Nadia Pellefigue demande donc la tranquillité médiatique, dans les sollicitations... et dans les citations de son nom : 

"J’observe depuis plusieurs jours l’utilisation de mon nom à des fins électorales (tracts, discours, débats). J'appelle à la lucidité de chacun quant à l'influence réelle de telles pratiques. Femme libre, je ne suis et ne serai jamais l’objet de personnes ou de partis." 

Référence implicite aux propos de Jean-Luc Moudenc, le maire sortant LR, qui cite régulièrement Nadia Pellefigue pour pointer le doigt les divisions de la gauche, comme ce fut le cas lors du débat France Bleu / 20 Minutes ce jeudi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu