Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
EN DIRECT - Paris : quatre personnes blessées à l'arme blanche, un suspect interpellé

VIDÉO - Municipales à Tours : les meilleurs moments du débat organisé par France Bleu Touraine

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Touraine

Les 11 candidats à l'élection municipale à Tours étaient réunis ce mardi 10 mars pour un débat en direct sur France Bleu Touraine. Parmi les thèmes abordés, le transport et l'éventuelle nouvelle ligne de tram, la sécurité mais aussi les grands projets à venir. Voici les meilleurs moments en vidéo.

Les candidats pour l’élection municipale à Tours dans le studio de France Bleu Touraine ce mardi 10 mars.
Les candidats pour l’élection municipale à Tours dans le studio de France Bleu Touraine ce mardi 10 mars. © Radio France - Philippe Doussot

Les 11 candidats à l’élection municipale à Tours étaient présents pour ce débat ce mardi 10 mars à cinq jours du premier tour. Emmanuel Denis, Christophe Bouchet, Benoist Pierre, Gilles Godefroy, Xavier Dateu, Nicolas Gautreau, Thomas Jouhannaud, Carole Charrier, Claude Bourdin, Philippe Lacaïle et Mickaël Cortot ont échangé et présenté leurs projets pour Tours. 

Politique et étiquette 

Onze candidats pour le ville de Tours, c'est beaucoup, et cela illustre les difficultés rencontrés par les différents partis pour présenter des listes communes. Des candidats qui se disputent l'investiture de LREM ou de la France insoumise, et une gageure que de réunir toutes les têtes de liste pour un débat commun. 

Les candidats ont bien insisté sur un point en ouverture du débat, ils s'engagent à rester maire jusqu'au bout du mandat, estimant que les électeurs ont été échaudés par la dernière mandature agitée. 

Carole Charrier, tête de liste pour "Nous ne battrons pas en retraite" qui est principalement constituée d'avocats, a expliqué que cette candidature était issue de la volonté de la profession de se faire entendre quand leurs actions ne semblent pas faire bouger le gouvernement. Une liste apolitique car pour Carole Charrier "il faut que les citoyens sachent qu'ils n'auront par exemple plus accès au droit avec la réforme des retraites (...) à ce moment-là, la municipalité sera bien obligé de s’emparer de ces problèmes. Nous voulons un vrai débat démocratique."

Les transports 

La construction d'une nouvelle ligne de tramway est au cœur des programmes pour ces municipales, un projet estimé à 500 millions et qui en fait pas l'unanimité. Nicolas Gautreau de la liste "Les Indépendants Tours" s'engage ; "on fera un référendum local (...) nous considérons qu'il est anormal que la gare de Saint-Pierre-des-Corps n'ait pas été prise en compte." 

Le tramway et le développement des alternatives à la voiture, pour le maire sortant Christophe Bouchet, "c'est une question de politique globale de mobilité, le tram en soi ce n'est pas une solution. Il faut faire ce qu'on fait déjà depuis six ans, faire baisser progressivement la place de la voiture."  

Un tram ça fige une ville - Gilles Godefroy

Du coté de Claude Bourdin de la liste "C'est au Tours du Peuple", l'idée est de développer tous les modes de déplacement alternatifs à la voiture. "Nous voulons installer des parkings-relais en périphérie de la métropole pour ensuite prendre les transports en commun totalement gratuitement. Sur le tramway on n'a pas fait toutes les études sur les modes alternatifs comme le tram-bus à hydrogène."  

Emmanuel Denis de la liste "Pour demain Tours 2020", est favorable à la deuxième ligne sur rail entre les deux hôpitaux. "Nous trouverons des financements via l'Etat, les fonds européens et la Région". "Mais en faisant la deuxième ligne, puis la troisième ligne, on ne répond pas au péri-urbain. Sur ce point, on revient à la colère des gilets jaunes. Je veux une vision plus large avec une deuxième ligne de Tram, puis un tram-train pour créer un réseau express Métropolitain à l'horizon 2040. On a la chance d'avoir une étoile ferroviaire qui donne des opportunités, pas seulement aux urbains mais aussi aux péri-urbains". 

Le candidat du Rassemblement national Gilles Godefroy est lui totalement opposé à la construction d'une nouvelle ligne. Pour lui "un tram ça fige une ville tandis que le bus, c'est souple, ça suit l'évolution d'une ville" 

Michaël Cortot de la liste "Projet citoyen pour Tours", "pour avoir un réseau qui vient vers le centre-ville et notamment vers la gare (...) qui doit devenir un vrai pole d’échange multimodal et permettre de réduire la part de la voiture en ville". Carole Charrier soulève de son côté que le tram "n'est pas une compétence de la ville mais celle de la métropole" avant d'ajouter "je pense qu'il faut donner la parole aux Tourangeaux à ce sujet".

L'avenir de l'aéroport de Tours 

Le candidat LREM Benoist Pierre s'oppose à la réduction des aides pour l'aéroport et donc la baisse des liaisons, pour lui, "ce sera une perte d'attractivité forte mais aussi pour notre économie". De son côté le candidat divers gauche Nicolas Gautreau estime qu'il "faut le développer de manière raisonnée en concertation avec les habitants (...) il va falloir qu'on rediscute fermement sur ce sujet et il faut un plan d'investissement cohérent sur cet aéroport".

Le maire sortant Christophe Bouchet voudrait lui "en faire aussi une plateforme inter-modale à cet endroit-là" pour qu'on puisse y passer de l'avion au bus par exemple. Un développent réclamé également par Philippe Lacaïle de la liste "Tours en Mouvement"pour qui "l'aéroport de Tours fait partie des rares outils de développement économiques dont nous disposons, il faut donc le maintenir. Il faut en faire une zone de développement économique où on accueillera des entreprises à visée environnementales mais aussi des logements". 

Le logement 

Alors que la gestion des logements est un des enjeux importants de ce scrutin Benoist Pierre s'engage à "créer un organisme foncier solidaire qui permettra un meilleur accès à la propriété (...) nous mettrons aussi à disposition des femmes victimes de violences ces logements d'urgence. Il faut créer ces 800 à 1000 logements (...) et il faut trouver une cohérence architecturale". 

Pour Gilles Godefroy, il faut prioriser les actions, "un des métiers qui va se développer, c'est celui de simulation, notamment à Tours (...) et une fois qu'on aura des logements digne, on pourra faire l'accès à la propriété" estime le candidat du RN. 

Il faut reprendre la main sur les grands projets urbains - Emmanuel Denis 

La rénovation thermique c'est aussi une priorité pour Emmanuel Denis qui ajoute qu'il "faudra aussi engager un grand plan de rénovation thermique des bâtiments publics (...) et il faut reprendre la main sur les grands projets urbains et commencer par une vraie concertation" pour la tête de liste "Pour Demain Tours 2020". 

Pour Thomas Jouhannaud de Lutte ouvrière, il ne faut pas laisser "la population face aux propriétaires et sur les promoteurs (...) c'est la population en se mobilisant qui peut le faire mais il faut des mesures contraignantes" pour que l'offre de logement soit plus adaptée eux besoins des habitants. Michaël Cortot pour la liste "Projet citoyen pour Tours" estime qu"il y a beaucoup de gens qui viennent travailler à Tours (...) parce que beaucoup de gens ne sont pas en capacité d'acheter à Tours. C'est pour cela qu'il ne faut pas détruire des logements sociaux".  

La sécurité

Nicolas Gautreau (DVG) constate "une augmentation de la délinquance, notamment des actes d'incivilités" et préconise "politique beaucoup plus ferme. Ça passera par une augmentation des effectifs de la police municipale (...) mais cela passera aussi par des actes de médiation". Benoist Pierre, le candidat LREM milite lui pour l’utilisation de drones "c'est de la prévention (...) et c'est moins cher qu'une caméra de surveillance. Ça permet finalement d'anticiper mais on va aussi réintroduire la police de proximité et augmenter son efficacité grâce aux moyens techniques"

Il faut remettre de l’humain dans tous les quartiers - Claude Bourdin

Christophe Bouchet dévoile des chiffres de la délinquance en baisse pour Tours, "ce qui ne veut pas dire qu'il faut s'arrêter là" et le maire sortant propose notamment la création de brigades pour le tramway mais toutes une série de mesures à renforcer. Claude Bourdin estime de son côté qu'il "faut remettre de l’humain dans tous les quartiers" et propose également d'ouvrir des maisons de santé dans tous les quartiers et une maison des femmes. "La sécurité c'est un problème global" pour le candidat de la liste "C’est au Tour(s) du Peuple", Claude Bourdin.

Pour Gilles Godefroy (RN) "il faut qu'il y ait une police qui ait une présence rassurante, hors, maintenant, on la voit très peu. la vidéosurveillance c'est bien mais une fois qu'on a les informations grâce à la vidéo, il faut pouvoir les exploiter.  (...) il faut créer une unité entre la police nationale et la police municipale"

Il faut rétablir la paix et ça passe par la médiation et par la conciliation - Carole Charrier

La candidate Carole Charrier souligne de son côté que "les drones c'est illégal car c'est une atteinte à la vie privée, il faut des plans de vol et surtout ça a un coût". Pour elle, "il faut rétablir la paix et ça passe par la médiation et par la conciliation". Enfin, sur le sujet de la sécurité plus particulièrement des femmes,la candidate de la liste "Nous ne battrons pas en retraite" estime qu'il faut donner plus de moyens financiers aux associations et mieux accueillir les victimes de violence. 

Pour Xavier Dateu (Nouveau Centre), il faut "réintroduire massivement du sport et de la culture dans les quartiers, il faut occuper les populations avec des choses qui les intéressent avec des équipements adaptés". le candidat du Nouveau centre milite pour "un plan massif, culturel et sportif"

Philippe Lacaïle veut lui "il faut mettre l'accent sur le volet de la prévention, remettre des associations dans les quartiers, aller vers les jeunes qui pourraient basculer, développer des activités d'animation dans les quartiers. le maire n'a pas de pouvoir répressif mais à la responsabilité d'assurer la tranquillité des habitants" souligne le candidat divers gauche. 

Les 11 candidats en lice à Tours

  • Emmanuel Denis (gauche rassemblée et écologiste)
  • Christophe Bouchet (majorité municipale)
  • Benoist Pierre (LREM)
  • Gilles Godefroy (RN)
  • Xavier Dateu (divers droite)
  • Nicolas Gautreau (divers gauche)
  • Thomas Jouhannaud (LO)
  • Carole Charrier (avocats)
  • Claude Bourdin (C’est au Tours du peuple)
  • Philippe Lacaïle (DVG)
  • Mickaël Cortot (DVG)

.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess