Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales au Mans : Isabelle Sévère, seule candidate à l'investiture pour mener la liste écologiste

-
Par , France Bleu Maine

C'est Isabelle Sévère, première adjointe de Stéphane Le Foll, qui devrait conduire la liste écologiste aux prochaines municipales au Mans. Le choix d'une liste autonome a été arrêté vendredi soir par Europe Ecologie Les Verts. Les adhérents voteront pour l'investiture le 6 novembre 2019.

Isabelle Sévère, seule candidate à l'investiture, devrait conduire la liste écologiste aux municipales de mars 2020 au Mans
Isabelle Sévère, seule candidate à l'investiture, devrait conduire la liste écologiste aux municipales de mars 2020 au Mans © Radio France - Julie Le Duff

Le Mans, France

Elle est la seule à s'être déclarée dans le délai imparti pour conduire la liste autonome dont le principe a été acté vendredi 11 octobre 2019 en assemblée générale par les adhérents manceaux d'Europe Ecologie Les Verts : c'est donc Isabelle Sévère qui devrait être tête de liste en mars 2020 au Mans. Le vote des adhérents sarthois pour valider son investiture aura lieu le 6 novembre prochain. 

Première adjointe du maire socialiste Stéphane Le Foll, toujours pas officiellement candidat, Isabelle Sévère indique que la liste est ouverte "à tous les citoyens intéressés par la démarche qui voudront la rejoindre". Cette enseignante en histoire-géographie de 52 ans revient pour France Bleu Maine sur la stratégie des écologistes pour ces élections municipales.

Qu'entendez-vous par "mettre l'écologie au coeur du projet municipal" ?

Cet été, nous avons connu deux canicules et la Sarthe est toujours aujourd'hui soumise à des restrictions de l'usage de l'eau. Il faut que la ville de demain s'adapte et soit en mesure d'accepter le choc qui nous attend. L'enjeu d'un projet écologiste, c'est de dire que nous ne voulons pas subir ce qui va se passer mais adapter la ville du Mans au réchauffement climatique, à la perte de la biodiversité, aux problèmes de pollution de l'air et de l'eau, aux problèmes de la qualité alimentaire. 

Les Verts ont longtemps été perçus comme des Cassandre qui annonçaient des mauvaises nouvelles. Aujourd'hui, on n'en est plus à simplement annoncer des mauvaises nouvelles : elles sont là. Les gens ont lu les rapports des scientifiques du Giec, partout nous sommes alertés par des signaux au rouge pour l'avenir de notre planète. C'est notre devoir de proposer un projet qui va dans ce sens. 

Je veux faire comprendre que l'écologie n'est pas une punition. Il faut vivre la situation comme une opportunité : quand on baisse la vitesse en ville, c'est pour le bien de tous et une meilleure vie. Le bio dans les cantines c'est la même chose. 

Pour la première fois depuis 2001, il n'y aura pas d'alliance avec le parti socialiste au premier tour : pourquoi ? 

Notre résultat aux élections européennes nous oblige : nous devons répondre aux attentes qui se sont exprimées. C'est très simple et très démocratique. Il faut que les Manceaux puissent, au premier tour, choisir un projet écologiste pour leur ville. Le vote du premier tour, c'est un vote d'adhésion. 

L'enjeu, c'est que les écologistes soient très bien placés à l'issue de ce premier tour et bien sûr en mesure de l'emporter. Il est clair que nous parlerons avec tous ceux qui se retrouveront dans cet arc écologiste pour construire un second tour qui soit constructif pour la ville et qui puisse porter des valeurs sociales et solidaires comme c'est le cas aujourd'hui au Mans.

Nous ne sommes pas dans une démarche "anti", il n'est pas question de renier tout ce qui a été fait dans la majorité municipale. Mais nous voulons encore une fois que l'écologie soit la base du projet, et pas juste une option. 

Le projet Ikea-Leclerc à Bener se fera-t-il si vous êtes élue maire du Mans ?

Je ne vais pas mentir : toutes les autorisations administratives ont été données pour Bener, malgré l'opposition des écologistes. D'ailleurs, je me réjouis que les positions aient évolué chez certains. Il reste des recours et il faut aller au bout, mais les autorisations ont été données. Si je suis maire du Mans, nous travaillerons à revoir la déclaration d'intérêt général, ce qui impliquera d'entrer dans une négociation avec les porteurs de projet et de voir les conséquences pour la Ville.

Bener est un projet de la ville d'hier : des néons, des galeries commerciales, des parkings et des enseignes qui sont les mêmes que celles qu'on trouve partout. Non seulement c'est l'artificialisation des sols, mais c'est l'artificialisation de nos vies. Notre projet c'est une ville vivante, apaisée, où on peut marcher, flâner à l'ombre, fréquenter des commerces qui ne soient pas stéréotypés. Regardez les difficultés des zones commerciales en périphérie du Mans : ce modèle ne correspond plus aux attentes des gens

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu