Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales au Mans : le coup de pression de La République en Marche sur Stéphane Le Foll

lundi 3 septembre 2018 à 14:56 Par Julie Le Duff, France Bleu Maine

Dans un communiqué qui précise sa stratégie pour les prochaines échéances électorales, La République en Marche Sarthe cible le maire PS du Mans. Le mouvement macroniste l'enjoint à "se montrer davantage au service des Manceaux (...) et un peu moins sur les places médiatiques parisiennes".

Stéphane Le Foll lors de son élection comme maire du Mans jeudi 14 juin 2018, sous le regard de Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat à l'égalité femmes-hommes et élue municipale et communautaire.
Stéphane Le Foll lors de son élection comme maire du Mans jeudi 14 juin 2018, sous le regard de Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat à l'égalité femmes-hommes et élue municipale et communautaire. © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

Trop présent sur les plateaux de télé et pas assez visiblement engagé sur les dossiers locaux ? C'est en tout cas le premier gros tacle de La République en Marche à Stéphane Le Foll depuis son élection à la mairie du Mans, et sans doute pas le dernier. Dans un communiqué, le mouvement macroniste saisit l'occasion du débat sur l'insécurité lancé la semaine dernière par un courrier des commerçants du centre-ville ; débat sur lequel le maire du Mans ne s'est pas encore exprimé dans les médias locaux, dans l'attente d'un rendez-vous programmé cette semaine avec les signataires du courrier.

Lancement des hostilités

"L’heure est à la priorité du « bien commun » et de l’engagement sur le terrain au plus près de nos concitoyens", indique le communiqué adressé aux rédactions sarthoises ce lundi. "C’est la raison pour laquelle nous appelons le Maire du Mans à se montrer davantage au service des Mancelles et des Manceaux et un peu moins sur les places médiatiques parisiennes à parler de la reconstruction du PS, thématique intéressant bien peu les citoyens du Mans".

Ce paragraphe arrive en toute fin d'un texte en forme de lancement de campagne pour les prochaines échéances électorales : les européennes dans moins d'un an, et surtout les municipales dans 18 mois. Deux échéances électorales qui feront figure de test pour mesurer l'ancrage de La République en Marche en Sarthe, où le mouvement revendique "plus de 2000 adhérents", sans préciser combien sont réellement actifs. 

Un agenda médiatique chargé pour le maire du Mans

Au cours de la semaine passée, Stéphane Le Foll a assisté à plusieurs rendez-vous publics au Mans, sur des sujets de vie quotidienne : il était par exemple présent mardi dernier à la fête de clôture des centres de loisirs, jeudi matin à la conférence de presse de lancement de la première BD consacrée à l'histoire du Mans et vendredi soir au MMArena pour le match de National entre Le Mans FC et Pau. 

Mais l'ex-candidat à la tête du Parti socialiste était aussi très présent dans les médias nationaux, afin de commenter la démission de Nicolas Hulot  : invité du 13H de France Inter mardi, en direct sur CNews mercredi, ou encore sur Radio Classique vendredi. Même s'il n'est plus député, Stéphane Le Foll reste un habitué du cercle des "bons clients" des radios et télés nationales. Toujours identifié comme une figure politique nationale, le successeur de Jean-Claude Boulard est cependant attendu au tournant sur sa présence locale. Les Manceaux ont ainsi pu le croiser au bric-à-brac des 2 kilomètres de Jaurès dimanche... quelques heures après son passage par la braderie de Lille, d'où il s'est exprimé sur BFMtv au sujet du prélèvement à la source.