Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique
Dossier : Projet d’Ikea à Béner

Municipales au Mans : le plan de sortie des écologistes pour le projet Ikea-Leclerc de Béner

-
Par , France Bleu Maine

Isabelle Sévère, la candidate écologiste aux municipales de mars 2020 au Mans, a présenté ce vendredi 22 novembre 2019 les actions qu'elle compte engager si elle est élue maire pour tenter de revenir sur le projet de zone commerciale Ikea-Leclerc.

Un hypermarché Leclerc et un Ikea sont en projet à Béner, en périphérie du Mans
Un hypermarché Leclerc et un Ikea sont en projet à Béner, en périphérie du Mans © Radio France - Alexandre Chassignon

Le Mans, France

C'est avec le soutien du député européen Yannick Jadot qu'Isabelle Sévère, la candidate écologiste pour les municipales au Mans, a présenté ce vendredi 22 novembre le "plan de sortie" pour le projet de zone commerciale de Béner, si les derniers recours des opposants échouent. Une conférence de presse organisée sur le site-même où doivent s'implanter un magasin Ikea, un hypermarché Leclerc avec sa galerie et un "retail park" de 21 boutiques.

Priver Béner de sa locomotive en convaincant Ikea de renoncer à s'y installer

"Si je suis maire du Mans", indique Isabelle Sévère, "je rencontrerai le PDG d'Ikea France pour le convaincre de ne pas venir sur ce site. Il y a d'autres friches au Mans qui pourraient accueillir ce magasin, et pourquoi pas un show-room en centre-ville ? Ikea assure vouloir réduire ses émissions de CO2 de 50% d'ici 2030, c'est une occasion à saisir".

Revenir sur la déclaration d'intérêt général du projet

Aujourd'hui, il est très difficile de dire avec certitude combien coûterait l'abandon du projet, pour lequel toutes les autorisations ont été accordées par la collectivité. "Mais ce qui est sûr", reconnaît Isabelle Sévère, "c'est que ça va coûter quelque chose, ce ne serait pas responsable de ne pas le dire. Il faudra en passer par un cabinet d'experts indépendant pour évaluer les conséquences financières mais aussi juridiques, dans la mesure où aucune jurisprudence n'existe, c'est une question inédite. Revenir sur une célération d'utilité publique, cela s'est déjà fait, mais pas sur une déclaration d'intérêt général". 

Ce n'est qu'une fois l'expertise réalisée que le débat public pourra s'ouvrir. "Nous avons demandé par écrit à l'actuel maire du Mans et président de la métropole Stéphane Le Foll de chiffrer précisément les conséquences financières pour la ville", précise la candidate écologiste. "Nous n'avons pas eu de réponse satisfaisante alors qu'on nous parle de millions, sans l'étayer. Tant que nous ne sommes pas aux responsabilités, nous ne pouvons donc pas le savoir". 

Une consultation des habitants pour trancher

Isabelle Sévère promet qu'elle consultera ensuite les Manceaux pour qu'ils se prononcent sur leur souhait pour Béner. "C'est aux citoyens de nous dire s'ils veulent l'abrogation, en ayant toutes les cartes en main", estime la candidate écologiste. "S'ils nous le demandent, nous rachèterons les terres pour y mener un projet alternatif". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu