Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales au Mans : le projet Ikea-Leclerc embarrasse les candidats

-
Par , France Bleu Maine
Le Mans, France

La construction d’une nouvelle zone commerciale à Béner, à la sortie Est du Mans a été autorisée par l’actuelle majorité de gauche. Mais le projet est toujours contesté, y compris en justice par des habitants. Faut-il aller jusqu’au bout ou renoncer ? Aucun candidat n’est à l’aise avec le sujet.

A Béner, le projet prévoit un magasin sur deux étages (25.000 m2)
A Béner, le projet prévoit un magasin sur deux étages (25.000 m2) © Radio France - Aurélie Lagain

Rares sont les candidats qui l’évoquent noir sur blanc dans leur programme. Le projet de zone commerciale Ikéa-Leclerc sur 35 hectares à Béner fait figure de « patate chaude » qu’aucun n’a vraiment envie de récupérer. Tous ou presque comptent avant tout sur les tribunaux pour annuler certaines autorisations et s’en tirer par le haut, sachant que toutes les voies de recours n’ont pas été épuisées par les deux associations qui s’opposent au projet. La porte est étroite car le permis de construire a été délivré en septembre 2017 mais les espoirs – secrets ou non – semblent importants.
 

Laisser faire la justice

Certaines têtes de liste affichent leur opposition claire et nette à cette zone commerciale. C'est le cas d'Isabelle Sévère pour les Verts (qui avait voté contre en conseil municipal), de Marie James à la gauche de la gauche (qui veut « annuler le permis de construire » et « refusera » – au moins dans un premier temps – « de payer les indemnités » compensatoires »), de Julien Geffard à droite et d’Yves Cheère, le candidat de Lutte Ouvrière, au nom des principes (cette zone est pour lui le « signe de la soumission des collectivités locales au monde des affaires »). Avec Yves Cheère (LO), Isabelle Sévère (EELV) se range résolument aux côtés des opposants en soutenant ouvertement les recours qu’ils ont engagés en justice.
 

DOSSIER France Bleu Maine : Le projet Ikea - Leclerc à Béner 

D’autres candidats misent sur les tribunaux pour faire redescendre la pression autour de ce dossier. Ainsi, Marietta Karamanli (socialiste), qui avait alerté dès le début de l’actuel mandat, en 2015 de la « taille excessive » de cette implantation, propose de « geler ce projet tant que la justice ne sera pas prononcée définitivement sur les recours ». L’actuel maire du Mans, Stéphane Le Foll (PS), rappelle que le projet Ikéa-Leclerc a été voté sous l’impulsion de son prédécesseur. Il s’engage à ce que les travaux, sur la zone de Béner, ne soient pas lancés tant que tous les recours judiciaires ne seront pas terminés. Processus qui peut prendre encore plusieurs années. L’équipe du maire – candidat estime qu’à la fin de cette longue étape (qui pourra durer « au moins aussi longtemps que le mandat du prochain maire »), il conviendra de « réexaminer la donne commerciale qui aura sans doute changé ». Stéphane Le Foll et Marietta Karamanli souhaitent, en tout état de cause, que cette implantation d’un hypermarché soit la toute dernière dans l’agglomération du Mans.
 

Renégocier le projet ?

D'autres candidats, sans parler d’annulation, évoquent un « redimensionnement » du projet d’Ikéa - Leclerc, comme Emmanuel Bilquez pour Les Républicains, tout en reconnaissant qu’il sera « difficile de faire marche arrière puisque les autorisations sont données » et qu’au fond, il s’agit d’un « projet d’activité économique »). Pour réduire la taille de cette zone commerciale à Béner, Louis de Caqueray-Valmenier, tête de liste du Rassemblement National propose, lui, de conserver uniquement l’implantation du magasin Ikea et d’annuler celle de hypermarché et de sa galerie marchande. D'autres candidats évoquent – sans grande précision - une renégociation comme Audrey Dolo-Canal pour qui « ce n’est pas vraiment un sujet des élections municipales » ou Gilles Guerchet, pour La République En Marche qui évoque une « solution négociée si les recours juridiques n’aboutissent pas ».
 

Le coût très élevé d’une annulation

Reste la question du coût de ces éventuels changements (redimensionnement, annulation…), si toutefois ils sont possibles. La socialiste Marietta Karamanli, l’écologiste Isabelle Sèvère, ainsi que le candidat de droite Julien Geffard, demandent un audit indépendant pour le déterminer car aucun chiffre sérieux n’a pour l’instant été avancé. Tous les trois envisagent également – avec quelques nuances – de consulter les habitants pour leur demander leur avis. 

L'association "Les riverains et amis de Béner" qui se bat contre l'implantation de cette zone commerciale Ikea - Leclerc a écrit à tous les candidats aux élections municipales au Mans pour connaître leur position sur ce dossier. Fin février moins de la moitié d'entre eux leur avait répondu. 

Les candidats aux municipales au Mans

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu