Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales au Mans : les propositions des candidats sur les transports

-
Par , France Bleu Maine
Le Mans, France

Entre gratuité des transports en commun, développement des lignes transversales et des pistes cyclables, la question des transports est au cœur des prochaines élections municipales au Mans. France Bleu Maine fait le point sur les différentes propositions des candidats.

18% des Manceaux utilisent les transports en commun pour se rendre au travail
18% des Manceaux utilisent les transports en commun pour se rendre au travail © Radio France - Christelle Caillot

La problématique des transports au cœur des municipales au Mans. Question d'autant plus cruciale à l'heure où on cherche à freiner le réchauffement de la planète. Au Mans, une majorité des déplacements pour se rendre au travail se fait en voiture : 62% des Manceaux utilisent leur automobile selon une étude de l'Insee publiée en 2019, 18% prennent les transports en commun et 5% le vélo. France Bleu Maine a demandé aux onze candidats à la mairie du Mans quelles étaient leurs propositions en matière de transport.

Gratuité des transports

Cette mesure totale ou partielle est présente dans de nombreux programmes. Deux candidates proposent la gratuité totale des transports : Marie James, à la gauche de la gauche (France Insoumise, Parti communiste) et Audrey Dolo-Canal, liste sans étiquette soutenue par la députée macroniste Pascale Fontenel-Personne. Cette mesure s'appliquerait dans un premier temps aux moins de 25 ans avant d'être étendue au reste de la population, pour un coût total estimé entre 10 et 15 millions d'euros par an. Le candidat de Lutte ouvrière, Yves Cheère, se dit également en faveur de la gratuité des transports. 

D'autres candidats préfèrent miser sur la gratuité le weekend pour doper la fréquentation du centre-ville. C'est le cas de Louis de Cacqueray-Valmenier du Rassemblement national, de François Méril de l'UPR et de la socialiste Marietta Karamanli. A droite Emmanuel Bilquez cible des périodes clés, comme les soldes, ou les fêtes de Noël. 

Dans la plupart des programmes, une attention particulière est portée aux plus jeunes et aux seniors. Le maire sortant Stéphane Le Foll, promet la gratuité aux élèves du primaire, là où Gilles Guerchet de La République en marche propose la gratuité en journée aux plus de 65 ans. Quant à elle, l'écologiste Isabelle Sévère préfère calquer les tarifs des transports en commun en fonction des revenus. Seul, Julien Geffard, candidat de sensibilité de droite, n'annonce aucune baisse des tarifs.

Plus de lignes, des navettes gratuites et des rames plus longues

Pour convaincre les Manceaux de laisser la voiture au garage, les candidats misent sur une amélioration du réseau de la Sétram. La mesure phare du maire sortant consiste à rallonger les rames du tramway, en les faisant passer de 32 à 44 mètres pour accueillir plus de passagers aux heures de pointes. Un investissement conséquent de 40 millions d'euros. Cette mesure est également présente dans le programme de la liste "Vers le Mans en commun" de Marie James qui propose aussi de développer de nouvelles lignes "Tempo" (des bus qui circulent sur une voie qui leur est propre).

L'écologiste Isabelle Sévère veut augmenter la fréquences des bus et des tramway et créer des lignes transversales pour desservir les quartiers isolés. Gilles Guerchet (LREM) propose d'intensifier les liaisons vers des zones d'activités qui représentent de nombreux emplois, comme la zone nord, sud ou encore le quartier de la Californie. Même logique du côté du Rassemblement national, Julien Geffard ou encore Emmanuel Bilquez.

Pour aider les personnes âgées ou souffrant d'un handicap à se déplacer, Marietta Karamanli  évoque la mise en place de navettes gratuites en centre-ville. L'actuelle député socialiste propose également de mettre en place des arrêts à la demande le soir à partir de 21 heures pour assurer plus de sécurité aux voyageurs. La candidate Audrey Dolo-Canal envisage quant à elle de créer une application proposant des trajets adaptés aux personnes handicapées.

Favoriser le vélo et les autres mobilités douces

Le vélo ne représente selon l'Insee que 5% des déplacements domicile-travail. Pour inciter les Manceaux à pédaler, l'ensemble des candidats souhaite appliquer le plan vélo, c'est-à-dire aménager une centaine de kilomètres de pistes cyclables d'ici 2030. Sur ce point, les verts veulent accélérer le calendrier et terminer ces aménagements en 2026. Julien Geffard évoque la création "d'autouroutes à vélo", des pistes distinctes de la route pour "mettre les cyclistes en sécurité". Le candidat de l'UPR, François Méril, veut à ce titre aménager en priorité certains axes qui peuvent être dangereux pour les vélos, comme la route de Sablé-Montoise.

Plusieurs candidats entendent créer une "Maison du vélo", un lieu unique pour se former, réparer son vélo ou encore s'informer sur les itinéraires spécifiques aux cyclistes. C'est le cas d'Isabelle Sévère, Marie James et Emmanuel Bilquez. 

Pour éviter les vols, la grande majorité des listes prévoient la construction de parkings à vélos sécurisés. Sur la liste de Stéphane Le Foll, on imagine volontiers ces parcs recouverts de panneaux photovoltaïques pour permettre aux vélos électriques d'être rechargés.

Quelle place pour les voitures?

L'élue verte, Isabelle Sévère, prévoit de favoriser le covoiturage et de baisser la vitesse à 30 km/heure dans certains quartiers.  Une mesure qui apparaît également dans le programme de Stéphane Le Foll. Le maire sortant évoque par ailleurs la mise en place d'une journée sans voiture, une fois par an, dans certains quartiers du Mans.

La voiture c'est aussi la question du stationnement. Plus de pistes cyclables, c'est a priori moins de places pour les voitures, notamment pour se garer. Emmanuel Bilquez à droite et Louis de Cacqueray-Valmenier, du Rassemblement national, veulent créer plus d'arrêts minutes devant les commerces

Pour les autres candidats, il s'agit surtout de mettre en avant les parkings sous-terrains déjà existants, ces derniers sont souvent sous-exploités. La candidate socialiste Marietta Karamanli propose de leur donner un coup de jeune et surtout de les rendre plus propres, d'autres évoquent des baisses de tarifs. Audrey Dolo-Canal imagine par exemple un partenariat entre la ville et les commerçants pour offrir 1h30 des stationnements aux visiteurs qui font leurs achats dans le centre. A gauche, Marie James propose des parkings-relais gratuits à l'entrée de la ville.

Enfin pour favoriser l'essor de la voiture électrique, Emmanuel Bilquez et Julien Geffard proposent d'installer des bornes de recharge aériennes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu