Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

Municipales au Mans : large victoire de Stéphane Le Foll

-
Par , France Bleu Maine, France Bleu
Le Mans, France

C'est la liste conduite par Stéphane Le Foll qui remporte l'élection municipale au Mans face à Marietta Karamanli, à l'issue d'un second tour marqué par un duel entre deux candidats de gauche. L'ancien ministre socialiste s'impose largement avec plus de 63% des voix.

Stéphane Le Foll l'emporte largement au Mans au second tour des municipales
Stéphane Le Foll l'emporte largement au Mans au second tour des municipales © Radio France - Ruddy Guilmin

C'est une large victoire au Mans pour le maire sortant, le socialiste Stéphane Le Foll, allié aux écologistes qui l'ont rejoint entre les deux tours : l'ancien ministre et porte-parole du gouvernement pendant le quinquennat de François Hollande s'impose avec 63,14 % des voix dans une élection qui aura mobilisé à peine un tiers des électeurs manceaux (27% de participation). La députée Marietta Karamanli, engagée sans le soutien du PS avec une liste dite citoyenne, ne sera pas parvenue à inverser la tendance même si elle a recueilli presque deux fois plus de voix qu'au premier tour : 36,86 % des suffrages. 

Il y a eu un vote, et la seule légitimité, c'est celle du vote - Stéphane Le Foll

"Je suis très heureux ce soir, a souri Stéphane Le Foll, parce que je vais regarder tous les résultats, et on verra qui est élu avec plus de 63 % ! Depuis deux ans, j'ai essayé de faire le maximum par rapport à ce que je pense être juste pour cette ville, en terme écologique, sur l'architecture, la culture... Et je suis très satisfait de pouvoir poursuivre cette dynamique car je crois beaucoup à la ville durable et aux capacités et aux atouts du Mans."

Seul bémol pour le socialiste : une participation au ras des pâquerettes, qui lui vaut de n'être élu que par 16 % des inscrits. Au point de remettre en cause sa légitimité ? "Il y a eu un vote, et la seul légitimité c'est celle-là, répond Stéphane Le Foll. Et quelle est la légitimité de l'opposition alors ? Encore moins ! Mais c'est partout pareil au plan national. Alors forcément, ça pose des questions sur l'organisation de ce scrutin qui a commencé avec la Covid, qui s'est terminé avec le déconfinement, ça interroge sur la vie démocratique car les participations sont en baisse depuis des années... Mais une fois qu'on a dit ça, il faut bien qu'on agisse. Et conformément à ce qu'on a dit."

Un second tour inédit 

Dans un contexte particulier lié à la Covid-19, les électeurs manceaux devaient trancher un duel gauche-gauche entre deux candidats issus du Parti socialiste, puisque toutes les autres tendances politiques avaient été éliminées lors du premier tour. Le nouveau conseil municipal ne compte donc aucun élu du parti Les Républicains, ni de La République en Marche ni du Rassemblement national. Une anomalie démocratique qui incite le maire élu à imaginer un fonctionnement inédit : "Sur les listes qui ont fait plus de 5 %, ça me paraît logique que ces sensibilités existent et qu'elles puissent être invitées dans les commissions municipales pour avoir accès aux dossiers et aux problématiques. Mais après, ce sont la majorité et l'opposition élues qui voteront." Une ouverture qui pourrait donc concerner les listes portées par Emmanuel Bilquez (LR), Gilles Guerchet (LREM), Louis de Caqueray-Valmenier (RN) et Marie James (LFI).

Stéphane Le Foll était sorti largement en tête au soir du premier tour, avec 42% des suffrages. Sur les neuf autres listes engagées en mars, celle de Marietta Karamanli était la seule à pouvoir se maintenir, avec 13,25% des voix. 30 points d'écart avec le maire sortant, correspondant à 9000 voix en raison d'un taux d'abstention record sur fond de crise sanitaire : plus de 57 000 personnes, près de deux tiers des électeurs manceaux, ne s'étaient pas déplacées. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu