Politique

Municipales : Boris Ravignon largement en tête à Charleville-Mézières

Par Eric Turpin, France Bleu Champagne-Ardenne lundi 24 mars 2014 à 14:00

Boris Ravignon, candidat de la droite à la mairie de Charleville-Mézières
Boris Ravignon, candidat de la droite à la mairie de Charleville-Mézières © Radio France - Sébastien Ponchelet

Boris Ravignon, le candidat de droite, a obtenu 46,72% des suffrages. Il devance très nettement le maire sortant socialiste Philippe Pailla, qui recueille 30,42%. Le Front National récolte 15,87%, ce qui entraine une triangulaire au second tour. La ville ancrée à gauche est prête à basculer.

C’est un coup de tonnerre à Charleville-Mézières dans les Ardennes. Boris Ravignon devance très largement le maire sortant socialiste Philippe Pailla. Le candidat de droite recueille 46,72% des suffrages dans cette ville pourtant un bastion de gauche depuis 1966.

"La situation économique de Charleville-Mézières n'a jamais été la priorité de l'équipe sortante" - Boris Ravignon

Philippe Pailla, le maire sortant, rassemble 30,42% des voix. Le Front National réussit son coup. Il n’avait pas présenté de candidat depuis 1995. Guillaume Luzcka récole 15%. C’est moins que le score de Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle de 2012 (19,51%). Mais c’est suffisant pour se maintenir au second tour.

"On paie au prix fort le contexte national" - Philippe Pailla

Il y aura donc une triangulaire dimanche prochain entre la droite, la gauche et le Front National. Une triangulaire qui risque d’être préjudiciable à la gauche. La participation s’élève 52,11% à Charleville-Mézières. Un électeur sur deux n’est pas allé voter dimanche.

Philippe Pailla, le maire sortant socialiste, dispose sans doute de réserves de voix à gauche. Il peut espérer que les électeurs de Mink Takawe (3,05%), du divers gauche Stéphane Lenoble (2,24%) et de Hamid Mohand Kaci, tête d’une liste citoyenne (1,70%) se reportent sur lui. Mais ca ne comble pas l’écart avec Boris Ravignon. 

Ce sont surtout les abstentionnistes qu’il faut convaincre de se déplacer dimanche prochain, souvent des électeurs de gauche déçus par la politique conduite par François Hollande et le gouvernement. Autant dire que la partie semble jouée d’avance.

Boris Ravignon largement en tête à Charleville-Mézières | Create Infographics