Politique

Municipales : Clotilde Ripoull, "invitée du petit-déjeuner"

Par François David, France Bleu Roussillon lundi 24 février 2014 à 11:13

Clotilde Ripoull sur France Bleu Roussillon
Clotilde Ripoull sur France Bleu Roussillon © JMA

Chaque lundi, France Bleu Roussillon accueille pendant deux heures un candidat à la mairie de Perpignan. Pour la deuxième émission, le tirage au sort a désigné la candidate centriste sans étiquette, Clotilde Ripoull.

6h30 – Clotilde Ripoull pousse la porte de France Bleu Roussillon

Veste fuchsia et écharpe violette, Clotilde Ripoull arrive seule une grosse demi-heure avant la prise d’antenne. Elle est jusqu’à présent la plus matinale de tous les candidats.

7h10 - Mais qui est donc Clotilde Ripoull ?

Selon un récent sondage, Clotilde Ripoull est la candidate qui a la moins forte notoriété à Perpignan. France Bleu Roussillon a promené son micro dans les rues de la ville.

7h10 - Notoriété

7h17 – Baptiste Guiet dresse le portrait de la candidate

Où l’on apprend que Clotilde Ripoull, montpelliéraine de naissance, est agrégée d’économie et auteur de plusieurs manuel scolaires…

7h17 - portrait

7h23 - L’interrogatoire

Pendant trois minutes, Clotilde Ripoull se met dans la peau d’un gardé à vue et subit l’interrogatoire de Michèle Pierrard. Le candidat va confesser quelques excès de vitesse…

7h23 - Linterrogatoire

7h45 - l’Interview politique

FBR : Clotilde Ripoull, vous êtes agrégée de gestion et d'économie, alors parlons économie, Perpignan est une ville pauvre avec 18 % de chômage, comment un maire peut créer de l'emploi, ce n'est pas de sa compétence ?Clotilde Ripoull : Il a des leviers importants, en diminuant déjà les dépenses de fonctionnement pour investir davantage. Notre ville n'investit pas assez par rapport au Havre, ville de taille comparable. Par exemple, le BTP est le premier secteur qui peut embaucher, il faut faire de la commande publique, pour faire de la commande publique, il faut avoir les moyens de le faire.

Clotilde Ripoull et l'emploi

FBR : Vous parlez d'économie, vous voulez économiser 7 millions d'euros sur les frais de fonctionnement de la ville dont 3 millions pour l'énergie et l'électricité, y a vraiment du gaspillage ?

"Les employés municipaux : il faut privilégier la qualité sur la quantité".

CR : Nous disposons de nouvelles technologies qui nous permettent de moins dépenser en matière énergétique, la ville de Perpignan dépense trop et nous ne sommes pas assez auto-consommateurs, en équipant les bâtiments publics de panneaux solaires on pourrait économiser, pareil dans le domaine de l'eau. le principal poste c'est le poste de personnel, il faut rationaliser , il faut mieux payer ceux qui sont à la ville mais diminuer le nombre, 2500 employés municipaux, c'est trop il y a 60 départs à la retraite chaque année, il faut privilégier la qualité sur la quantité. FBR : Est-ce que Perpignan a les moyens d'investir alors que la ville est déjà très endettée ?CR : On aura les moyens d'investir si on diminue les dépenses de fonctionnement. La ville est déjà trop endettée, il est hors de question de s'endetter d'avantage. Et c'est impossible d'augmenter les impôts, donc il faut faire des économies.

Clotilde Ripoull et les économies

Perpignan doit devenir une ville "amie des séniors".

FBR : Vous parlez de silver économie. Et vous annoncez 1 000 emplois, vous voulez faire de Perpignan une ville de séniors ?CR : Aujourd'hui la population de plus de 80 ans augmente de façon importante dans notre département, aujourd'hui l'objectif est d'avoir un accueil privilégié pour nos séniors , et de rentrer  dans une économie de la vieillesse, c'est créateur d'emplois pour les jeunes, ce sont des emplois qui ne sont pas délocalisables. On estime que l'aide à la personne est un secteur qui va créer le plus d'emplois à l'avenir.

Par exemple, l'accessibilité, c'est le point faible de Perpignan. C'est avoir des logements adaptés pour les séniors, des transports en commun adaptés en terme de confort, d'accessibilité, de prix, de fréquence. Je souhaite que Perpignan devienne une ville "amie des séniors" , c'est un label décerné par l'OMS, et qui permettrait de lancer un signal positif.

Clotilde Ripoull et la sylver économie

FBR : Vous voulez classer Perpignan au patrimoine mondial de l'UNESCO, il faut passer par là pour attirer des touristes ?CR : En deux ans la ville d'Albi a augmenté de 50 % sa fréquentation touristique, c'est aussi un outil pour lancer une rénovation de notre patrimoine. le fait d'entrer dans un classement UNESCO c'est situer Perpignan en terme d'image sur le plan international, c'est lui donner une image positive et qualitative.

Clotilde Ripoull et le classement à l'UNESCO

"Il faut lancer une étude pour savoir quels commerces doivent s'implanter".

FBR : Comment faire revenir les clients en centre ville et est-ce que vous êtes favorables à l'arrêt de l'extension des zones commerciales en périphérie ?

CR : Oui, c'est une évidence, on ne peut pas continuer de construire des zones commerciales en périphérie et prétendre sauver notre cœur de ville. Il faut qu'on pense le cœur de ville comme la plus grande zone commerciale du département et réfléchir à une stratégie globale.

Il faut revoir le circuit commercial, quelqu'un qui arrive par le pont Arago, c'est de l'ordre du miracle s'il trouve le centre-ville, s'il tourne pas à gauche tout de suite, il se retrouve Porte d'Espagne et il a rien vu du centre-ville. Il faut une meilleure signalisation, un meilleur parcours commercial. Où il va se garer, comment sont signalés les emplacements. Jean-Marc Pujol a supprimé des places de parking, il faut repenser toute cette stratégie et enfin avoir une communication et une commercialisation globale de notre coeur de ville, avoir une  étude très fine pour savoir quels commerces il faut implanter. Il faut aussi avoir un droit de préemption sur les locaux vides. Il faut tout repenser rapidement. Pour faire revenir les clients il faut une stratégie commerciale. La première clientèle du centre-ville c'est celle du département, donc il faut repenser les parcs relais, les surveiller avec des navettes toutes les 10 minutes. Il faut aussi plus de pistes cyclables, notamment entre l'université et le coeur de ville. Il faut une piste pour accéder aux plages.

Clotilde Ripoull et le commerce du centre ville

"Il faut plus de poubelles, plus de matériel pour la propreté".

FBR : La propreté semble aussi un vrai problème, comment fait-on  ?

CR : C'est un problème d'organisation des services. En ce moment, la ville est beaucoup plus propre qu'avant car il y a une activité frénétique des services de la municipalité. J'ai demandé à Jean-Marc Pujol de me fournir le nombre d'embauches de contractuels à la ville en période électorale, j'ai l'impression qu'il y a plus de monde sur la propreté, avec des passages plus fréquents.

Il faut repenser le service de propreté , on voit bien qu'en dehors de la période électorale, il ne fonctionne pas. On n'a pas les bons outils. Il faut que ce soit un service de proximité, il doit y avoir des brigades propretés dans tous les quartiers avec des moyens, il faut plus de poubelles, plus de matériel, tout ça doit être revu par ce que si on veut une ville touristique accueillante, il faut qu'elle soit propre.

Clotilde Ripoull et la propreté

8h10 - Ce que vous attendez de Clotilde Ripoull

Qu’attendez-vous de Clotilde Ripoull si elle est élue maire de Perpignan  Nous avons promené notre micro dans les rues de Perpignan...

8h10 - ce que vous attendez

8h35 - Le choix musical de Clotilde Ripoull

France Bleu Roussillon propose à chaque candidat de choisir un titre musical. Clotilde Ripoul jette son dévolu sur Shakira, parce qu’elle « donne une image très positive de la ville de Perpignan  » où elle se promène régulièrement et où elle a enregistré quelques titres de son dernier album.