Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales dans les Landes : combien gagne un maire ?

-
Par , France Bleu Gascogne

Décrytage. Dans deux mois tout pile, ce sera le deuxième tour des élections municipales. Et donc dans deux mois tout pile, vous connaîtrez le maire de votre commune pour les 6 ans à venir. On en profite ce mardi pour se poser cette question : combien gagne un maire ?

Un maire et son écharpe. Image d'illustration.
Un maire et son écharpe. Image d'illustration. © Maxppp - Bruno Levesque

Combien gagne un maire ? C'est la question que l'on se pose à deux mois désormais du second tour des municipales. Une question qui nous a été inspirée après la sortie du livre du sénateur des Landes Eric Kerrouche : Profession élu(e) local(e). 

A la rencontre des habitants de Saint-Paul-lès-Dax.

Un élu local n'est pas un salarié. Il dispose d'une indemnité de fonction. Les maires, leurs adjoints, les présidents d'intercommunalité et leur vices présidents, en touche une et son calcul est assez compliqué. Les indemnités d'un élu local sont encadrées par la loi en fonction d'un indice de rémunération de la fonction publique, de la population de la collectivité concernée et de quelques bonus. La loi détermine une indemnité maximale qui ne peut pas être dépassée.  Ensuite, ce sont les élus du conseil municipal ou communautaire qui votent pour fixer le montant dans ce cadre. 

Le maximum de ce que permet la loi en fonction de la population

  • Un maire d'une commune de moins de 500 habitants, disons Escalans puisque nous avons posé la question à son maire, touche un peu plus de 500 euros par mois net d'indemnité de fonction. Son premier adjoint, ils ont décidé la moitié. Et le deuxième, la moitié de la moitié. 
  • Une ville de moins de 3500 habitants, Sanguinet par exemple. C'est 1500 euros net par mois d'indemnité pour le maire.  
  • Moins de 10 000 habitants, comme Capbreton : 1800 euros net/mois. 
  • 2000 euros jusqu'à 20 000 habitants comme pour Saint-Paul-lès-Dax. 
  • Dax et Mont-de-Marsan, plus de 20 000 habitants : 3000 euros net/mois. 

La ville centre du département bénéficie d'une prime, un bonus, pour son enveloppe. Une ville classée station de tourisme, comme Dax, peut également bénéficier d'un coup de pouce. 

Pour savoir combien touche un maire , il y a donc beaucoup de facteurs. D'autant qu'un certain nombre d'entre eux cumul les indemnités en cumulant les mandats. Comme maire et président d'agglomération.  

PV du conseil municipal de Mont-de-Marsan du 7 juillet 2017.  - Aucun(e)
PV du conseil municipal de Mont-de-Marsan du 7 juillet 2017. - capture d'écran
PV du conseil municipal de Dax du 20 juillet 2017.  - Aucun(e)
PV du conseil municipal de Dax du 20 juillet 2017. - Capture d'écran

Exemples théoriques

"87,5 % de l'indice brut terminal de référence", vous avez deux heures. Nous, nous allons prendre des exemples théoriques car c'est compliqué, "pas très transparent", avoue Eric Kerrouche, sénateur des Landes, spécialiste de la question. D'autant que si les élus ont obligation de percevoir leur indemnité, ils ont le droit de la reverser - ou en partie - sous forme de dons. Pour des CCAS par exemple ou des partis politiques. Certains le font. 

En théorie donc, la maire de Dax, Elisabeth Bonjean, toucherait autour de 2500 euros net par mois en tant que maire. Plus, au maximum, 3000 euros net en tant que présidente du Grand Dax. Elle touche aussi une indemnité en tant que conseillère régionale qui pourrait atteindre au maximum 2300 euros net. Les indemnités d'élus locaux cumulées ne peuvent dépasser 8400 euros. C'est le plafond défini par la loi. Le maire de Mont-de-Marsan, Charles Dayot, touche autour de 2800 euros net/mois en tant que maire, plus au maximum 3000 euros pour la présidence de l'Agglo du Marsan. Il n'a pas d'autres mandats. 

La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique

Pour sortir de la théorie, il y a une solution. Les parlementaires sont obligés, dans le cadre de la transparence de la vie publique, de publier leurs revenus. Dans les Landes, deux députés ont été maire et un sénateur était président de communauté de commune. 

Eric Kerrouche, sénateur des Landes, était de 2014 à 2017, adjoint au maire  de Capbreton et président de la Communauté de Commune MACS. Les députés Lionel Causse et Fabien Lainé étaient respectivement maire de Saint-Martin de Seignanx et vice président de la communauté de commune du Seignanx et maire de Sanguinet et vice président de la communauté de commune des Grands Lacs.  Malheureusement, Lionel Causse n'a pas indiqué ses revenus liés à ses indemnités d'élus locaux dans sa déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique. 

Eric Kerrouche déclare en 2016 : 500 euros par mois en tant qu'adjoint au maire de Capbreton et 1700 euros par mois en tant que président de MACS. Si on y ajoute son indemnité de conseiller régional, cela fait 3200 euros net par mois. Toujours en 2016, Fabien Lainé, pour ses fonctions de maire de Sanguinet et de vice président de la communauté de commune des Grands Lacs, déclare 2100 euros net par mois. 

Indemnités, salaire et retraite ? 

40% des maires en France sont retraités. Ils peuvent cumuler leur pension et leurs indemnités d'élus. Les salaires également. Si l'on reprend les déclarations de nos parlementaires landais, en 2016, Eric Kerrouche, Fabien Lainé et Lionel Causse, en même temps que les indemnités de leurs mandats locaux, ont touché de 33 000 à 47 000 euros, grâce à leurs activités professionnelles respectives.  

Interview de Fabien Lainé sur le statut de maire face à l'activité professionnelle.

Profession élu(e) local(e) ! 

Profession élu(e) local(e), c'est le titre du livre sortie en ce début janvier, co-écrit par le sénateur des Landes socialiste Eric Kerrouche. Le sénateur est également politologue de profession, spécialisé dans les élus locaux. Il est directeur de recherche en science politique pour le CNRS. Dans son essai, il s'inquiète d'un constat : la sociologie des élus locaux ressemble de moins en moins à celle de la population française. 

En France, il y a par exemple 14% d'ouvriers dans la population.  Chez les maires, il n'y a qu'1% d'ouvrier. Plus de 40% des maires sont retraités alors que les retraités ne représentent que 20% de la population. Le sénateur évoque également la problématique des femmes et des jeunes sous représentés. 

Eric Kerrouche explique ce phénomène notamment parce que le statut de maire est de plus en plus incompatible avec une activité professionnelle. La fonction de maire serait de plus en plus chronophage. Et le sénateur, après le constat, propose quelques solutions. Par exemple, que les maires des communes de plus de 10 000 habitants ne soient plus indemnisés pour leur fonction, mais salariés de la République. Une sorte de CDD de maire.

Interview Eric Kerrouche sur son livre "Profession élu(e) local(e).

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu