Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
DOSSIER : Municipales : "Commun'idée", le tour de France des bonnes idées

MUNICIPALES - "Comm'une idée" : Kingersheim, pionnière de la démocratie participative

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu

Plus de démocratie participative, c'est une promesse qui revient dans de nombreuses communes à l'heure des élections municipales. A Kingersheim, en Alsace, c'est une réalité avec l'instauration de conseils citoyens. En dix ans, plus de 40 décisions ont été prises par cette instance citoyenne.

La maison de la citoyenneté de Kingersheim (Haut-Rhin) fait aujourd'hui partie du décor. Dans cette commune de 13 000 habitants, de la périphérie de Mulhouse, on expérimente depuis 10 ans, la démocratie participative. Le maire de la commune, Jo Spiegel a concrétisé le concept par l'installation de conseils participatifs. Une charte a été votée en 2015 et 40 projets sont nés de ce processus de discussion-construction.

Des décisions qui ne sortent pas de la tête du maire"

Pour donner la parole aux habitants, la ville a mis en place un système bien rodé. C'est ce que Jo Spiegel, maire de la commune depuis 1989 appelle la démocratie en continue "C'est une démocratie continue qui n'est pas démocratie en continu, avec des palabres sans fin, sans conclusion".

Les projets sont proposés à la discussion et les citoyens sont invités à en débattre via une première réunion publique. Un conseil participatif est ensuite créé. Il est composé de 4 collèges : des citoyens volontaires ou tirés au sort, des élus de la majorité et de l'opposition, des experts et un collège d'organisation (associations, syndicats, entreprises). Ils ont plusieurs mois pour aller au fond du sujet et proposer au conseil municipal des projets qui seront ensuite soumis au vote de la municipalité.

40 projets concrets 

En dix ans, 700 habitants ont activement participé et 3 000 se sont déplacés à la maison citoyenne pour les débats. 40 projets concrets sont nés de cette construction citoyenne. Des éléments visibles du paysage comme la maison de la citoyenneté qui a ouvert ses portes en 2006, un restaurant associatif ou encore le parc des Gravières. Le conseil s'est aussi penché sur des éléments de vie quotidienne comme la question des zones de circulation partagées ou la baisse de l'éclairage public.

En 2020, une place sera installée dans le village, pour remplacer les friches industrielles de la commune. Elle a fait l'objet de discussions durant plusieurs mois au sein du conseil participatif.  Il s'agit d'aller au fond du sujet.

La limite du système

Le maire de Kingersheim, Jo Spiegel est fier du chemin parcouru. Sa commune a reçu en 2019, le trophée de la participation et de la concertation. Il reconnait aussi les limites du système. 

Malgré la mise en place d'un système de tirage, certaines catégories ne sont toujours pas représentées : les personnes les plus en difficulté : "Ceux qu’on n’a pas réussi à toucher, ce sont les invisibles (…) C’est le sens du tirage au sort, mais une sur six seulement accepte de venir. Le premier frein c’est la pauvreté, l’autre c’est le temps"

La transition démocratique, ce sera aussi compliqué que la transition écologique parce qu'il faut du temps

Le souhait de Jo Spiegel c’est que le modèle de Kingersheim se diffuse sur une échelle plus grande. Il quittera ses fonctions de maire en mars prochain pour se consacrer à ce projet.               

Choix de la station

À venir dansDanssecondess