Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
DOSSIER : Municipales : "Commun'idée", le tour de France des bonnes idées

MUNICIPALES - "Commun'idée" : la télémédecine pour lutter contre les déserts médicaux dans l'Oise

-
Par , , France Bleu

Avant les élections municipales des 15 et 22 mars 2020, France Bleu vous propose un tour de France de bonnes idées repérées dans des communes ici et là. Avec 1.000 patients réguliers, Laigneville dans l'Oise revendique le premier cabinet de télémédecine de France en termes de fréquentation.

C’est l’une des grandes préoccupations des élus locaux : la désertification médicale. À Laigneville dans l’Oise, le départ en retraite des deux médecins de la commune a poussé la municipalité à agir. Après 18 mois passés à tenter de convaincre de jeunes médecins de s’installer, la ville s’est tournée vers la télémédecine et a  ouvert un cabinet équipé d'un chariot médical. 

Interdit de mourir à domicile

Un projet porté par le médiatique maire de Laigneville, Christophe Dietrich : "En mai 2018 j’ai été appelé pour une constatation de décès à domicile, ce doit être fait par un médecin traitant ou un médecin de ville. Mais ce jour là nous n'avons pas trouvé de médecin. On a donné des coups de fil dans tout le département, toute la matinée, et tout le monde s'est renvoyé la balle. En fin de matinée il faisait presque 30°C et ça commençait à sentir un peu mauvais dans la pièce... Il a fallu que je menace de déplacer le corps devant la maison pour qu’on accepte de m’envoyer un véhicule médicalisé." 

Exaspéré, le maire décide de prendre un arrêté "pour interdire aux Laignevillois de mourir à domicile". Un coup de com' assumé : "C'était une façon d'alerter les pouvoirs publics, de tirer une sonnette d'alarme. Une manière de dire 'vous êtes bien gentils de parler de déserts médicaux, pour vous c'est très abstrait, mais nous, on est déjà dedans'" raconte Christophe Dietrich.

"On est les mains du médecin"

La médiatisation de la situation attire l'attention d'Hopi Medical, PME pionnière de la télémédecine, fondée par le chirurgien Jacques Cinqualbre en 2005 à Strasbourg et basée à Nancy. D'abord réticent, Christophe Dietrich se laisse finalement convaincre d'installer un chariot médical et ouvrir un cabinet dans sa ville. Quatre infirmières se relaient pour accueillir les patients et faire le lien avec les six médecins qui exercent à distance. "On est les mains du médecin" explique Margaux Terrier, l'une des infirmières, "et grâce au rotoscope le médecin voit, en direct, l'intérieur du patient." 

18 mois après l'ouverture, 1.000 patients réguliers fréquentent le cabinet selon le maire. La télémédecine coûte 100.000 euros par an à la commune et les consultations, payées par la ville, sont gratuites. "Salarier deux médecins aurait coûté presque 200.000 euros par an" fait valoir Christophe Dietrich qui se réjouit de ce succès. "Aujourd'hui nous avons le plus gros cabinet de télémédecine de France en termes de fréquentation" affirme l'élu, très critique vis-à-vis de l'Agence régionale de santé (ARS) qu'il accuse de ne pas avoir soutenu le projet. Interrogée, l'agence assure de son côté qu'"un projet a été proposé par l’ARS, en lien avec les acteurs de santé locaux et en cohérence avec le cadre réglementaire en vigueur pour permettre le remboursement des actes de télémédecine (respect du parcours de soins, possibilité si besoin de consultation physique avec un médecin du territoire…). Ce projet n’a pas été retenu par la collectivité, cette dernière ayant choisi une autre solution technique."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess