Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales dans l'Hérault : les listes citoyennes bousculent l'échiquier politique local

-
Par , France Bleu Hérault

À l'approche des élections municipales, France Bleu Hérault consacre son dossier du lundi aux listes citoyennes. Inexistant il y a six ans, le phénomène prend de l'ampleur. On en compte une dizaine au moins dans l'Hérault. Qui sont ces citoyens candidats ? Quelles sont leurs idées, leurs ambitions ?

L'Hérault compte au moins une dizaine de listes citoyennes pour ces municipales, parmi lesquelles #NousSommes à Montpellier et Béziers Citoyen
L'Hérault compte au moins une dizaine de listes citoyennes pour ces municipales, parmi lesquelles #NousSommes à Montpellier et Béziers Citoyen © Radio France - Marie Ciavatti

C'est le phénomène de cette campagne : à deux mois du premier tour des municipales, les listes citoyennes s'invitent dans les débats. Elles seraient entre 170 et 200 dans l'Hexagone, au moins une dizaine dans l'Hérault : #NousSommes à Montpellier, "Décidons Castelnau", "Alternative sétoise", "Béziers citoyen". Ces listes participatives plaident pour une autre manière de faire de la politique, signe de la défiance envers les partis. Certaines pourraient créer la surprise au soir du premier tour du scrutin. 

Dynamique forte

"C'est un phénomène inattendu et surprenant, confirme la chercheuse Elisabeth Dau, spécialiste du municipalisme. Dans la région Occitanie, on a Toulouse, Perpignan, Leucate, Béziers, Montpellier.... une dynamique forte. Et même dans les petits villages, plutôt dans le Gard ou l'Ardèche, ça se popularise.

Le résultat, dit-elle, d'un mouvement de fond amorcé il y a des années. "Le mouvement des places : les indignés, Nuit debout, les zadistes... On a une émergence de ce contexte en France, avec les gilets jaunes notamment. C'est une relocalisation des luttes par le bas, analyse la chercheuse. Je pense que les citoyens veulent se ressaisir de leur destin. On constate , et c'est une bonne nouvelle, une tendance à la repolitisation.

Les listes citoyennes, c'est le signe d'une repolitisation

Liste participative, citoyenne, municipaliste ?

Petit point de vocabulaire avec Thomas Simon, coordinateur de la plateforme "Action commune" qui conseille ces listes. "Le terme de liste citoyenne est souvent employé par les partis pour parler de listes transpartisanes. Nous on emploie plus le terme "participative". Et puis il y a le municipalisme : un mouvement social qui passe le pas pour se présenter aux élections locales avec en colonne vertébrale la démocratie directe, l'écologie et la justice sociale."

Pour combler le manque d'expérience, ces listes s'inspirent des exemples espagnols de Barcelone et Valence, échangent beaucoup, via des plateformes comme "Action commune". "On fait de l'accompagnement, explique Thomas Simon. Elles nous appellent et nous demandent comment faire par exemple pour mobiliser des gens, écrire un communiqué de presse ou pour une question de nature juridique. On a la ressource pour apporter des réponses." 

Les "états généreux de la démocratie"

De la même manière à Béziers, la liste citoyenne organisait les états généreux de la démocratie les 11 et 12 janvier avec la présence d'autres listes venues de Toulouse, Bédarieux, Castelnau, ou Saillans (Drôme), commune référence qui a élu une liste participative en 2014. 

Aux côtés des listes citoyennes, aux états généreux de la démocratie à Béziers

Catherine Philippe et Eric Maillol, chevilles ouvrières de la liste citoyenne de Bédarieux, présents à Béziers le 11 janvier
Catherine Philippe et Eric Maillol, chevilles ouvrières de la liste citoyenne de Bédarieux, présents à Béziers le 11 janvier © Radio France - Marie Ciavatti

À Bédarieux, un noyau dur d'une douzaine de personnes travaille depuis un an pour monter une liste citoyenne, car oui, "ça fonctionne aussi dans le milieu rural, ces démarches" assure Eric Maillol, l'un des acteur de cette liste avec Catherine Philippe. "Ce qui est intéressant, dit-elle, c'est qu'on cherche un maximum de démocratie mais ça demande beaucoup de patience, de temps et de formation. C'est difficile parce qu'on n'est pas derrière un chef : il faut créer un groupe pour ensuite, peut-être, trouver une tête de liste. La route est longue. Il faut redonner envie aux gens d'être des citoyens à part entière".

Le handicap de #NousSommes, c'est sa sociologie

Ces mouvements bousculent le système et forcément aussi le jeu électoral... Mais dans quelle mesure? Difficile à dire pour #NousSommes par exemple, qui n'a pas deux ans d'existence. Les derniers sondages le donne autour de 10% des intentions de vote

"Tout va dépendre du niveau d'attention pour l'élection, analyse Emmanuel Négrier chercheur en sciences politiques à Montpellier. Le handicap de cette liste c'est sa sociologie. Elle s'adresse à un public jeune, dont on sait que c'est un vote défaillant. Parce que beaucoup d'étudiants ne votent pas à Montpellier et parce qu'ils sont de toute manière plus abstentionnistes que la moyenne."

Autre écueil, le jeu des alliances politiques. Le rapprochement avec La France Insoumise peut brouiller le message de cette mouvance qui se présente comme indépendante des partis. Il lui est déjà reproché par certains de ses militants.

La règle prévoit que la liste Alternative sétoise soit composée d'au moins 60% de candidats non encartés.
La règle prévoit que la liste Alternative sétoise soit composée d'au moins 60% de candidats non encartés. © Radio France - Marie Ciavatti

À Sète aussi, une liste citoyenne a émergé : Alternative sétoise, alliance de collectifs soutenue par le Parti Communiste, EELV et La France Isoumise, sur laquelle figure une majorité de citoyens non-encartés (60%, c'est la règle). Leur tête de liste Véronique Calueba, élue conseillère municipale d'opposition, a été désignée par votation citoyenne. Quant au programme, il est issu d'ateliers participatifs et réunions publiques. Chaque point en a été soumis au vote populaire.

Rencontre avec des candidats d'Alternative sétoise

Jean-Jacques Faucet, candidat sur la liste Alernative sétoise. Il a déjà fait deux campagnes sur la liste communiste de F. Liberti. Cette fois il est hors parti

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu