Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales : dans l'Hérault, une majorité de maires approuve la date du 28 juin pour le second tour

-
Par , France Bleu Hérault

Alors que le Premier ministre vient d'annoncer la date du 28 juin pour la tenue du second tour des municipales, dans l'Hérault une majorité de maires approuve ce choix d'une élection avant l'été.

Le gouvernement a choisi la date du 28 juin pour organiser le second tour des élections municipales.
Le gouvernement a choisi la date du 28 juin pour organiser le second tour des élections municipales. © Radio France - Marie Ciavatti

On connaît enfin la date du second tour des municipales. Initialement prévu le 22 mars, il avait été annulé en pleine crise du coronavirus. Il aura finalement lieu le 28 juin. Annonce du Premier ministre ce vendredi. C'est donc le scénario d'un vote rapide qui a été retenu plutôt que celui d'une élection à l'automne ou en 2021. 

Au total, 16 millions d’électeurs seront appelés aux urnes dans 5.000 communes en France. Dans l’Hérault, 10% des communes sont concernées.

"Permettre aux maires de se mettre au travail le plus tôt possible."

Une décision saluée par Christian Bilhac, maire de Péret et président de l’association des maires de l’Hérault et qui ne se représentait pas."Il est temps de clore l’épisode électoral alors que 30.000 maires vont être installés d'ici la semaine prochaine. Et surtout pour les intercommunalités qui ne peuvent pas s'installer tant que l'élection n'a pas eu lieu."

"On est dans une situation inconfortable. Il est temps de passer à autre chose. Si quelqu'un a la solution pour trouver la date magique pour cette élection. Je crois que c'est une sage décision, pour permettre aux maires de se mettre au travail le plus tôt possible.

Priorité à la relance économique

Le maire divers droite d'Agde, Gilles D’Ettore, qui est lui arrivé en tête du premier tour avec plus de 47% des voix, tient le même discours. "C'est une décision raisonnable au regard de deux critères. D'abord celui de la sécurité sanitaire, parce qu'il m'apparaît plus raisonnable de faire un tour plutôt que deux. Et puis le deuxième : la relance économique. L'année va être difficile et avoir de la stabilité dans les équipes municipales pour aborder la rentrée c'est toujours mieux que d'avoir des gens qui sont tournés vers une campagne municipale."

"Des équipes stables pour aborder la rentrée". Gilles d'Ettore, maire d'Agde

"On ne peut pas confiner la vie démocratique."

Même pour un candidat de gauche, comme le socialiste Michaël Delafosse à Montpellier, on ne trouve pas de contestation. "Le confinement prend fin pour les lieux de culte, les plages, bientôt on espère les restaurants. Il faut que la vie reprenne ses droits et on ne peut pas confiner la vie démocratique."

"Il faut que la vie reprenne ses droits et on ne peut pas confiner la vie démocratique." Michaël Delafosse, candidat socialiste à Montpellier

"Ce qui est sûr c'est qu'on ne fera pas campagne comme on a connu depuis la IIIème République : les meetings, les tracts sur les marchés. Il va falloir se réinventer". Les réseaux sociaux prendront davantage de place encore dans la campagne qu'avant la crise sanitaire. Campagne qui va durer plus d'un mois au lieu d'une semaine en temps normal entre les deux tours. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu