Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales dans l’Yonne : Châtel-Censoir cherche toujours son médecin

-
Par , France Bleu Auxerre

L'Yonne est l'un des départements les plus touchés par le manque de médecins généralistes. On en compte 7 pour 10 000 habitants dans le département (la moyenne nationale est de 10). Et bien souvent aujourd'hui, c'est le maire de la commune qui se démène pour trouver cette perle rare.

Le maire Bertrand de La Gravière et son adjoint Jacques Touboulic, devant la maison de santé de Châtel-Censoir, qui attend toujours un médecin généraliste.
Le maire Bertrand de La Gravière et son adjoint Jacques Touboulic, devant la maison de santé de Châtel-Censoir, qui attend toujours un médecin généraliste. - Damien Robine

Yonne, France

Châtel-Censoir, 650 habitants au dernier recensement. Une boulangerie, une épicerie, une pharmacie, un café, un restaurant et depuis octobre 2018, une maison de santé.  

Un kiné et deux infirmières occupent le bâtiment. Et jusqu'en novembre dernier, un médecin tenait une permanence pour des consultations. Depuis plus rien. Le maire Bertrand de la Gravière avait pourtant anticipé il y a plus d'un an , en faisant appel à un cabinet recruteur pour tenter de trouver un généraliste. "Le cabinet de recrutement nous a présenté en octobre dernier un couple de médecins hollandais qui est venu ici. Ils ont affirmé être intéressés."

11 000 euros par médecin

Châtel-Censoir cherchait un médecin. On lui en proposait deux. Il a fallu revoir le budget à la hausse, avec l'aide de communes environnantes. 11 000 euros multipliés par deux pour le cabinet de recrutement. Mais depuis fin décembre plus de nouvelles du couple de médecins hollandais qui avait prévu de s'installer à Châtel-Censoir en début d'année. "Le recruteur m'a dit que rien n'est perdu, c'est juste un contretemps. Mais je continue mes recherches. J'ai une ou deux autres pistes, mais rien de concret pour l'instant."

Jacques Touboulic (2ème adjoint) et le maire de Châtel-Censoir, Bertrand de la Gravière devant la porte du généraliste qui reste fermée pour le moment - Radio France
Jacques Touboulic (2ème adjoint) et le maire de Châtel-Censoir, Bertrand de la Gravière devant la porte du généraliste qui reste fermée pour le moment © Radio France - Damien Robine

Seulement à Châtel-Censoir, tout le monde a entendu parler du couple de généralistes et l'impatience grandit de jour en jour. Notamment du côté de Blandine la pharmacienne. "Nous les attendons avec impatience en effet. Parce que aujourd'hui nous avons perdu tout ce qui était traitements ponctuels. C'est-à-dire tous les gens qui vont chez le médecin pour soigner des angines, des choses comme ça. Ils vont dans la pharmacie proche de leur généraliste." 

Obligés d'aller consulter un généraliste à Coulanges-sur-Yonne ou à Vézelay

Un manque à gagner pour la pharmacienne , mais les habitants de Châtel-Censoir quant à eux, ont l'obligation de faire des kilomètres pour aller consulter un généraliste. _"On est obligé d'aller à Coulanges ou à Vézelay", e_xplique Pascal.  

Et pour les plus âgés ce n'est pas évident,  fait remarquer Nicole, 80 ans. "C’est un problème car à notre âge on a tous un petit bobo. Moi je me débrouille pour me déplacer mais certains doivent demander au voisin ou appeler un taxi. C'est toujours faisable. Mais si le médecin était ici, ce serait quand même mieux."  

Selon Bertrand de la Gravière, aux dernières nouvelles, le couple de  hollandais aurait demandé son inscription auprès du conseil de l'ordre des médecins. "Et j'espère avoir rapidement des nouvelles de la date de l'installation."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu