Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales dans la Loire et la Haute-Loire : les enseignements de ce premier tour

Abstention forte, prime au maire sortant, la droite qui se maintient. Au lendemain de ce premier tour des élections municipales dans la Loire et la Haute-Loire, France Bleu vous explique les principaux enseignements de ce scrutin près de chez vous.

Les enseignements de ce premier tour des élections municipales dans la Loire.
Les enseignements de ce premier tour des élections municipales dans la Loire. © Radio France - Xavier Grumeau

Pour ce premier tour des élections municipales dans la Loire et la Haute-Loire, quelques grands axes se dessinent : comme ailleurs en France, l'abstention a été forte dans nos départements. Autre constat, nombreux sont les maires sortants, réélus directement au premier tour. Enfin, dernier constat, la droite a su conserver beaucoup de villes.

La droite garde plusieurs grandes villes

Plusieurs grandes villes du département restent en effet à droite, c'est le cas de Roanne, Saint-Chamond et Montbrison, mais également de plusieurs communes de l'agglomération stéphanoise comme Roche-la-Molière, Villars, ou encore La Fouillouse. Idem à Saint-Just-saint-Rambert.

Il y a aussi les villes où la droite repasse sans suspense, avec une seule liste. C'est le cas de Feurs et du Chambon-Feugerolles. À Lorette, le doyen des maires ligériens Gérard Tardy, qui avait lui une liste d'opposition face à lui pour ce premier tour, est réélu.

À gauche, maintenant, dans la périphérie de Saint-Étienne, mesdames les maires de Sorbiers et de la Talaudière conservent leur siège. Idem pour le maire de La Ricamarie, dans l'Ondaine. À noter que Jean-Claude Charvin est devancé par le candidat de gauche à Rive-de-Gier.

Pari perdu pour deux formations politiques

Deux formations politiques ont perdu leur pari en revanche : le Rassemblement National d'abord. Il n'avait réussi à présenter que deux listes dans la Loire : à Saint-Étienne, Sophie Robert ne sera pas au second tour puisqu'elle ne franchit pas la barre des 10%. Et à Saint-Chamond, où Isabelle Surply siègera dans l'opposition puisqu'Hervé Reynaud est largement réélu.

Pari perdu également pour La République en marche qui n'était représentée que dans quatre communes : à Saint-Étienne, Gaël Perdriau est en ballotage très favorable et Patrick Revelli (soutenu par LERM) est en dessous des 5% ; à Roanne et Roche-la-Molière, les candidats sont balayés dès le premier tour.

Il n'y a qu'à Firminy que Christian Bourbon (sans étiquette) pouvait se maintenir, mais il préfère se retirer et appelle à voter Julien Luya,pour battre Marc Petit, le maire sortant. Julien Luya (LR) devance de justesse Marc Petit, condamné pour agression sexuelle. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu