Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales dans la Loire : les enjeux seront serrés dans plusieurs communes

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Depuis vendredi, les dépôts de listes sont ouverts en préfecture pour les communes qui n’ont pas élu leur conseil municipal au premier tour.

Le deuxième tour s'annonce incertain dans plusieurs communes
Le deuxième tour s'annonce incertain dans plusieurs communes © Radio France - Yves Renaud

Le dépôt de liste sera ouvert jusqu’au mardi 2 juin 18 heures, avant le second tour du dimanche 28 juin prochain. Dans la Loire, 25 communes sont concernées par ce second tour, dont la ville préfectorale Saint-Étienne, mais aussi : Andrézieux-Bouthéon, Arthun, Chazelles-sur-Lavieu, Croizet-le-Gand, Chambéon, Chatelneuf, Chausseterre, Firminy, Pélussin, Rive-de-Gier, La Chamba, Gumières, Roche, Saint-Alban-les-Eaux, Saint-Romain-le-Puy, Saint-Paul-d’Uzore, Saint-Cyprien, Saint-Galmier, Saint-Martin-d’Estréau, Saint-Priest-la-Prugne, Veauche, Verrières-en-Forez, Vêtre-sur-Anzon.

Un certain nombre de communes sont intéressantes en raison d’une forte incertitude et d’une vraie bataille dans les urnes souvent initiée par le fait que le maire sortant ne se représentait pas. C'est le cas de Saint-Galmier où le centriste Georges Dubesset est arrivé en tête au 1er tour avec 39,6% des voix, talonné par deux autres candidats divers droite, Philippe Denis et Jacques Dechandon, respectivement à 31,5 et 28,9% des voix. Sauf retournement d’ici à mardi, de fusion des deux challengers, les trois candidats seront a nouveau en lice fin juin.

Un triangulaire est également prévue à Veauche où Gérard Dubois est arrivé en tête au 1er tour à plus de 47,5 %. Face à lui Jean-Pierre Bruyère 28,54% et Dominique Dechandon à 23,76%. Ces deux opposants vont probablement se relancer également. 

Enfin une autre commune intéressante, c'est Andrézieux-Bouthéon. François Driol a manqué l’élection au premier tour de seulement 46 voix, il part donc plutôt confiant pour le second face à Jean-Marc Pangaud 30,7% qui se relance officiellement. Marcel Jacob crédité de plus de 21% au 1er tour devrait lui aussi relancer sa candidature.      

Rive-de-Gier : les résultats promettent d’être serrés 

À Rive-de-Gier, il faut s’attendre à une triangulaire entre Vincent Bony, le candidat d’union gauche écologiste, le maire sortant Jean-Claude Charvin et un regroupement des deux listes divers droite de Gérard Octroy et Jean-Pierre Granata qui prend la tête de la nouvelle liste. Et là encore l’issue de ce deuxième tour reste très incertaine.

Vincent Bony
Vincent Bony © Radio France - Yves Renaud

La liste d’union de la gauche de Vincent Bony surfe sur les divisions des listes de droite dans la commune. Vincent Bony qui s’étonne au passage de la fusion entre les listes Octroy et Granata au bénéfice de celle qui a rallié le moins de voix  au premier tour. "Je trouve que c'est plutôt la continuité des divisions de la droite. Nous on tourne le dos à ça et on continue le chemin de rassemblement au-delà de la gauche et de l'écologie.

Jean Pierre Granata
Jean Pierre Granata © Radio France - Yves Renaud

Jean-Pierre Granata justement défend cette fusion avec la liste Octroy, comme une continuité logique des deux listes. "On a des projets très très proches avec cette liste. Ce qu'on veut pour Rive-de-Gier, c'est contrer monsieur Charvin et monsieur Bony, parce qu'aujourd'hui la commune a besoin d'un nouveau visage."

Jean Claude Charvin
Jean Claude Charvin © Radio France - Yves Renaud

Le maire sortant Jean-Claude Charvin, beaucoup décrié durant son mandat, fait malgré tout de la résistance et ne change rien à son programme. "Le nom de ma liste, c'est gardons le cap, je change pas de cap au milieu de la tempête. pour l'instant j'ai pas trop eu le temps de m'occuper des municipales, depuis un mois et demi, on est a fond sur les problématiques liées au Covid-19."

Une triangulaire attendue à Firminy

À Firminy, une triangulaire semble se profiler entre le maire sortant Marc Petit sans étiquette. Il est en ballottage défavorable face au candidat de droite Julien Luya, et à la candidate de gauche Anne-Sophie Putot en troisième position, une situation très tendue.   

Anne Sophie Putot
Anne Sophie Putot © Radio France - Yves Renaud

Et ce sont les démêlées judiciaires du maire sortant qui sont à l’origine de cette tension. La candidate de gauche Anne-Sophie Putot estime qu’en choisissant de se maintenir malgré tout, il affaiblit la gauche. "Nous on en appelle à la raison, nous souhaitons que monsieur Petit se retire pour pouvoir fusionner et bien sûr, ils ne veulent absolument pas négocier la tête de liste. on rappelle que 33% pour un maire sortant c'est pas un bon score."

Julien Luya
Julien Luya © Radio France - Yves Renaud

A droite, Julien Luya est très serein puisqu'il bénéficie en plus d’un appel à voter de Christian Bourbon, le candidat LREM battu au premier tour. "On a vraiment décidé de rester en dehors des problématiques politiciennes. C est vraiment intéressant d'arriver en tête, je crois pas que ça se soit souvent produit dans l'histoire à Firminy qu'un maire sortant soit mis en minorité par une équipe d'opposition."

Marc Petit, le maire sortant lui persiste et signe en estimant être innocent des accusations d’agression sexuelle et donc toujours légitime dans le scrutin. Malgré nos sollicitations, il ne nous a pas répondu.

Marc Petit
Marc Petit © Radio France - Yves Renaud
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu