Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales dans la Manche : le Rassemblement national n'a pas encore de liste complète

-
Par , France Bleu Cotentin

Le Rassemblement national espère pouvoir constituer deux listes dans le département, à Bréhal et surtout à Cherbourg-en-Cotentin. Dans la plus grande ville de la Manche, le jeune candidat Benoît Lepeltier compte bien être en capacité de mener une liste d'ici quelques semaines.

De gauche à droite, Benoît Lepeltier, possible candidat à Cherbourg, Nicolas Bay, eurodéputé, Marie-Françoise Kurdziel, la nouvelle présidente de la fédération de la Manche et Franck Simon son adjoint.
De gauche à droite, Benoît Lepeltier, possible candidat à Cherbourg, Nicolas Bay, eurodéputé, Marie-Françoise Kurdziel, la nouvelle présidente de la fédération de la Manche et Franck Simon son adjoint. © Radio France - Mahaut de Butler

Les élections municipales restent l'échéance la plus compliquée pour le Rassemblement national. Le parti de Marine Le Pen manque encore d'implantation locale. Et la Manche compte peu de villes de plus de 10 000 habitants, où les listes sont davantage susceptibles de revendiquer une étiquette. 

Si le RN visait au départ Avranches, Carentan et Valognes, ses membres ont dû revoir leurs attentes à la baisse. A Carentan, Franck Simon n'a pas réussi à trouver les 53 colistiers nécessaires depuis la création de la commune nouvelle - un problème aussi rencontré à gauche, où Hervé Houel peine à compléter sa liste. 

Cherbourg dans le viseur

Une liste est donc en préparation à Bréhal, mais c'est surtout en Cherbourg que le parti place tous ses espoirs. En 2014, Jean-Jacques Noël n'était pas parvenu à constituer une liste. L'ancien cadre du parti a renoncé à ses fonctions dans la Manche cet automne. Il a été remplacé par Marie-Françoise Kurdziel à la tête de la fédération de la Manche, et c'est Benoît Lepeltier, 22 ans, militant au RN depuis 2013, qui travaille sur les élections à Cherbourg. 

La sécurité sera l'axe central de sa campagne, en référence aux actes de délinquance qui ont selon lui "explosé". Le potentiel candidat dénonce une "omerta" de l'équipe actuelle sur le sujet : "Ils parlent d'un cadre de vie quasiment idyllique, mais malheureusement les Cherbourgeois ne vivent pas totalement ça." 

Envoyer un signal au gouvernement

L'eurodéputé Nicolas Bay, conseiller régional de Normandie, était à la Glacerie ce dimanche pour soutenir Benoît Lepeltier. La stratégie est claire : les municipales lancent le départ de trois ans d'échéances électorales qui doivent s'achever avec la présidentielle 2022.  "Les Français ont exprimé beaucoup de colère ces derniers mois, insiste l'élu. Ils ont l'occasion d'envoyer un signal fort au gouvernement."

En faisant le pari de Cherbourg, le parti espère donc renforcer son maillage territorial et placer des élus au futur conseil municipal. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu