Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales : le Rassemblement national candidat dans une quinzaine de communes des Pyrénées-Orientales

-
Par , France Bleu Roussillon

Le parti de Marine Le Pen va présenter un nombre record de candidats lors des élections municipales de mars prochain dans les Pyrénées-Orientales. Outre Perpignan, le RN cible particulièrement Pia et Claira.

Le RN présente des candidats dans une quinzaine de villes des Pyrénées-orientales
Le RN présente des candidats dans une quinzaine de villes des Pyrénées-orientales © Radio France - Lagain Aurelie

Perpignan, France

Jamais le Rassemblement national n’avait présenté autant de candidats dans les Pyrénées-Orientales. En mars prochain, une quinzaine de listes RN seront en course au premier tour des municipales. Le parti de Marine Le Pen espère surfer sur ses excellents scores des derniers scrutins. 

Si Perpignan est clairement l’un des objectifs prioritaires du RN, le parti cible également Pia et Claira. Dans ces deux communes de l’agglomération perpignanaise, le Rassemblement National a raflé plus de 40% des voix lors des européennes de 2019. Et en 2017, le député Louis Aliot y avait engrangé plus de 55% des voix au second tour des législatives.

À Claira, c'est Daniel Masse qui conduira la liste. Ce retraité de 63 ans, ancien cadre commercial, se présente pour la première fois. À Pia, Jérôme Palmade, pompier professionnel à peine trentenaire, tente sa chance pour la deuxième fois. (En 2017, il avait rassemblé 24,49% au premier tour)

En dehors de ces deux villes, le Rassemblement national préfère afficher des ambitions plus modestes. L'objectif est surtout de s'implanter dans de nouvelles communes. Pour la première fois, des listes sont annoncées à Rivesaltes, Toulouges, Ille-sur-Têt, Font-Romeu, Saint-Feliu-d'Amont, Saint-André ou encore Saint-Paul-de-Fenouillet.

Comme en 2014, le Rassemblement national sera également dans la course au Barcarès (avec Daniel Philippot) et à Espira-de-l’Agly (avec Robert Olives). À l’inverse, le parti peine à finaliser ses listes dans plusieurs communes comme Canohés, Canet-en-Roussillon, Opoul, Sainte-Marie ou Saint-Cyprien. Quant à Argelès-sur-Mer et Saint-Laurent-de-la-Salanque, le RN n'aura pas de candidat mais soutiendra l'une des listes en présence.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu