Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales en Dordogne : la maire de Saint-Astier voudrait repartir pour six ans de plus

-
Par , France Bleu Périgord

La maire sortante de Saint-Astier Elisabeth Marty est candidate à un second mandat dans la ville du Périgord blanc. Elle aura face à elle la liste menée par le socialiste Daniel Benoist.

Qui prendra la ville de Saint-Astier ? Elisabeth Marty ou son opposant Daniel Benoist ?
Qui prendra la ville de Saint-Astier ? Elisabeth Marty ou son opposant Daniel Benoist ? © Radio France - Antoine Balandra

Les municipales c'est dans un mois ! Gros plan sur la ville de Saint-Astier, 5.500 habitants environ. La maire sortante divers droite Elisabeth Marty, 54 ans, brigue un second mandat avec une liste à 50% renouvelée.

Et cela six ans après avoir mis fin à 37 ans de règne socialiste à la mairie. Elle aura cette fois face à elle la liste de Daniel Benoist, élu socialiste d'opposition pendant ce mandat.

Elisabeth Marty explique avoir toujours voulu faire deux mandats. Elle estime que le travail accompli justifie un second mandat. "En 2014 j'avais annoncé que je ne partirai que pour deux mandats. Ce sera le cas. Et après on passera la main car de toute façon dans l'équipe il y a des gens compétents qui pourront prendre ma place" dit celle qui estime avoir réalisé 95% de ses promesses de l'époque.

Face à elle, Daniel Benoist, 60 ans, encarté PS et directeur de fédérations de maisons familiales rurales espère bien reprendre la mairie à Elisabeth Marty dont il dénonce un certain autoritarisme. "Ces six ans ont été pénibles. Il a fallu systématiquement demander des comptes, rien n'est venu naturellement, rien ne s'est fait dans la sérénité, dans un esprit constructif. Pas de transparence dans l'avancée des dossiers, pas de volonté de nous impliquer sur des dossiers importants pour les Astériens" dit le candidat.

Elisabeth Marty la maire sortante de Saint-Astier (à droite) avec une partie de son équipe
Elisabeth Marty la maire sortante de Saint-Astier (à droite) avec une partie de son équipe © Radio France - Antoine Balandra

Des critiques balayées par Elisabeth Marty la maire sortante de Saint-Astier qui estime avoir subi beaucoup d'attaques pendant ce mandat. Mais vouloir quand même repartir pour achever le travail commencé. "Les attaques ont toujours été virulentes, ça je pense que c'est ma personnalité qui cristallise, mais ce n'est pas gênant, finalement plus on parle de vous mieux c'est, et si je repars, c'est pour respecter l'équipe, et parce que c'est une aventure humaine extraordinaire" explique-t-elle.

"En 2014 on avait pris la ville avec en héritage une très belle dette de près de 12 millions d'euros, que l'on a baissé, on est en dessous de 8 millions aujourd'hui. La taxe foncière va baisser dans le prochain mandat. Et les indemnités des élus qui avaient été baissées de 20% ne seront pas remontées. On veut une gestion saine, pour pouvoir satisfaire les contribuables" dit-elle.

Construction d'une grande salle ?

La maire met par ailleurs en avant un projet phare : "La construction d'une salle polyvalente, pour accueillir des séminaires, des congrès pour avoir une retombée économique sur la ville et le territoire". Mais aussi un projet de gestion de l'eau via les carrières de chaux. 

"Un projet sur l'environnement, sur le respect de l'eau. Nous voulons récupérer les eaux pluviales des bâtiments communaux. Et nous avons la chance d'avoir les carrières de chaux, remplies d'eau, et nous voulons la récupérer et la distribuer aux administrés" explique Elisabeth Marty.

De son côté, la liste de Daniel Benoist insiste sur son dynamisme, rappelle qu'elle travaille sur des projets pour la commune depuis plus de six ans et veut remettre plus de démocratie dit-elle, plus de contacts entre les élus, et entre les élus et les habitants. 

"La base de notre projet, c'est de faire participer l'ensemble des élus, et d’associer les Astériens pour les décisions majeures durant le futur mandat" explique le candidat. Le but, c'est donc aussi pour lui que la gauche reprenne la ville. "L'ancien maire socialiste avait fait beaucoup de choses. La ville avait une dynamique. Ce que l'on reproche aujourd'hui, c'est qu'elle n'est plus en dynamique, la population est en baisse, on avait plus vu cela depuis 30 ans, il faut que l'on retrouve du dynamisme en travaillant avec tout le monde" dit Daniel Benoist.

Claudine Boissel, ancienne élue à l'époque de l'ancien maire Jacky Monmarson et numéro 4 sur la liste de Daniel Benoist veut en tout cas y croire :  "On veut un nouveau souffle, qui se produit sur notre nouvelle liste, on a une équipe jeune, qui arrive. Il faut y croire pour reprendre la mairie" dit-elle.

Une partie de la liste de Daniel Benoist pour la mairie de Saint-Astier
Une partie de la liste de Daniel Benoist pour la mairie de Saint-Astier © Radio France - Antoine Balandra

A noter la présence sur la liste de Daniel Benoist de Pascal Deguilhem, l'ancien député PS du Périgord blanc, ex maire de Saint Aquilin pendant près de 19 ans et actuel conseiller régional. Il sera en bout de liste, en position a priori non éligible. Il avait pourtant dit qu'il arrêtait sa carrière politique. Mais pour lui l'appel de l'engagement pour sa ville a été le plus fort : "Je n'ai jamais renoncé à un engagement citoyen. J'ai ressenti le besoin d'accompagner cette liste, pour apporter modestement mes compétences ici ou là" explique l'élu.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu