Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales en Meurthe-et-Moselle : que pèse vraiment la République en Marche ?

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

La République en Marche va-t-elle remporter des villes de Meurthe-et-Moselle aux prochaines municipales en mars 2020 ? Pour ses premières élections locales, le parti présidentiel alterne entre présenter des listes et soutenir des candidats déjà installés. Pour quel résultat ?

Le logo de la République en Marche
Le logo de la République en Marche © Maxppp - Vincent Isore

La République en Marche va-t-elle décrocher des mairies en Meurthe-et-Moselle lors des prochaines élections municipales au mois de mars ? C'est la première élection locale à laquelle participera le parti d'Emmanuel Macron créé en avril 2016. Un parti qui alterne entre listes autonomes et soutiens à des candidats ou des maires déjà en place comme c'est le cas à Nancy avec Laurent Hénart. Une question se pose : avec près de 4.000 adhérents inscrits sur internet, que pèse vraiment le parti présidentiel ?

Peu de listes autonomes pour l'instant

La République en Marche a-t-elle les moyens de ses ambitions ? LREM veut être présent dans un maximum de communes mais n'a pour l'instant prévu de listes qu'à Vandoeuvre et Maidières, peut-être à Longwy. Ailleurs, ce sont des soutiens à Laurent Hénart, à Nancy, à François Werner à Villers-les-Nancy. Pas un signe de faiblesse d'après Amina Dahoun, la référente du parti présidentiel en Meurthe-et-Moselle : 

"On ne cherche pas coûte que coûte à avoir une liste. Ce n'est vraiment pas notre démarche. Notre démarche, c'est apporter du nouveau, du renouvellement. Ce sont des maires humanistes, partisans du progrès politique, social et économique. Ce sont nos valeurs, on ne peut que les soutenir."

"Ils se raccrochent aux branches"

Des arguments auquel le président des Républicains dans le département ne croit pas. Eric Pensalfini, qui n'a pas encore annoncé de liste à Nancy d'ailleurs, pense qu'LREM n'est pas en mesure de peser au niveau local

"Ce sont des hommes et des femmes qui ont profité d'une conjoncture à un moment, au même titre que Macron il y a deux ans. Je crois qu'ils se raccrochent aux branches auxquelles ils peuvent se raccrocher. Qu'ils ne viennent pas nous dire qu'ils sont contents sur nos territoires. Ils n'ont aucun ancrage territorial."

Un ancrage pourtant nécessaire si la République en Marche veut gagner des sièges au Sénat où le parti n'a pas la majorité : 95% des grands électeurs aux sénatoriales sont issus de conseils municipaux.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu