Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales en Occitanie : comment interpréter le taux d'abstention record?

-
Par , France Bleu Occitanie

Pour ces élections municipales, dont l'issue a été scellée dimanche soir, le taux de participation des électeurs est faible en Occitanie comme partout en France.

Le taux d'abstention pour ces élections municipales est de 59%
Le taux d'abstention pour ces élections municipales est de 59% © Maxppp - Julien BARBARE

Que faut-il retenir de ces élections municipales dimanche soir ? Déjà, la vague verte. Les écologistes ont raflé des grandes métropoles, comme Bordeaux ou Lyon. Toulouse, elle, est remportée par l'ancien maire Les Républicains Jean-Luc Moudenc. Mais ce qui est également à retenir, c'est le taux historiquement bas de participation nationale : 41,6 %, soit vingt points de moins qu'en 2014. 

L'ex région Midi-Pyrénées n'est pas épargnée par cette faible participation : 

  • 44,68 dans le Tarn
  • 45,66% en Haute-Garonne
  • 45,51% dans le Tarn-et-Garonne
  • 52,10% en Aveyron
  • 54,95% dans le Lot
  • 56,19% en Ariège
  • 61,40% dans le Gers

Sans le coronavirus, ces chiffres ne seraient pas les mêmes

A Toulouse par exemple, la participation s'élève à 45%, contre 57,66 en 2014. Les règles du vote par procuration avaient pourtant été assouplies pour faciliter le vote. Alors, la crise du COVID-19 est-elle la grande coupable de cette abstention? Selon Martin Malvy, ancien maire de Figeac, qui ne se représentait pas cette année, mais également ancien Président socialiste de la région Midi-Pyrénées, sans le coronavirus, cette abstention record n'aurait jamais eu lieu : " N'oublions pas la situation dans laquelle nous nous trouvons. Il n'y a pas eu de campagne électorale, pas de meeting, pas de réunion, pas de rencontre sur le marché... N'aggravons pas la situation en disant que c'est dramatique. Sans le coronavirus, ces chiffres ne seraient pas les mêmes". 

Il faut repenser toute la façon de faire de la politique

Pour Jérémie Nollet, politologue, chercheur et enseignant à Sciences Po Toulouse, le phénomène est bien antérieur à la crise sanitaire. Selon lui, c'est tout le jeu politique qui doit être remis en question : "Il faut repenser tout la façon de faire de la politique. Repenser au rôle des élus. Il y a un mouvement de fond de défiance vis-à-vis des politiques depuis plusieurs décennies. Dans une grande ville comme Toulouse, les citoyens ont un rapport avec la politique qui n'est pas très différent de leur rapport avec le gouvernement. Ce sont des personnes qui leur sont éloignées".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu