Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales 2020 : le maire de Brest François Cuillandre en tête

-
Par , France Bleu Breizh Izel

Le maire PS François Cuillandre arrive en tête du premier tour à Brest avec 26,54% des voix. Il est suivi de Bernadette Malgorn ("Brest c'est vous !") avec 18,87% et Ronan Pichon ("Brest Ecologie Solidarités") avec 15,74%. Le candidat LREM Marc Coatanéa se qualifie aussi au 2nd tour avec 12,6%.

La mairie de Brest
La mairie de Brest © Radio France - Valérie Le Nigen

Le second tour va se jouer entre quatre listes à Brest ! Le maire François Cuillandre (PS) arrive en tête du premier tour des élections municipales. Avec 26,54% des voix, il devance comme en 2014 la liste menée par Bernadette Malgorn (divers-droite), avec 18,87%. L'écologiste Ronan Pichon obtient 15,74% des voix. Le candidat LREM peut aussi se maintenir au second tour avec 12,60% des voix. 

"Ma ligne est de proposer une véritable alternance à François Cuillandre, lance Bernadette Malgorn. Est-ce que ses anciens alliés voudront aller le retrouver après avoir fait moultes critiques sur son absence d'esprit démocratique ?"

Des discussions entre socialistes et écologistes

Une réunion entre les listes socialistes et écologistes était prévue dès ce dimanche soir. "On discute avec la liste de Ronan Pichon qui fait environ 10 points de moins que nous, c'est un écart significatif", indique François Cuillandre.

"On va sans doute devoir discuter, reconnait Ronan Pichon (EELV). _On a toujours dit que le deuxième tour était celui du rassemblement_. S'il a lieu, il faut que ce soit dans le respect des différentes composantes". "Ce que nous avons proposé tient à cœur de beaucoup de gens, l'urgence de la transition écologique fait qu'on ne peut pas se permettre d'attendre plus longtemps", ajoute le candidat écologiste. 

La déception pour LREM, mais pas de fusion

Avec 12,6% des voix, le candidat d'En Marche Marc Coatanéa reconnait "une déception mais je garde la fierté d'avoir construit un projet patiemment". Après s'être donné un temps de réflexion et discussion avec ses colistiers, il a finalement choisi de maintenir sa candidature pour le second tour : "notre liste ne fusionnera avec aucune autre car nous ne serons jamais dans les jeux d’appareils", indique le candidat LREM dans un communiqué.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu