Politique

Municipales : Jean-Marc Pujol, "invité du petit-déjeuner"

France Bleu Roussillon lundi 3 février 2014 à 11:37

Jean-Marc Pujol invité du petit'dej sur France Bleu Roussillon
Jean-Marc Pujol invité du petit'dej sur France Bleu Roussillon © Radio France

Chaque lundi, France Bleu Roussillon accueille pendant deux heures un candidat à la mairie de Perpignan. Pour la première émission, le tirage au sort a désigné le maire sortant, Jean-Marc Pujol.

6h40 - Jean-Marc Pujol pousse la porte de France Bleu Roussillon

Costume gris anthracite, cravate rose, il est arrivé seul, à pied. Le maire sortant se dit en "grande forme " malgré l’heure matinale.

7h04 - "Je veux plus de vidéo- surveillance"

Interrogé sur la multiplication des braquages à Perpignan, Jean-Marc Pujol défend son bilan : "Heureusement qu’on a installé 161 caméras de vidéosurveillance contre l’avis de notre opposition. Cela permet de révéler presque 7.000 faits et d’avoir des interventions extrêmement rapide" .

7h10 - Mais qui est donc Jean-Marc Pujol ?

Devenu maire en 2009 sans avoir été tête de liste, Jean-Marc Pujol souffre encore d’un manque de notoriété. Nombreux sont les perpignanais qui croient que Jean-Paul Alduy est toujours le maire de Perpignan. "C’est tout à fait normal" se défend son successeur. "Jean-Paul Alduy a tenu les rennes de la mairie pendant 20 ans, et avant lui son père depuis 1956."

7h12 - Pujol / muicrotrot qui est JMP ?

7h17 - Mathieu Ferri dresse le portrait du candidat

Où l’on apprend que Jean-Marc Pujol est né en Algérie, qu’il a été champion de plongée et qu’il se passionne pour la seconde guerre mondiale...

Portrait Jean-Marc Pujol

7h23 - L’interrogatoire

Pendant trois minutes, Jean-Marc Pujol est dans la peau d’un gardé-à-vue, bombardé de questions par Michèle Pierrard. Le candidat va avouer une infraction de chasse, et quelques libertinages sur les plages du sud de l’Espagne...

L'interrogatoire de Jean-Marc Pujol

7h45 - l’Interview politique

La retraite politique de Jean-Paul Alduy

"J'attendais qu'il se décide, qu'il réponde à ma demande de participer à la liste, il m'avait dit qu'il se déciderait fin janvier. J'ai l'habitude d'être fidèle en amitié et de tenir ma parole en politique ce qui choque tout le monde. C'est aussi le cas de Jean-Paul. On a partagé de nombreux combats et géré la ville ensemble, il me paraissait normal d'attendre qu'il prenne sa décision. C'est quelqu'un que les Perpignanais vont perdre et vont regretter bientôt. " "J'ai à la fois les mains plus libres et une responsabilité plus lourde parce que nous partagions beaucoup de décisions et là, je me retrouve seul mais il faut assumer aussi. Personne ne vous oblige à vous présenter aux élections, c'est un choix personnel. J'ai cette  liberté et cette responsabilité que j'assumerai."

Jean-Marc Pujol et Jean-Paul Alduy

Une politique de proximité

"Je vais essayer de porter un projet qui correspond à ce que les Perpignanais souhaitent. Je vais inscrire ma campagne sur le concret, la proximité, la vérité. La proximité c'est s'occuper des gens devant chez eux. Quand quelqu'un vous dit qu'il y a un trottoir cassé, il faut réparer les trottoirs. Alors on peut considérer qu'on n'est pas élu pour ça. Moi, je considère que je suis élu pour ça. Quand quelqu'un vous dit "Monsieur le maire, y a un terrain devant chez moi qui n'est jamais nettoyé avec des herbes hautes", je le fais nettoyer.Partager"

Jean-Marc Pujol et la proximité

La vidéo protection

"On essaye de s'opposer à cette situation de délinquance et d'incivilité.Les caméras sont un axe fort de ma politique et je vais continuer. Après, je vais pas empêcher les voyous de commettre leur méfaits. Je suis à 161 caméras, j'irai à 300. Il faut aussi renforcer la police municipale pour palier le manque de policiers nationaux."

Jean-Marc Pujol et la sécurité

Perpignan, ville la plus endettée de France ?

"C'est une mauvaise information : l'endettement est de 1928 euros et pas de 3.900 euros comme le dit Le Figaro. Il faut aussi expliquer ce qu'il y a en face de la dette : il y a en face 7.500 euros d'actifs, donc inutile de vous dire que quand on gagne 7.500 euros par mois et qu'on doit 1900 euros, on est dans une bonne situation ."

Jean-Marc Pujol et l'endettement

Fiscalité zéro

"Pendant les 10 dernières années, nous n'avons augmenté les impôts que trois fois. Perpignan est la ville la moins chère du Languedoc-Roussillon. Pendant la durée du mandat de 6 ans nous n'augmenteront pas la fiscalité . A Perpignan, nous sommes la troisième ville de France en matière d'augmentation de la population, des gens mais aussi des entreprises viennent s'installer ici. La richesse foncière augmente, donc on peut faire un budget sans augmenter la fiscalité."

Jean-Marc Pujol, et la fiscalité

Comment relancer le commerce en centre-ville ?

"Il y a plus de commerces qui ouvrent que de commerces qui ferment. Les loyers ne sont pas fixés par la mairie de Perpignan, ce sont les propriétaires. Personne ne peut faire baisser les loyers, même le président de la République. Le maire a un seul pouvoir, c'est de préempter, mais il faut revendre dans l'année. Et c'est avec l'argent des Perpignanais qu'on peut le faire, donc il faut leur demander leur avis."

Jean-Marc Pujol, et le commerce du centre ville

Quel adversaire ?

"Je ne mésestime personne. L’adversaire principal c'est Louis Aliot (FN) il faut s'occuper de la capacité à mobiliser à porter une parole. Je n'ai pas peur du Front national, nous sommes en démocratie. Pour moi le FN est un adversaire comme un autre. Le parti n'est pas interdit, je dois m' opposer dans un cadre démocratique."

Jean-Marc Pujol et le front national

 

8h10 - Ce que vous attendez de Jean-Marc Pujol

8h12 - Pujol / ce qu'ils attendent

8h12 - Quel avenir pour le Centre del Mon ?

Un auditeur interpelle Jean-Marc Pujol sur le répondeur de France Bleu Roussillon : "Que va devenir le Centre del Mon qui est plutôt un échec ?"

8h12 - pujol Centre del Mon

8h35 - Le choix musical de Jean-Marc Pujol

France Bleu Roussillon propose à chaque candidat de choisir un titre musical. Pour Jean-Marc Pujol, c'est Yesterday des Beatles .

Mots-clés :