Politique

Municipales à La Rochelle : Dominique Morvant règle ses comptes avec l’UMP

Par Stéfane Pocher, France Bleu La Rochelle lundi 31 mars 2014 à 13:38 Mis à jour le lundi 31 mars 2014 à 14:26

Dominique Morvant dans les studios de France Bleu LA Rochelle ce lundi matin
Dominique Morvant dans les studios de France Bleu LA Rochelle ce lundi matin © Stefane Pocher / Radio France

La candidate rochelaise en profite pour planter quelques banderilles contre les ténors du parti de l'UMP en Charente-Maritime.

Info France Bleu : Au lendemain de sa défaite aux élections municipales à La Rochelle (16.2% des voix), Dominique Morvant a manifesté sa colère ce matin sur France Bleu La Rochelle contre sa famille politique.

Elle a décidé de ne pas siéger dans l’opposition au conseil municipal (4 sièges).

Elle va encore plus loin. Elle quitte aussi l’UMP.

"Je m’y sentais bien, nous défendions les mêmes valeurs. Cela dit je ne peux pas accepter de siéger en face d’un maire (Jean-François Fountaine) qui a été élu avec le soutien de l’UMP ". A la question, avez vous été abandonnée après de bons et loyaux service? "C’est vous qui le dites ."

"Notre campagne a été sabordée"

"Nous avons fait une très belle campagne. Très dignes et très honnête vis-à-vis des électeurs.  Cette année à La Rochelle, il y avait vraiment quelque chose à faire. C’était historique. Nous avions un programme. Mon parti n’a pas saisi cette chance ." 

Dominique Morvant : l'UMP ne m'a pas beaucoup aidé

Dominique Morvant en veut au président du Conseil général Dominique Bussereau qui l’a soutenu du bout des lèvres. Au lendemain du premier tour, le lundi 24 mars, l’ancien ministre des transports, disait sur France Bleu que le maire de La Rochelle ne serait pas socialiste.

Dominique Bussereau a essayé de me joindre hier par téléphone explique Dominique Morvant. "Je n’ai pas souhaité lui répondre ."

"Etre une femme en politique c’est difficile , dit-elle. On a l’impression de revivre les législatives ."

Sally Chadjaa, la candidate de l’UMP en 2012  contre Ségolène Royal avait eu le même soutien de sa famille politique.