Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales : le challenge de l'UMP en Moselle

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

A moins d'un an des élections municipales, France Bleu Lorraine fait le point sur les forces en présence à Metz, Thionville et Forbach. Entre un PS soucieux de faire au moins aussi bien qu'il y a 5 ans, une UMP en quête d'unité et un FN avide de succès, la bataille s'annonce féroce.

vote, urne, élections, scrutin
vote, urne, élections, scrutin © Fotolia - © Richard Villalon

À Metz

Pour l'instant, l'UMP part divisée. Trois prétendants au moins ont déjà fait savoir que l'investiture les intéressait : Marie-Jo Zimmermann, Patrick Thil et Denis Jacquat. Forcément, le spectre de 2008 est encore présent dans les esprits, et tout le monde appelle à l'unité. Mais derrière qui, voilà toute la question. Au centre, Nathalie Griesbeck affirme ne pas encore s'être penchée sur la question. Et Nathalie Colin-Oesterlé, de l'UDI, affirme vouloir d'abord convenir d'un programme commun, avant de se pencher sur la question de la personne qui l'incarnerait. Emmanuel Lebeau, lui, n'a jamais caché son envie d'être maire de Metz, mais il explique qu'il ne mettra pas de batons dans les roues à une liste d'union. À l'UMP, un cadre départemental répond qu'il "ne fait pas partie de la famille ". Ambiance.

Celle qui regarde ce spectacle avec attention, c'est Françoise Grolet. La candidate FN, déjà déclarée, avait fait une large percée lors des cantonales il y a deux ans. Elle s'était qualifiée au second tour, au détriment du candidat de l'UMP. Elle espère bien profiter d'une possible désunion du principal parti d'opposition pour faire encore mieux en mars prochain.

Dominique Gros
Dominique Gros © Maxppp

Dominique Gros se déclarera en septembre

À gauche, la candidature de Dominique Gros à sa propre succession ne fait plus aucun doute. Il devrait se déclarer entre le 9 et le 23 septembre, comme le prévoit le calendrier établi par le Parti socialiste. Mais avec ou sans Europe Ecologie Les Verts et le Front de gauche ? Les deux formations n'ont pas encore officiellement tranché. Reste enfin la question d'Aurélie Filipetti. La ministre pourrait bien figurer sur la liste socialiste. Mais à ce jour, rien n'est encore décidé.

À Thionville

La donne est plus simple dans la deuxième ville du département. L'UMP a déjà trouvé son candidat, en la personne d'Anne Grommerch. Celle qui a pris la succession à l'Assemblée nationale de Jean-Marie Demange devrait également être soutenue par l'UDI, dont le patron local n'est autre que le président du Conseil général, Patrick Weiten. Sa mission : regagner la ville. Un challenge "abordable " selon un cadre de l'UMP.

En face, pas de surprise à prévoir. Bertrand Mertz, l'actuel maire, devrait se présenter à sa propre succession. Quant au Front National, pour l'instant, il n'a pas de candidat à Thionville.

À Forbach

La situation de l'UMP dans le bassin houiller n'est pas sans rappeler celle de Metz. Pour l'instant, le parti n'a pas réussi à trouver la tête de liste idéale. Le chef de file actuel de l'opposition municipale, Christian Peyron, voit deux prétendants à l'investiture face à lui. D'un côté, Alexandre Cassaro, responsable départemental des jeunes UMP. Et de l'autre côté Eric Diligent. "Il y a des tensions, ça n'est pas simple , confirme un patron départemental de l'UMP, mais nous allons tout faire pour que le bon sens l'emporte. "

Florian Philippot, Marine Le Pen et Gilbert Collard lors du défilé du 1er mai 2012.
Florian Philippot, Marine Le Pen et Gilbert Collard lors du défilé du 1er mai 2012. © Maxppp

D'autant qu'en face, le Front National a fait de la ville un objectif prioritaire. Même s'il ne s'est pas encore officiellement déclaré, Florian Philippot devrait emmener la liste du parti frontiste. Vice-président du parti, véritable visage de la dédiabolisation du FN, il représente cette nouvelle génération totalement décomplexée qui plait aux électeurs. Et les résultats des dernières élections (cantonales 2011 ou législatives 2012), durant lesquelles le FN s'est qualifié au second tour, confirment cette analyse.

Reste enfin le maire sortant, Laurent Kalinowski. Elu presque par surprise il y a 5 ans, il devra cette fois-ci s'appuyer sur son bilan.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess