Politique

Municipales : le débat des candidats à Antibes

Par Isabelle Lassalle, France Bleu Azur mardi 11 février 2014 à 21:00

Débat des candidats à Antibes
Débat des candidats à Antibes © Aubert Naturel / Radio France

Première émission d'une série de dix débats, dans le cadre des élections municipales, ce 11 février de 19h à 20h au Fort Carré d'Antibes. Une rencontre, en direct et en public, réalisée avec la collaboration de Nice Matin.

Autour de la table, quatre candidats à la mairie d'Antibes : Jean Léonetti (UMP), le maire sortant, Gérard Piel (Front de Gauche), Michèle Muratore (PS) et Lionel Tivoli (FN). Le cinquième candidat est absent : Michel Page (Parti des Indépendants Centristes).

Réécoutez l'intégralité du débat :

MUNICIPALES 2014 - Le débat à Antibes

Premier thème abordé, une question politique : la campagne électorale

Jean Leonetti se dit serein dans cette nouvelle campagne pour l'élection municipale. "Je ne sais pas ce que ça veut dire la droitisation. Je suis un républicain. Un État doit agir avec fermeté et humanité. Je fais partie du groupe de la France moderne et humaniste ". Le signe UMP : avantage ou handicap ? "Les étiquettes sont moins clivantes pour l'élection municipale ".Gérard Piel : "Je confirme que Jean Leonetti est bien de droite ". Gérard Piel s'est régulièrement opposé à Jean Leonetti au Conseil municipal. Sur la question du logement, Gérard Piel "se sent bien dans son rôle d'opposant ". Il veut faire passer "des propositions réalistes et réalisables ". Pas d'union à gauche : "C'était déjà le cas la dernière fois mais cette fois-ci, François Hollande est à la tête du pays ".Michèle Muratore , pourquoi pas de liste commune ? "Ce qui est important, c'est les dossiers sur lesquels nous nous retrouvons ".Lionel Tivoli , quelle position dans cette première campagne ? "Je compte sur l'atout de ma jeunesse pour apporter des propositions nouvelles ". Jeune et Antibois : "La jeunesse n'est pas un handicap. La ville, j'y travaille depuis 2006 et j'y habite depuis deux ans. Je rencontre beaucoup de monde dans cette campagne ".Michèle Muratore sera soutenue par Marc Daunis, seul maire PS des Alpes-Maritimes.

Volet social avec la question du logement

Gérard Piel : "Antibes est l'un des plus mauvais élève de la classe concernant les logements sociaux. Il faudrait au moins respecter la loi. Pas de résultat positif du maire sortant, Jean Leonetti, sur cette question. Dans le mandat, il faut arriver au moins à 15% : 6 000 nouveaux logements sociaux sur 6 ans ".Jean Leonetti : "Il y a 10 ans, 1,3 million pour les logements sociaux. Aujourd'hui, 13,4 millions d'euros. Il y avait 1 800 logements sociaux : 1 970 ont été construits durant mon mandat. Dans le prochain mandat, l'objectif est de répondre à la demande de logements sociaux ".Michèle Muratore : "Les prévisions des besoins sont sous-dimensionnées par rapport aux besoins. 3 227 logements vacants : en remettre à la location et négocier avec les propriétaires pour rendre disponibles ".Lionel Tivoli revient sur la question de "l'attribution des logements sociaux. La demande est de plus en plus grande. Pas de nouvelles constructions de logements sociaux. Des logements sociaux pour qui ? Des Antibois nécessiteux ou des familles qui arrivent avec plusieurs enfants ? Pas de réquisitions non plus de logements pour créer des logements sociaux. Améliorons l'existant avant de construire d'avantage de logements ".

La question des transports et du stationnement à Antibes

Assez de parkings ? Jean Leonetti : "Beaucoup ont été construits pendant mon mandat. La 1re demi-heure gratuite, 1re heure à 1 euro. Des parkings de dissuasion avec des navettes gratuites. L'objectif : passer à l'heure gratuite. Mettre en place des parkings spécifiques pour les habitants et commerçants ".Lionel Tivoli : "Pour des places de stationnement totalement gratuites.Des places limitées dans le temps, mais gratuites : pour arrêter de tout taxer. Négocier les tarifs à la baisse dans les parkings ".Michèle Muratore : "Le stationnement ? C'est un plan de circulation, la question de la place de la voiture et des transports en commun. Aujourd'hui, les lignes de bus ne répondent pas aux besoins. Pour la voiture : allonger la durée gratuite, stationnement possible pour les habitants, les commerçants et les salariés. Le parking de la Poste (privé) devrait être renégocié avec un abonnement pour les résidents ".Jean Leonetti : "1 000 places de parking sur le port appartiennent à la ville. Toutes les places en voirie également. Pour la gestion privée, mettre en concurrence les constructeurs sur le prix des places ".Gérard Piel : "Une proposition simple et claire. Le stationnement résidentiel à 0,50 euro, la demi-journée. C'est un coût pour la ville. Mais le projet, c'est de limiter la voiture en ville ".Le bus à haut niveau de services ne dessert que la ville de Sophia-Antipolis. Jean Leonetti : "L'offre est peut-être insuffisante mais un constat, les gens prennent le bus. L'abonnement annuel est à 200€, tarif réduit à 100€. C'est le prix le plus bas de France, dans la communauté d'agglomération. Après travaux, le bus-tram ira de la Croix-Rouge à Sophia-Antipolis ".Lionel Tivoli : "Le projet du bus-tram ne sera pas arrêté. Proposer des taxis-vélos dans le centre-ville. Il faut une plus grande desserte des bus. Des parkings en périphérie de la ville pour désengorger le centre-ville ".Gérard Piel : "Le budget transport, c'est 23 millions d'euros. Gratuité des transports collectifs pour limiter les voitures. Augmenter un peu le versement des transports payé par les entreprises de plus de 10 salariés pour obtenir la gratuité ".****

Dernier volet : les finances de la ville d'Antibes

Michèle Muratore : "La question, c'est comment on dépense. Quelle est l'utilité pour les Antibois ? Le parking au privé : résultat 17 euros la demi-journée ". Michèle Muratore : "Je suis pour la défense du service public ".Lionel Tivoli : "Mon 1er chantier, un audit des finances. Parler d'économies et viser la réduction des dépenses ".Gérard Piel : "L'argent sera dépensé à partir d'un budget participatif de la population. Remettre en place tous les abattements des impôts pour les familles modestes. Augmenter le versement transports des entreprises ".

Jean Leonetti : "Un budget de 170 millions d'euros par an pour la ville. Nous avons fait une économie de 5 millions d'euros par an dans le fonctionnement. L'ancien Palais des congrès coutait 600 000 euros par an, le nouveau ne coute plus que 200 000 euros par an ".

> A SUIVRE : Le prochain débat aura lieu à Saint-Laurent-du-Var, vendredi 14 février de 19h à 20h.