Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales : 32 communes des Alpes-Maritimes concernées par le second tour

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Azur

Le second tour des municipales sera organisé le 28 juin prochain. Trente-deux communes des Alpes-Maritimes sont concernées, sur 163. Mais cela représente tout de même près de la moitié des électeurs.

32 communes sont concernées par le second tour des élections municipales dans les Alpes-Maritimes
32 communes sont concernées par le second tour des élections municipales dans les Alpes-Maritimes © Radio France - Noémie Guillotin

Le gouvernement a tranché : le second tour des élections municipales aura lieu le 28 juin prochain. "Il faut vivre avec le virus, et donc de faire vivre notre démocratie avec ce virus et malgré ce virus, et ne pas la mettre entre parenthèses” a déclaré le Premier ministre vendredi. Mais cette décision est "réversible", précise Edouard Philippe. Le conseil scientifique se prononcera d'ici deux semaines. Un nouveau report est envisagé, au plus tard en janvier 2021, si la situation épidémique se dégrade. 

Second tour dans 32 communes des Alpes-Maritimes

Près de 5.000 communes en France doivent organiser un second tour pour ces élections municipales. 32 sur 163 dans les Alpes-Maritimes (liste ci-dessous). 

Un cinquième donc, mais cela représente tout de près de la moitié des électeurs inscrits dans le département : 366.709 Maralpins sont appelés aux urnes le 28 juin. 

Un chiffre aussi important parce que Nice n'a pas élu son conseil municipal au premier tour. La ville compte a elle seule 215.478 électeurs sur 766.981 dans les Alpes-Maritimes soit 28,09% des inscrits. Le maire-sortant Christian Estrosi est en ballottage favorable avec plus de 47,6% des suffrages. Au second tour, il sera opposé Philippe Vardon, candidat du Rassemblement National et à l'écologiste Jean-Marc Governatori. 

Une dizaine de villages de moins de 1.500 habitants ne connaissent pas non plus le nom de leur maire pour cette nouvelle mandature.  

Les communes concernées

  • Auribeau-sur-Siagne
  • Auvare 
  • Bezaudun-les-Alpes 
  • Cagnes-sur-Mer
  • Carros
  • Châteauneuf-Villevielle
  • Conségudes 
  • Gorbio
  • La Gaude
  • La Brigue
  • La Penne 
  • Le Bar-sur-Loup
  • Le Tignet
  • Massoins 
  • Menton
  • Nice 
  • Peymeinade 
  • Roquebrune-Cap-Martin
  • Saint-Cézaire-sur-Siagne 
  • Saint-Jeannet 
  • Saint-Martin-Vésubie 
  • Saint-Paul-de-Vence 
  • Séranon 
  • Sospel 
  • Spéracèdes 
  • Tende
  • Théoule-sur-Mer 
  • Tourrettes-sur-Loup 
  • Valbonne 
  • Valdeblore
  • Vallauris 
  • Vence 

La plupart des candidats sont favorables à un second tour le 28 juin prochain. Christian Estrosi était l'un des signataires d'une tribune dans le Journal du Dimanche, appelant à mettre fin "au confinement démocratique".  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Charles Sciebetta, maire candidat à Carros, salue également cette décision. "Il était vraiment temps de clarifier les choses. La vie reprend. Cette situation n'avait aucun sens : il fallait des élections et vite". L'élu souligne que de nombreux projets sont paralysées depuis plusieurs semaines. "Les collectivités territoriales sont le premier investisseur public. Mais là on ne pouvait plus emprunter, on ne pouvait pas lancer de nouveaux projets, lancer de nouveaux chantiers. Il faut relancer l'économie, s'agace-t-il. Je suis candidat à ma succession mais je ne renouvelle pas une partie de mon équipe municipales. Et ceux qui avaient prévu d'arrêter en mars, ne se sont plus aussi engagés et c'est normal"

Désormais il faut mener campagne, convaincre les électeurs de se déplacer aux urnes le 28 juin. Le taux d'abstention s'élevait à 62,8% le 15 mars dernier, deux jours avant le début du confinement. Une drôle de campagne toutefois pour les candidats : plus longue, cinq semaines au lieu de cinq jours, mais sans serrage de mains, sans tractage, sans réunion publique. La pandémie de Covid-19 n'est pas encore derrière nous, rappelle le ministre de l'intérieur Christophe Castaner.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Pendant ce temps, les conseils municipaux élus au premier tour auront tous pris leurs fonctions d'ici le jeudi 28 mai. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess