Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales : les élus en VRP du petit commerce de centre-ville

-
Par , France Bleu Nord

A l'approche des élections municipales, France Bleu Nord vous propose de faire le point sur le rôle et les missions des maires. Après l'école, l'environnement et la sécurité, zoom sur le commerce de centre-ville. Reportage à Calais, Boulogne et Lumbres.

Le commerce de centre-ville, un enjeu pour les communes et les maires.
Le commerce de centre-ville, un enjeu pour les communes et les maires. © Radio France - Matthieu Darriet

A Calais, en 2014, c’est morne plaine pour le commerce de centre-ville, avec un centre commercial urbain au bord de la faillite, que la commune est contrainte de racheter, pour l’euro symbolique. 60 % des boutiques y sont alors vacantes. Désormais, une crèche, les agences des eaux et des bus, et puis une maison médicale s'y sont installées, pour créer du flux. 

A Calais, la ville a dû racheter un centre-commercial qui était en grande difficulté, dans l'hyper-centre. Il fonctionne désormais comme une galerie avec des services. - Radio France
A Calais, la ville a dû racheter un centre-commercial qui était en grande difficulté, dans l'hyper-centre. Il fonctionne désormais comme une galerie avec des services. © Radio France - Matthieu Darriet

Et c’est combiné le plan de relance de l’hyper-centre, avec ses aides aux loyers, notamment, explique Hélène Vantorre, la directrice de Société publique locale créée spécialement : "L'aide aux loyers, pour les commerçants, c'est une prise en charge partielle du loyer pendant 3 ans. C'est 75 % la première année, 50 % la deuxième et 25 % la troisième. L'idée est d'accompagner les commerçants pour les soulager un petit peu financièrement, lors de leur installation, car c'est ce qui coûte le plus cher. Cela va leur permettre d'investir dans la boutique, dans du mobilier un peu plus joli ou de repeindre la façade."

Une soixantaine de porteurs de projet ont ainsi été aidés. Quant aux commerçants déjà en place, ils sont accompagnés pour rénover leurs locaux ou leurs vitrines. 

100.000 dépensés en chèques-cadeaux locaux

Et les clients reviennent, grâce au parking gratuit le samedi, au site internet collectif et puis au chèque cadeau mon shopping, c'est Calais raconte Julie Seulin, de la ville de Calais : "Les comités d'entreprise ou les particuliers peuvent en acheter pour offrir et ils peuvent choisir le montant." Et ça fonctionne, puisque 100.000 euros ont été achetés en 2019. En trois ans, le taux de vacances a été divisé par deux, ce qui remet Calais dans la moyenne nationale. 

En deux ans, à Lumbres, grâce à l'attractivité de "La Boutique singulière", une sorte de lieu culturel créé par les élus, les cinq boutiques vacantes de la place de centre-bourg ont trouvé preneur. - Radio France
En deux ans, à Lumbres, grâce à l'attractivité de "La Boutique singulière", une sorte de lieu culturel créé par les élus, les cinq boutiques vacantes de la place de centre-bourg ont trouvé preneur. © Radio France - Matthieu Darriet

Même constat en Pays de Lumbres, territoire rural où la Communauté de communes a misé sur un grand magasin vacant de centre-bourg, raconte Tanguy Beuzelin : "C'est une grosse cellule commerciale difficile à commercialiser à cause du prix du loyer. On a donc imaginé un commerce éphémère, "La boutique singulière" qui est un mix d'activités. C'est un lieu culturel, avec des cours de dessin, des artistes qui vendent leurs œuvres,  et puis aussi des imprimantes 3D et des animations liées au numérique."

Tout ça mi bout-à-bout a permis de continuer à générer des flux, sur la place. Et là, aujourd'hui, on a gagné, puisque le lieu a été vendu et il sera de nouveau occupé pour une activité commerciale très intéressante.

La Boutique singulière a donc vocation à migrer ailleurs, pour rendre le même service. 

Une "manager de centre-ville"

Une dynamique qui passe aussi par l’embellissement des vitrines précise Clémence Demenghem. Cette «manager de centre-ville » a été embauchée il y a deux ans : "Le principe est de renforcer l'attractivité des commerces et de créer une cohérence entre les différents commerces sur les centres bourgs. Nous prenons en charge les services d'une architecte, qui vient pour du design de façade, du relooking de vitrine et qui vient aussi pour des conseils d'aménagement intérieur. Le but, c'est de rendre le commerce plus attractif, plus convivial et puis d'augmenter la clientèle."

A Boulogne-sur-mer, avec le bailleur social Habitat du Littoral, la municipalité a favorisé l'implantation de la Fnac, en lui proposant un loyer raisonnable. - Radio France
A Boulogne-sur-mer, avec le bailleur social Habitat du Littoral, la municipalité a favorisé l'implantation de la Fnac, en lui proposant un loyer raisonnable. © Radio France - Matthieu Darriet

A Boulogne-sur-mer, où H&M est parti en claquant la porte, à cause d’un loyer trop cher notamment, suite aux Assises du commerce -qui se réunissent tous les ans- l’option a été d’acheter des locaux vides de la rue Victor-Hugo. 

La collectivité rachète les magasins

Six cellules ont ainsi été acquises et ont trouvé preneur, souligne Lydie Leleu à la ville de Boulogne : "La difficulté rencontrée par les commerçants qui souhaitent s'implanter c'est le montant du loyer. Il est, pour certaines cellules commerciales, bien au-dessus du prix du marché. C'est bien cette action d'acquisition par un opérateur en lien avec la puissance publique qui a permis de redonner un prix juste aux cellules commerciales. Et cela a aussi favorisé la remise sur le marché de locaux commerciaux privés, à des prix corrects."

Rue Victor-Hugo, à Boulogne-sur-mer, Urbaviléo (une SEM de la ville) a acheté six magasins fermés pour les remettre en location, à des prix plus abordables - Radio France
Rue Victor-Hugo, à Boulogne-sur-mer, Urbaviléo (une SEM de la ville) a acheté six magasins fermés pour les remettre en location, à des prix plus abordables © Radio France - Matthieu Darriet

Enfin, grâce aux documents d’urbanisme, à Lumbres, et Boulogne les élus ont stoppé l’expansion des centres commerciaux de périphérie, alors qu’à Calais, c’est un paradoxe dénoncé par certains, la ville souhaite l’ouverture d’un Leclerc, avec 400 emplois.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu