Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Municipales : les réunions publiques autorisées en zone verte

-
Par , France Bleu

Les réunions publiques seront autorisées en zone verte pour la campagne des municipales, dont le deuxième tour a été décalé au 28 juin, a annoncé le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner ce vendredi à l'Assemblée nationale. Le gouvernement souhaite également des réunions en zone orange.

Le second tour des municipales a été reporté au 28 juin.
Le second tour des municipales a été reporté au 28 juin. © AFP - Laurence Kourcia/Hans Lucas

Faire "vivre" la campagne électorale, pas seulement sur le numérique, pour toucher davantage d'électeurs : c'est l'argument du gouvernement pour autoriser les réunions publiques dans la campagne pour les municipales, en zone verte pour le moment. Le second tour de l'élection a été reporté au 28 juin. 

Réunions autorisées en zone verte, le gouvernement souhaite des "possibilités" en zone orange

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a indiqué, ce vendredi, que les meetings seront possibles pendant la campagne. "Oui, des réunions publiques pourront être organisées" en zone verte dans les établissements recevant du public, a déclaré le ministre devant l'Assemblée."La question se pose en zone orange, en Île-de-France. Je souhaite travailler en lien avec le Conseil scientifique pour que des possibilités soient offertes", a-t-il ajouté, précisant qu'une circulaire devait être diffusée sur l'organisation de la campagne.

Pour le gouvernement, une grande partie de la population passerait à côté d'une campagne "uniquement numérique" 

"Il ne s'agit nullement de revendiquer de faire une campagne numérique et exclusivement numérique. Une grande partie de la population passerait à côté", selon Christophe Castaner. Le ministre de l'Intérieur pense sans aucun doute aux personnes âgées, qui n'ont pas toutes accès à internet mais votent en très grande majorité. "Nous avons un enjeu : celui de la participation et faire comprendre aux Français qu'il y a une élection le 28 juin. Nous devons utiliser tous les moyens possibles pour cela", a précisé le ministre.

A ce titre, "le Conseil scientifique n'a pas interdit le porte-à-porte. Il a rappelé les consignes sanitaires. Seules les poignées de main ne sont pas préconisées", a souligné le ministre, alors que des députés réclamaient de "déconfiner" la campagne.

Deux procurations par votant, un report éventuel en cas d'aggravation de l'épidémie 

L'Assemblée nationale examine ce vendredi un projet de loi qui permettrait à la fois le report du second tour des municipales en cas de regain de l'épidémie, et un vote par procuration facilité s'il a bien lieu le 28 juin. La majorité reste confiante dans la tenue du scrutin le 28 juin.

Les députés ont ajouté en commission la possibilité pour un même mandataire de disposer de deux procurations au lieu d'une. Ainsi, les personnes à risque ne souhaitant pas se déplacer jusqu'aux bureaux de vote, pourront plus facilement donner délégation. Le mandataire devra toutefois être inscrit dans la même commune que l'électeur qui donne sa procuration. Le port du masque sera obligatoire dans les bureaux de vote.

Il n'est pas question d'autoriser le vote électronique à distance ou par correspondance, un temps évoqué : ils ne sont pas suffisamment sécurisés, justifie la majorité.

Abstention record au premier tour 

Initialement prévu le 22 mars, le second tour des municipales avait été reporté in extremis pour cause d'épidémie, suscitant la polémique. Fin mai, le gouvernement a fixé la date du 28 juin pour les quelque 5.000 communes concernées, représentant 16,5 millions d'électeurs. L'abstention avait atteint le chiffre record de 56% lors du premier tour le 15 mars.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu