Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales à Lille : ce qu'il faut retenir de la liste Aubry et de ses propositions

-
Par , France Bleu Nord

La maire PS sortante de Lille a dévilé ses colistiers ainsi que ses propositions pour les élections municipales des 15 et 22 mars. Sa liste baptisée "Lille en commun, Lille en confiance" promet une ville plus vétégalisée et plus sûre.

Martine Aubry, entourée de ses colistiers, présente sa liste pour les élections municipales 2020
Martine Aubry, entourée de ses colistiers, présente sa liste pour les élections municipales 2020 © Radio France - Stéphane Barbereau

C'est peut-être de la supersition ou juste un hasard mais Martine Aubry a choisi un 1er février pour présenter sa liste et ses projets, comme en 2014. Le lieu, en revanche, avait été volontairement choisi : la mairie de quartier des Bois Blancs, au coeur du premier éco-quartier de la ville, "de France" même selon Martine Aubry "conçu il y a 20 ans et ouvert en 2013". Une façon de rappeler que la préoccupation environnementale ne date pas de la veille des élections : 

Nous voulons faire de Lille une ville exemplaire dans le mieux-vivre social et écologique.

"Nous proposons un projet cohérent et pas une collection de petites choses comme un catalogue de la Redoute", ajoute la maire sortante, favorite dans les sondages mais avec une avance qui n'a jamais été aussi faible sur ses concurrents à pareille époque.

Une liste renouvellée à 57%

Autour de Martine Aubry, les fidèles : Roger Vicot, maire de Lomme (numéro 2), Audrey Linkenheld, ancienne députée (numéro 3), Jacques Richir (8ème place). Arnaud Deslandes, jusque-là directeur de cabinet de Martine Aubry passe de l'autre côté du miroir en occupant la 24ème place. Un absent : Patrick Kanner mais c'était attendu, le sénateur PS, qui a longtemps espéré succéder à Martine Aubry, a fini par la soutenir aujourd'hui et a placé sur la liste son assistante parlementaire en 27ème position. Le Parti Communiste soutient cette liste dès le 1er tour : la secrétaire départementale du PCF, Karine Trottein, occupe donc la 7ème place et le directeur de cabinet d'Alain Bocquet (maire de Saint-Amand-les-Eaux).

17 personnalités de la "société civile"

Classiquement, un regard sur les membres de la société civile permet de mesurer le niveau d'attractivité de la candidate. Et il reste élevé avec deux candidats clairement étiquetés "écolo" : Julien Pilette, chef d'entreprise et créateur en France du World Clean Up Day (une journée pour nettoyer la planète) : 

C'est une petite marraine parfaite. Elle a de l'expérience, elle a déjà fait énormèmement de choses. Il faut que j'apprenne tout en politique.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Autre tête d'affiche écolo, Marie-Pierre Bresson, qui avait mené la liste des Verts en 2008. La basketteuse professionnelle de l'ESBVA, Johanne Gomis, intègre également la liste. Cette habitante de Moulins est très investie dans le sport-santé via une association créée il y a 3 ans qui vient en aide aux personnes atteintes de cancer : 

Je ne viens pas pour faire de la figuration.

Johanne Gomis (à gauche) et Julien Pilette (en pull bleu à droite) entourent Martine Aubry
Johanne Gomis (à gauche) et Julien Pilette (en pull bleu à droite) entourent Martine Aubry © Radio France - Stéphane Barbereau

La cardiologue Claire Mounier-Véhier occupe la 13ème place, juste devant l'ancien rédacteur en chef de France Bleu Nord, Arnaud Bousquet, qui a précisé qu'il n'était plus en fonction depuis la fin novembre. L'enseignante en virologie à la faculté de pharmacie, Anne Goffard, qui a également été la présidente de la FCPE est une autre de ces personnalités. Enfin, l'ancien directeur départemental de la sécurité publique du Nord, Jean-Claude Menault figure aussi sur la liste pour traiter des questions de sécurité, notamment les trafics de drogue "qui se sont étalés dans la ville reconnaît", Martine Aubry qui parle d'un "vase sans fond".

L'écologie comme priorité

Lille, ville la plus minérale de France a besoin d'un bon coup de vert.Tous les candidats à cette élection l'ont compris, à commencer par Martine Aubry qui rappelle qu'elle a commencé à y travailler dès son premier mandat de maire, en 2001 : "Il reste encore beaucoup à faire pour aller plus haut et plus fort même si on a déjà fait beaucoup".

  • - Deux nouveaux parcs urbains ("les berges de la Deûle" à Bois-Blancs et un deuxième reliant la citadelle à Euralille)
  • - 20 000 arbres plantés d'ici 2026
  • végétalisation de la rue de Solférino
  • Réaménagement de l'avenue du peuple belge : remise en eau ou espaces verts, les Lillois seront consultés par réferundum.

Bizarrement, la création du quartier Saint Sauveur avec ses 4 hectares d'espaces verts n'apparaît pas dans cette liste de nouveaux parcs urbains. Il n'occupe que deux lignes sur un programme de 50 pages. Volonté de mettre de côté un sujet polémique ou manière d'entretenir le flou et de ménager des négociations à venir entre les deux tours avec EELV fortement opposé à ce projet ?

La candidate promet de baisser les gaz à effet de serre à l'échelle de Lille de 40% d'ici 2030 et de 75% en 2050 quand Violette Spillebout se fixe une ville 0 carbone en 2035. Irréaliste pour la maire sortante : "Je ne vais pas vous dire qu'on va faire zéro carbone dans 5 ans parce que ce n'est pas vrai et c'est impossible".

Ou bien on se manque du monde ou bien on ne connaît pas les sujets, dans les deux cas c'est inquiétant pour les Lillois !

"Ce qui m'intéresse, c'est de changer la vie des gens, c'est pas de gagner des voix en disant je vais mourir avec la pollution de l'air. La politique, c'est çà : comment être utile pour faire avancer les choses ?"

La gratuité dans les transports

Côté transports, la candidate rappelle qu'elle souhaite la gratuité dans les transports publics dès 2020 pour les jeunes, les séniors et les personnes en situation de handicap puis une gratuité totale en 2025 au plus tard. 12 pistes cyclables sécurisées et continues seront créées et nommées REV (réseau express vélo). Le périphérique sud sera partiellement couvert, Porte des Postes et Porte d'Arras. Le boulevard de la Liberté sera régulièrement fermé et rendu aux piétons et vélos dans le cadre des "dimanches de la Liberté".

Plus de rénovations, moins de constructions

Ses opposants la présentent comme un maire un peu trop "bâtisseur" et "bétonneur". Martine Aubry rejette le qualificatif mais assume de construire des logements pour les plus en difficulté. Toutefois, le rythme de constructions neuves diminuerait à 8 000 sur le mandat contre 10 000 sur celui qui s'achève et 13 000 entre 2008-2014.

Une inflexion sur la vidéosurveillance ?

Martine Aubry souhaite la création d'un véritable Hôtel de police municipale, ouvert au public, juste derrière la mairie, avec la création de 50 postes supplémentaires (Lille compte aujourd'hui 120 policiers municipaux). Un CSU, centre de visionnage urbain, verra également le jour et c'est une autre grande nouveauté de la part d'un maire, qui émet des réserves sur ces caméras, qui "frôlerait parfois l'hypocrisie sur le sujet" rappelait il y a quelques jours Stéphane Baly, tête de liste EELV. Martine Aubry affirme que 6 000 caméras sont déjà installées dans la ville, via les bailleurs sociaux et le réseau Ilévia mais que la Police Nationale n'a pas les moyens de traiter ces images, d'où la création de ce CSU.

Ses relations avec EELV

Martine Aubry souhaite que "la ville continue d'être en mouvement". Elle estime que, jusque-là, "ce n'est pas une belle campagne avec un cumul de petites propositions. Certaines sont correctes, on en a en commun avec Europe Ecologie les Verts. Mais elle met en garde ses alliés actuels sur une confiance qui pourrait se rompre avec des propos de campagne trop virulants : "les discours contraires à la vérité, c'est ce qui tue la politique. (...) Je ne fais pas de la retape, je n'ai jamais fait de clientélisme, c'est pas aujourd'hui que je vais commencer" dit la maire sortante, forte de ses 25 années d'élue au conseil municipal de Lille.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess