Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales à Metz : le lendemain difficile de la liste de Xavier Bouvet

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Xavier Bouvet n'a pas fait de grande déclaration dimanche soir à l'issue de sa défaite au second tour de l'élection municipale à Metz face à François Grosdidier, seulement un discours à son équipe.

Le vélo de Xavier Bouvet, adossé à sa permanence lundi midi, au lendemain du second tour.
Le vélo de Xavier Bouvet, adossé à sa permanence lundi midi, au lendemain du second tour. © Radio France - Marc Bertrand

Le local de campagne est vide, les sont lumières éteintes derrières les affiches à l'effigie de Xavier Bouvet. En ce lendemain de second tour, il ne reste que le vélo du candidat encore posé contre la façade, comme s'il avait été oublié dans l'émotion de la soirée électorale : "Ah oui, il ne l'a pas récupéré, je vais peut-être le rentrer à l'intérieur du local", dit une de ses colistières. "Manquerait plus qu'il se le fasse voler", sourit tristement une de ses électrices au second tour, de passage dans la rue.

Battu de 197 voix seulement par François Grosdidier dimanche soir pour l'élection municipale à Metz, le candidat malheureux de l'union de la gauche refuse pour l'instant de s'exprimer. Pas de discours ni de déclaration publique dimanche soir, hormis quelques mots échangés avec des journalistes devant son local de campagne et un post facebook ce lundi soir : "Quelque chose a manqué, car la défaite reste la défaite. J'en porte la responsabilité, comme animateur, porte-parole, candidat [...] Mais nous continuerons d'avancer, pour Metz". Il s'est seulement adressé à son équipe en petit comité, pour la remercier. A 35 ans, c'est son premier combat, et sa première grande défaite politique. 

Silence et descente d'adrénaline

Le nouveau conseil municipal sera installé à la fin de la semaine. Xavier Bouvet sera le meneur de l'opposition, avec douze sièges. En attendant, le candidat malheureux encaisse, selon des proches, la brutale descente d'adrénaline de 18 mois de campagne. 

Ce n'est pas rien de faire seulement 197 voix de moins que le mammouth de la politique qu'est François Grosdidier

Hanifa Guermiti, dixième sur la liste de Xavier Bouvet, reconnaît qu'une défaite aussi serrée est dure à encaisser : "C'est une énorme déception, on était à deux doigts de la victoire. Maintenant, passé la déception, ce sera je pense un résultat prometteur qui aura révélé Xavier Bouvet comme un nouvel homme politique messin"

La vague verte ? "Metz ne fait pas exception"

Xavier Bouvet perd, en pleine vague verte sur les grandes villes de France.  Strasbourg, Lyon, Bordeaux ont élu des maires écologistes, Nancy un maire de gauche. "Metz ne fait pas exception", se défend Charlotte Picard, colistière de Xavier Bouvet : "Son nom était absolument inconnu il y a douze mois, et il s'est battu contre un homme qui a appris la politique avec Charles Pasqua, qui était au RPR et est élu depuis le siècle dernier. Ce n'est pas rien de faire seulement 197 voix de moins que le mammouth de la politique qu'est François Grosdidier"

"La vague verte s'est ressentie, on a frôlé la marche, et c'est horrible de se dire qu'avec deux jours de campagne de plus, on aurait pu l'emporter. Mais ce que Xavier Bouvet a fait, c'est qu'il a failli faire tomber François Grosdidier. Et c'est extraordinaire", continue Charlotte Picard. Et la colistière d'affirmer qu'avec un score aussi serré et un taux d'abstention aussi haut, à 67%, le nouveau maire de Metz ne pourra pas faire ce qu'il veut : "J'espère que François Grosdidier se rend compte qu'il y autant de gens qui l'ont élu lui, que de gens qui ne l'ont pas élu lui"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu