Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales : neuf têtes de liste investies par le Rassemblement national en Charente-Maritime

-
Par , France Bleu La Rochelle

Le Rassemblement national se prépare pour les prochaines élections municipales, dans moins de six mois désormais : les 15 et 22 mars 2020. Le parti a investi neuf têtes de liste en Charente-Maritime. Pas d'investiture pour l'heure en Charente mais il y aura trois candidatures.

Dans un isoloir (illustration)
Dans un isoloir (illustration) © Radio France - Aurélie Lagain

Charente-Maritime, France

Il y aura en Charente-Maritime, au moins neuf candidats du Rassemblement national aux prochaines élections municipales. Le parti de Marine Le Pen a investi les premières têtes de liste: 

  • Thierry Rogister à Royan

Il exerce déjà un mandat politique puisqu'il est conseiller régional Nouvelle-Aquitaine et conseiller municipal d'opposition dans la commune. Sa liste est complète ce qui n'est pas le cas de tous les candidats. Un  tiers des colistiers se présente sous l’étiquette du Rassemblement national, un tiers avec celle de Debout la France, le parti de Nicolas Dupont-Aignan et du parti Chrétien Démocrate et enfin un tiers des colistiers n'aura pas d’étiquette. Et parmi eux, deux anciennes élues Les Républicains. Dominique Baraud-Ducheron et Dominique Parsigneau siégeaient au conseil municipal lors que le député Didier Quentin était maire de Royan. 

  • Séverine Werbrouk à Saint Pierre d'Oléron 

Elle est conseillère régionale. Elle est également déléguée du Rassemblement nationale en Charente-Maritime.

  • Maurizio Baldini à Pons 

Âgé de 21 ans, il est le plus jeune candidat du Rassemblement national en Charente-Maritime. Mais cet étudiant en économie-gestion est encarté dans le parti depuis trois ans.

Puis, voici la liste des six autres candidats du RN en Charente-Maritime : 

  • Patrick Auzou à la Rochelle
  • Albert Maes à Saujon
  • Pascal Marskowky à Saint-Georges d'Oléron
  • Richard Guérit à Marennes
  • Michel Carqueret à Corme Royal 
  • Steven Lafaix aux Fontaines d'Ozillac. 

Neuf listes alors que le département compte environ 470 communes, c'est peu. Séverine Werbrouk, la délégué départementale du Rassemblement national en Charente-Maritime l'admet : "Pour l'instant nous ne sommes pas dans l'urgence mais nous travaillons pour avoir le plus de candidats possibles, y compris dans les petites communes". Elle espère annoncer de nouvelles candidatures le 30 novembre prochain à l'occasion de la venue de l'eurodéputé Jordan Bardella. Il a mené la liste du parti d'extrême-droite aux dernières européennes. 

Et le parti est arrivé en tête en Charente et Charente-Maritime, en recueillant plus de 25% des voix. Et dans de nombreux départements en France. Ce qui le rend confiant pour les résultats des municipales "nous comptons exploiter ces bons scores pour renforcer notre maillages territorial. Plus nous remporterons de mairie, plus nous remporterons de circonscription et plus nous seront forts à la prochaine présidentielle", ajoute Séverine Werbrouk. 

Le parti a choisi de décliner des thèmes de campagne nationaux au niveau local, à savoir la sécurité et la baisse de la fiscalité. La déléguée du RN en Charente-Maritime n'a pas évoqué l'immigration. 

Trois candidatures certaines en Charente 

En Charente, aucune tête de liste n'a été investie par le parti pour l'heure. Isabelle Lassalle, la déléguée du Rassemblement national pour le département confirme trois candidatures, dont la sienne à Cognac. Elle refuse de communiquer le nom des deux autres candidats, ni les communes où ils comptent se présenter aux municipales. Elle s'exprimera à ce sujet en novembre prochain. 

Choix de la station

France Bleu