Politique

Municipales partielles : on vote ce dimanche à Plaissan et Saint-André-de-Sangonis

Par Marie Ciavatti, France Bleu Hérault vendredi 17 février 2017 à 17:48

Les électeurs sont appelés à voter à Plaissan et Saint-André-de-Sangonis ce dimanche pour des élections municipales partielles.
Les électeurs sont appelés à voter à Plaissan et Saint-André-de-Sangonis ce dimanche pour des élections municipales partielles. © Maxppp -

Trois ans après les élections, il faut revoter ce dimanche à Plaissan et Saint-André-de-Sangonis pour remplacer tout ou partie du conseil municipal.

A Plaissan comme à Saint-André-de-Sangonis, la vie municipale est un champ de tirs depuis des mois. Deux maires contestés. Dans ces deux communes, des municipales partielles sont organisées ce dimanche, premier tour, pour renouveler tout ou partie du conseil.

"Gestion opaque et clientéliste"

Les électeurs de Saint-André-de-Sangonis, près de Clermont l'Hérault, doivent renouveler l'ensemble du conseil municipal. 29 conseillers pour cette commune de 5.600 habitants.

Le maire sortant, Patrick Lambolez, n'a plus de majorité et fait face à une fronde généralisée, venant de ses ex colistiers comme de l'opposition. Ce sont des adjoints à qui il a retiré leur délégation. D'autres dénoncent une "gestion opaque et clientéliste". On ne lui pardonne pas d'avoir fait travailler sa femme comme secrétaire à la mairie. Cette affaire d'emploi familial a conduit son épouse à quitter son poste l'an dernier.

Patrick Lambolez dénonce des attaques injustifiées, "un jeu politique" où il serait "l'homme à abattre". Il a remonté une liste, décidé à retrouver son fauteuil. Face à lui, les opposants sont divisés. En tout, cinq listes se présentent pour le premier tour. Il n'y en avait que quatre en 2014.

A Plaissan, des élections complémentaires

La situation à Plaissan est un peu différente. La maire Béatrice Négrier est assurée de conserver son siège. Il s'agit de remplacer 7 conseillers municipaux démissionnaires.

Les tensions seraient apparues dès le lendemain de l'élection en 2014. Les opposants parlent d'un "manque de dialogue et de cohésion". Ils décrivent une maire qui délègue trop peu et "qui fait de la politique". Dans un petit village de 1.000 habitants tout juste, "ça ne passe pas".

Une condamnation pour abus de confiance

Mais c'est l'été dernier que la situation se dégrade, quand on apprend la condamnation en justice de Béatrice Négrier quelques mois plus tôt pour abus de confiance. Les élus, le premier adjoint en tête, n'ont pas digéré et les démissions s'enchaînent. Ce qui impose cette élection complémentaire.

Deux listes se retrouvent face à face. L'une favorable à Béatrice Négrier et baptisée "Plaissan uniquement". L'autre est emmenée par l'ancien maire du village Alain Roqueblave, un déçu de la gestion Négrier qu'il avait pourtant soutenue il y a trois ans. Le nom de cette liste: "Plaissan Indépendance - vraie transparence". L'équipe est assurée d'être dans l'opposition mais promet "une opposition constructive".