Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales : pas de triangulaire dimanche à St-Sever

mardi 25 mars 2014 à 14:21 Par Frederic Denis, France Bleu Gascogne

Jean-Claude Brethes ne se maintient pas. L'ancien maire socialiste de 1989 à 2001 avait récolté 16,66% des suffrages au premier tour.

Jean-Claude Brethes était arrivé en troisième position dimanche derrière le candidat de droite, Arnaud Tauzin, 43,26% des suffrages et le maire socialiste sortant, Jean-Pierre Dalm, 40,08%. Il a donc décidé avec ses colistiers de retirer sa liste. Il explique qu'il ne voit pas l'intérêt de se maintenir vu qu'il n'a aucune chance d'emporter la mairie le 30 mars.

Jean-Claude Brethes ne donne aucune consigne de vote pour ce second tour. Il assure qu'il n'y a aucune arrière pensée dans son choix : "il ne s'agit pas de faire perdre le maire sortant, ou de faire gagner l'autre concurrent''. Il assure que son choix n'a pas été motivé par son refus d'endosser la responsabilité d'être responsable, en partie, d'un possible retour de la droite au pouvoir à St-Sever. C'est lui qui avait fait rebasculer la commune dans le giron socialiste en 1989. Jean-Claude Brethes avait alors battu le centriste chrétien démocrate Jean-Marie Commenay, maire depuis 1965.

Jean-Claude Brethes rappelle que lui et sa liste ont subi une campagne de diffamation publique de la part essentiellement du maire sortant, Jean-Pierre Dalm, qu'il n'a pas eu au téléphone depuis dimanche. Il ne fait pas de pronostic pour le second tour. ''Je veux croire qu'un certain nombre de votes qui se sont portés sur ma candidature ont pris en considération les agressions dont j'ai été personnellement victime."

Quand on lui demande si ce serait une bonne chose pour St-Sever que le président départemental de l'UMP, Arnaud Tauzin, emporte la mairie dimanche prochain, il répond "pas de commentaire".