Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales à Arles : Patrick de Carolis n'est "pas le Parisien qui vient pour le soleil"

L'ex-PDG de France Télévisions Patrick De Carolis se lance dans la bataille des élections municipales à Arles, "sans étiquette", dit-il, car il ne se définit pas comme un idéologue. Né à Arles en 1953, il veut, dit-il, "redonner à Arles tout l'amour reçu pendant son enfance".

 Patrick de Carolis est revenu s'installer à Arles, sa ville natale.
Patrick de Carolis est revenu s'installer à Arles, sa ville natale. © Maxppp -

Arles, France

Il est candidat en son nom et peu importe si cela peut surprendre. Patrick de Carolis pense que pour les municipales on n'a pas besoin de se lancer avec une étiquette. Il se lance donc dans la bataille électorale arlésienne seul. Pour l'instant. Et il pense bien qu'il est légitime, lui, né à Arles en 1953 et revenu s'y installer récemment. Il sait qu'il aura besoin de soutien mais il a, dit-il, "le temps".  

"Je ne suis pas idéologue. J'ai côtoyé les hommes politiques, mais je ne me suis jamais encarté. Aujourd'hui, j'essaie de servir ma ville, celle qui m'a vu naître, celle qui m'a donné beaucoup." - Patrick de Carolis 

Son projet ? Il veut, dit-il, écrire un nouveau chapitre de l'histoire d'Arles. En quelques mots, tourner la page Hervé Schiavetti, l'actuel maire communiste qui tient la ville depuis trois mandats et qui ne se représente pas. 

"Aujourd'hui, on a besoin d'ouverture, de partage, on a besoin de rassembler cette population. Nous avons un plafond extraordinaire qui ne cesse de s'élever, mais on a un plancher social qui ne cesse de s'affaisser, il faut reconstruire cet escalier." 

Le candidat passe déjà du temps dans les rues d'Arles. Quand on lui dit que certains pourraient lui reprocher de vouloir revenir dans le Sud pour chercher le soleil ou se reposer, il rit... et abonde : "Je veux justement montrer aux jeunes qu'il y a un avenir à Arles, il ne faut pas forcément partir."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu