Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales à Périgueux : le tweet anti-migrants de la tête de liste Rassemblement National

-
Par , France Bleu Périgord

Samedi dernier, le secrétaire départemental du Rassemblement National en Dordogne, Frédéric Gojard a tweeté un message très clairement contre les migrants. Celui qui est aussi tête de liste aux municipales à Périgueux accuse les migrants d'être des dealers et de ne rien faire pour s'intégrer.

Le tweet sur les migrants du secrétaire départemental du RN en Dordogne et tête de liste à Périgueux
Le tweet sur les migrants du secrétaire départemental du RN en Dordogne et tête de liste à Périgueux - capture d'écran twitter

Samedi dernier, 18 janvier, Frédéric Gojard, secrétaire départemental du Rassemblement National en Dordogne a tweeté un message où il s'en prend d'une manière très claire aux migrants et exprime tout aussi clairement qu'elle sera la politique du RN en cas de victoire aux élections :  "La vie d'un migrant à Périgueux. Ce lève à midi, traîne jusqu'à 17h00, sort boire et dealer place francheville où parc Gamenson et sort en boîte jusqu'à 3h du matin. Pas d'apprentissage du français, pas de formation professionnelle. Avec le RN se sera terminé. ON ARRIVE." Les propos sont retranscrits comme ils sont publiés sur Twitter. 

Frédéric Gojard, candidat du Rassemblement National aux élections municipales à Périgueux

La Ligue des Droits de l'Homme pourrait déposer plainte

"C'est indigent", dit Franck Merlin-Anglade, président de la Ligue des Droits de l'Homme du Grand Périgueux. "C'est à la hauteur de la pensée de cet homme. Encéphalogramme plat. C'est quelqu'un qui n'a aucune culture sur le sujet. La vie des migrants à Périgueux, ça n'est pas les doigts de pied en éventail, un cocktail Malibu à la main. et on fait la fête ! _La vie d'un migrant c'est difficile, c'est vivre avec peu de droit, pas d'accès au travail, pas d'accès aux services sociaux, un accès réduit à la médecine maintenant_. Et ça c'est quand on a la chance d'être un migrant officiel, qui a été reconnu en tant que tel, si on est un migrant sans-papier, on a droit à rien, on crève de faim, on dort dans la rue. Je n'ai que du mépris pour ce genre de pensée, je n'ai que du mépris pour ce genre de personne qui s'exprime sans savoir."

Franck Merlin-Anglade, président de la Ligue des droits de l'Homme du grand Périgueux

Delphine Labails scandalisée ; Antoine Audi s'amuse des fautes de français

"Ça m'a donné la nausée", dit la candidate du Parti socialiste aux municipales à Périgueux. "Ça me semble à la fois scandaleux sur la forme et sur le fonds. On ne peut vouloir être premier magistrat de la ville et avoir un tel ressentiment et des propos aussi méprisants et dégradants pour une partie des habitants. C'est incroyable !"

Antoine Audi, le maire sortant, Les Républicains de Périgueux précise que ce n'est pas la ville qui fait venir les migrants mais l'Etat. Et ce sont les associations qui s'occupent de leur quotidien. Agacé, il fait allusion aux nombreuses fautes d'orthographe dans le tweet et déclare : "Je suis favorable à l'apprentissage du français pour tout le monde y compris ceux qui font des tweets."

Le tweet a provoqué des réactions vives sur le réseau social, comme celui du compte parodique DordogneIvre, créé début janvier et qui commente notamment l'actualité politique du département.

Frédéric Gojard n'en est pas à son premier tweet anti-migrants. Le 4 janvier dernier, il condamnait la politique de la Suède en matière d'immigration. Le patron du Rassemblement National en Dordogne reconnait que ses prises de position sur un autre réseau social, lui ont également valu des problèmes : ses deux comptes Facebook ont été bloqués, Il a du en créer un troisième. Mais le représentant du parti de Marine Le Pen assume ses propos sans états d'âme : il veut chasser les migrants de France.

Frédéric Gojard qui est le secrétaire départemental du Rassemblement National en Dordogne est également la tête de liste du RN pour les prochaines municipales. Sa liste n'a pas encore été officiellement présentée, il avoue lui-même qu'il lui manque encore des co-listiers.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu