Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales : sanction locale ou sanction nationale ?

lundi 31 mars 2014 à 19:14 Par Léo Tescher, France Bleu Saint-Étienne Loire

La « vague bleue » est indéniable, mais sanctionne-t-elle uniquement le gouvernement socialiste ?

Gaël Perdriau, dimanche soir lors de sa victoire à Saint-Étienne.
Gaël Perdriau, dimanche soir lors de sa victoire à Saint-Étienne. © Maxppp

Dimanche soir, la gauche perdait 160 villes de plus de 10.000 habitants En 2008, 509 maires étaient de gauche, 433 de droite. Aujourd'hui la tendance s'est largement inversée avec 572 maires de droite, contre 349 de gauche.

Et la vague bleue n'épargne pas la Loire. Firminy est la seule commune ligérienne de plus de 10.000 habitants à ne pas être tombée dans les mains de la droite. Saint-Etienne fait partie des dix villes française de plus de 100.000 habitants à basculer à droite.  Alors, cette élection municipale de 2014 est-elle une sanction contre le gouvernement ou bien une sanction plus localisée ? France Bleu Saint-Etienne Loire est allée poser la question dans les rues de Saint-Etienne.

Vote Sanction ENRO matinale

Vote Sanction BOB