Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales 2020 : les partis s'organisent à Toulouse

-
Par , France Bleu Occitanie

Dans un an, les électeurs seront appelés aux urnes pour désigner leur maire. À Toulouse, la course au Capitole est déjà lancée même si pour l'instant rien n'est acté.

À un an des élections, la campagne des municipale est déjà lancée notamment à Toulouse
À un an des élections, la campagne des municipale est déjà lancée notamment à Toulouse © Radio France - Radio France

Toulouse, France

Les élections municipales se mettent en route. Dans un an, les électeurs seront appelés aux urnes pour élire le ou la maire de leur commune. Une échéance qui peut encore paraître lointaine, à moins de deux mois des élections européennes, mais les partis se préparent et les premiers candidats se déclarent.  C'est le cas à Toulouse où la course au Capitole a déjà commencé.

Deux candidats déclarés à la candidature PS 

Le parti socialiste a présenté ce weekend à ses militants une liste de 86 objectifs pour Toulouse et sa métropole. Le parti prépare une primaire interne pour désigner sa tête de liste dans la ville rose. Pour l'instant, deux candidats : le sénateur de Haute-Garonne, Claude Raynal, et le conseiller municipal d'opposition, Romain Cujives. Mais le principe de cette élection est de plus en plus remis en question. Certains jugent qu'il n'y a pas assez de militants et d'autres candidates en externe. 

C'est le cas de Nadia Pellefigue vice-présidente de la région. Elle a lancé mi-février son think tank "Une nouvelle énergie" pour recueillir la parole des toulousains et élaborer un projet.

Elle n'est pas la seule à lancer sa structure. La République en Marche et Le Modem ont présenté lundi 1er avril leur association "Toulouse et Moi" dont le but est de réfléchir à un projet pour la ville. Un moyen aussi de se démarquer de la municipalité sortante en ce début de campagne. Car même si Jean-Luc Moudenc n'a pas déclaré être candidat, il n'a jamais caché son souhait de briguer au moins deux mandats. D'ailleurs, Toulouse fait partie des villes où la République en Marche serait prête à s'associer auxRépublicains.

De nombreux mouvements

En dehors des partis, d'autres mouvements voient le jour comme Archipel Citoyen. Un collectif où chaque habitant est invité à venir élaborer le projet et à se présenter. Europe Ecologie les Vert a déjà annoncé rejoindre le mouvement.

On peut aussi évoquer le Lab citoyen, une plateforme participative. L'objectif ici n'est pas de présenter une liste aux municipales. Mais de faire émerger des idées que tous les candidats pourront reprendre.

Et Nadia Pellefigue, candidate à la mairie de Toulouse, sera l'invitée de France Bleu Occitanie, jeudi 4 avril, à partir de 7h50.