Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales dans les Ardennes : tour d’horizon des candidatures

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

À un mois de la date limite de dépôt des listes pour les municipales 2020, le 27 février 2020, voici les principales candidatures connues dans les Ardennes. Liste non exhaustive.

Panneaux électoraux.
Panneaux électoraux. © Radio France - Xavier Grumeau

Les électeurs sont convoqués les  15 et 22 mars pour élire leurs conseillers municipaux. Les candidats aux prochaines élections municipales ont jusqu’au 27 février 2020 pour déposer leurs listes. On commence à avoir une bonne vision des forces en présence dans les Ardennes.  

À Charleville-Mézières et Sedan  

Le maire sortant avec LREM…

L'ex-socialiste Didier Herbillon à Sedan, et le Républicain Boris Ravignon à Charleville-Mézières briguent chacun un nouveau mandat, avec une liste sans étiquette. Tous deux embarquent avec eux des colistiers appartenant à La République en Marche.  

La place Ducale à Charleville-Mézières, juin 2019 - Radio France
La place Ducale à Charleville-Mézières, juin 2019 © Radio France - Philippe Rey-Gorez

La liste de Boris Ravignon, qui devrait être présentée le 31 janvier, devrait compter au moins deux marcheuses. Celle de Didier Herbillon abrite 3 figures de la République en Marche dans les Ardennes : Inès de Montgon (en quatrième position), Farid Bessadi et Franck Marcot.  

… et face à une opposition divisée

Face aux deux maires sortants des deux plus grosses villes ardennaises, l’opposition part divisée.

À Charleville-Mézières, au moins deux listes se présentent à gauche : « Une ville pour tous » réunit Parti communiste, Parti socialiste et Générations.S tandis que « Charleville-Mézières Ecologistes et citoyens » compterait dans ses rangs des adhérents d’ Europe Ecologie Les Verts et de la France insoumise. Une liste Lutte Ouvrière pourrait aussi entrer dans la danse.  

À Sedan, l’opposition de droite a fait scission. Bertrand Bonhomme et Odile Berteloodt, colistiers en 2014, partent chacun de leur côté. À gauche, il faudra compter aussi avec une liste emmenée par la France insoumise.   

De futurs maires La République en Marche ?

Si à Charleville-Mézières comme à Sedan, la République en Marche ne tient pas le premier rôle, il y aura bien des têtes de liste issues du parti présidentiel dans les Ardennes. C’est le cas du maire sortant de Fumay, Mario Iglésias, et de l’actuelle première adjointe au maire de Carignan, Estelle Drion. Tous deux se présentent sans étiquette, y compris Estelle Drion, référente départementale du parti.  

À Bogny-sur-Meuse, l’ancien socialiste et désormais LREM Erik Pilardeau ne brigue pas de nouveau mandat de maire. Son adjoint Kevin Gengoux, homme de gauche, conduira une liste sans étiquette qui revendique aussi des colistiers de droite. Pour la première fois depuis plus de 25 ans, plusieurs listes seront présentes aux élections municipales dans l’ancienne ville ouvrière. À droite, l’ancien industriel Francis Rouschop prendra la tête d’une liste tandis que Frédéric Manon représentera le Rassemblement National.  

Où est passé le Rassemblement national ?  

Hormis Bogny-sur-Meuse, des listes Rassemblement National sont présentes à Thélonne, village de 400 habitants au Sud de Sedan, et à Revin, où Maryse Despas, conseillère régionale et déléguée départementale du parti, prend la tête de la liste. Les candidatures sont peu nombreuses au regard des résultats du Rassemblement national lors des précédents scrutins. Marine Le Pen avait rassemblé plus de 49 % des suffrages au second tour de la présidentielle 2017 dans les Ardennes. Son parti était arrivé en tête aux dernières élections européennes avec près de 36 % des voix. 

Marine Le Pen largement en tête dans les Ardennes au premier tour de la Présidentielle.  - Radio France
Marine Le Pen largement en tête dans les Ardennes au premier tour de la Présidentielle. © Radio France - Eric Turpin

À Revin, au moins trois autres listes sont sur les rangs. Celle du maire sortant Daniel Dubercq, qui a fait basculer la commune à droite en 2014. À gauche, la conseillère départementale Dominique Ruelle et l’ancien député Christophe Léonard, tous deux anciens membres du Parti socialiste ont chacun annoncé leur intention de présenter leur candidature.  

La gauche absente à Rethel

Faute de relève, la gauche devrait être absente de ces élections municipales à Rethel.

À droite, le maire sortant Guy Deramaix soutient la candidature de Renaud Averly, président de la communauté de communes du Pays Rethélois, conseiller départemental et actuel maire de Corny-Machéroménil. Egalement conseiller départemental et maire d’une autre commune du secteur, Acy-Romance, Joseph Afribo lui fera face.  

Une troisième liste sera conduite par Hervé Cambraye, qui s’est investi dans le mouvement des Gilets jaunes, et son épouse Anne-Sophie Leclère, ancienne adhérente du Front National.  

Hôtel de ville (illustration) - Radio France
Hôtel de ville (illustration) © Radio France - Boris Compain

Qui pour succéder à Claude Wallendorff à Givet ?  

Le maire sortant Claude Wallendorff ne brigue pas de quatrième mandat mais il figure sur la liste emmenée par Robert Itucci, son actuel adjoint aux travaux. À droite également, Eric Viscardy, nouvellement retraité, se présente pour la première fois.  

Deux listes de gauche sont également sur les rangs. « Citoyens solidaires » compte dans ses rangs des conseillers municipaux d’opposition au premier rang desquels la tête de liste Daniel Borin. « Givet ensemble » se veut composée de citoyens apolitiques. Elle est conduite par Julien Vergé.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu